TRADUCTION PEDAGOGIQUE VS TRADUCTION PROFESSIONNELLEE

 

Traduire un texte signifie, selon le Petit Larousse (p.1161), le « transposer d’une langue dans une autre ». Il s’agit d’une tâche délicate et complexe à laquelle s’attèle le traducteur. Cependant, on distingue plusieurs types de traduction. Nous nous attacherons ici à distinguer la traduction pédagogique, dont la fonction est linguistique, de la traduction professionnelle, à visée communicative[1].

La traduction pédagogique est généralement utilisée dans les classes de langue afin d’aider les apprenants de la langue en question dans leur apprentissage. Elle permet de contrôler la langue apprise en didactique. Le thème (de la langue maternelle vers la langue étrangère) et la version (de la langue étrangère vers la langue maternelle) sont des exercices utilisés traditionnellement dans les classes de langue. Ainsi, la référence à la langue maternelle, pour la traduction pédagogique est indispensable, tout au moins souhaitable, dans la mesure où la finalité est essentiellement didactique. Elle joue un rôle utile dans une classe de langue.

Plus particulièrement, dans une version, c’est-à-dire dans le passage du texte source à un texte cible, l’apprenant doit utiliser divers procédés, notamment linguistiques, afin de rester fidèle au texte. Il doit commencer par comprendre le texte, en saisir toutes les idées centrales, déduire le sens des mots qui lui sont inconnus, être capable d’expliciter les particularités culturelles. Tous ces éléments doivent être respectés afin de rester fidèle au texte source. Dans son processus de traduction, un traducteur doit également redoubler de vigilance afin de ne pas commettre certaines erreurs techniques, telles que le barbarisme, qui consiste à reproduire la structure grammaticale des mots étrangers, faire un emploi adéquat des structures syntaxiques de la langue cible, prendre garde à ne pas produire certains préjugés, certains clichés ou idiomatismes.

Quant à la traduction professionnelle, il s’agit plutôt d’ « une reformulation spontanée du message ». Comme le souligne Karla Déjean le Féal, la traduction professionnelle se distingue de la traduction pédagogique non pas par la démarche à adopter mais par la finalité de chacune (p.111) . Ainsi, celle de la traduction professionnelle est « la production d’écrits dont ni la complexité linguistique ni la diversité des référents ne peuvent être délimitées à priori ». Une traduction professionnelle demande l’acquisition de connaissances à la fois linguistiques et extralinguistiques en fonction du texte à traduire. Autrement dit, le traducteur professionnel doit connaître la langue dite technique du texte, à savoir le lexique, par exemple médical, juridique, informatique… . Dans une traduction professionnelle, les connaissances acquises du traducteur doivent être à la hauteur de la tâche à accomplir, contrairement à la traduction pédagogique où c’est plutôt l’activité qui s’adapte aux acquisitions.

En fait, un traducteur professionnel, selon cette auteure, doit compléter sa formation en traduction pédagogique, car on ne traduit pas un texte juridique ni un acte administratif comme on peut traduire un texte littéraire. Cela signifie que le traducteur professionnel doit posséder toutes les connaissances et compétences mises en œuvre lors d’une traduction pédagogique, en plus d’une formation technique. C’est ce que souligne aussi Jean-Pierre Van Deth : « La principale question qui se pose est celle de la formation de traducteurs réellement professionnels (…) ». Contrairement aux domaines littéraires, « dans les domaines techniques et scientifiques, (…) outre les compétences linguistiques, les traducteurs sont appelés à affronter des textes souvent hermétiques »[2]. Dans ce sens, la traduction professionnelle se distingue de la traduction pédagogique.

 

[1]Karla Déjean le Féal, « Traduction pédagogique et traduction professionnelle », in retour à la traduction, le francais dans le monde, Recherches et applications, août-septembre 1987, p.107

[2] Jean Pierre Van Deth, « Propos d’un technocrate sur la traduction », in le français dans le mondes, op. cit., p.149

 

 

REFERENCE

FDLM Recherches et Applications (1987), Retour à la traductio, numéro spécial aoûte- septembre

 


Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

4 réflexions sur « TRADUCTION PEDAGOGIQUE VS TRADUCTION PROFESSIONNELLEE »

  1. En consultant différentes sources pour mon sujet de mémoire, j’ai trouvé celle-ci qui pourrait t’intéresser: Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, de Jean-Pierre Cuq et Isabelle Gruca (Partie III, Chapitre 1, section 1.2).

  2. Salut Rana,
    Ayant suivi une formation en traduction et en interprétation, j’avoue que c’est un domaine aussi vaste que complexe. Quant à la formation de traducteurs, aux compétences de l’apprenti traducteur et aux défis et spécialisations des traducteurs professionnels, je me permets de te conseiller des ouvrages qui, pour les didacticiens et traductologues sont des références obligées. N’hésite pas à me contacter si tu veux mes avis sur certains de ces ouvrages ou d’autres que j’utilise fréquemment dans mes cours.
    GOUADEC, Daniel et COLLOMBAT, Olivier (éd.), 2000. Formation des traducteurs. Paris, France : la Maison du dictionnaire.
    GUIDÈRE, Mathieu, 2010. Introduction à la traductologie: penser la traduction : hier, aujourd’hui, demain. 2. Bruxelles, Belgique : De Boeck. TRADUCTO.
    HERBULOT, Florence, 2004. La Théorie interprétative ou Théorie du sens : point de vue d’une praticienne*. Meta : Journal des traducteurs / Meta : Translators’ Journal [en ligne]. 2004. Vol. 49, n° 2, pp. 307‑315. Disponible à l’adresse : http://www.erudit.org/fr/revues/meta/2004-v49-n2-meta770/009353ar/
    ISRAËL, Fortunato et LEDERER, Marianne (éd.), 2005. La théorie interprétative de la traduction. II, Convergences, mises en perspective. Paris-Caen, France : Lettres modernes : Minard. Cahiers Champollion, 7.
    LAPLACE, Colette, LEDERER, Marianne et GILE, Daniel (éd.), 2009. La traduction et ses métiers: aspects théoriques et pratiques. Caen, France : Lettres modernes Minard. Cahiers Champollion, 12.
    LEDERER, Marianne, 1997. La théorie interpretative de la traduction: un résumé /. Revue des lettres et de traduction = مجلة الآداب والترجمة [ISSN] N’ 3 (1997), pp. 11-20 [en ligne]. 1997. Disponible à l’adresse : http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/41819

    1. Bonjour

      Merci beaucoup pour votre commentaire et avoir lu l’article. En fait, je ne l’ai pas testé, et vous ? Pouvez-vous me partager votre éxperience si vous l’avez déjà testé !

      Merci
      Rana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.