A voix haute, une mine d’inspiration pour le FLE

Sur les conseils de Marie T. qui avait publié un billet sur le sujet, je suis allée voir le documentaire A voix haute, la force de la parole  et je partage entièrement son enthousiasme.

Le film porte sur la préparation au concours Eloquentia, destiné à élire le meilleur orateur du 93. Les participants sont des étudiants de l’Université Paris 8 à Saint Denis.

On y suit toute une série d’étudiants, tous émouvants à leur façon. Eddy, déterminé à devenir comédien, marche dix kilomètres matin et soir pour rejoindre– hasard des plus symboliques souligné par la caméra – la gare de Villers-Cotterêts, où il prend le train qui l’amène à la fac.

On y suit Leïla, dont le père est syrien et la mère américaine et qui se bat contre toutes les discriminations et pour la liberté d’expression. Leïla, qui dit d’elle-même qu’elle n’a « aucun sens de l’humour et ne sait pas du tout faire rire », s’y entend en revanche assez bien pour faire couler les larmes.

Il y a aussi toute l’équipe pédagogique, qui force l’admiration du spectateur et la motivation des étudiants, par l‘enthousiasme, le talent, l’énergie et l’exigence dont tous font preuve à un degré remarquable. De quoi donner envie aux plus introvertis de participer à un concours d’éloquence.

Outre toutes ces qualités, A voix haute est une source très riche d’inspiration pour la didactique du français. J’y ai découvert un certain nombre d’idées pour travailler la production orale, la créativité, proposer des activités brise-glace et de cohésion du groupe. Surtout, c’est un film très inspirant du point de vue didactique en ce qu’il offre à voir des pratiques et des styles pédagogiques en contexte qui, même s’il ne s’agit pas de FLE, donnent vraiment envie d’enseigner.


Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *