Compte-rendu colloque: l’interaction et l’ajustement du sens

Muriel Molinié, l’organisatrice du colloque sur l’interaction et l’ajustement du sens est professeur des universités en sciences du langage et didactique des langues et des cultures à Paris 3 Sorbonne –Nouvelle. Elle est aussi membre du membre du DILTEC  et responsable de l’axe  DILFOP (Didactique des langues, Formation, Plurilinguisme). Comme elle est l’auteur des livres de nombreuses publications telles que Recherches Biographiques en Contexte Plurilingue, Autobiographie et réflexivité, Le dessin réflexif : Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue , les recherches de Molinié sont centrées principalement autour du thème de la référence à l’identité et au vécu personnel qu’il est possible d’exploiter en didactique des langues et des cultures. Pour Molinié, le sujet  de l’apprenant peut s’appuyer sur sa biographie langagière pour développer des connaissances en langue étrangère. L’année dernière, au deuxième semestre, j’ai eu l’occasion de suivre le cours de Molinié, et c’est à ce moment -là que j’ai découvert son approche particulière de l’apprentissage.

Avant de faire le compte rendu du colloque organisé par Molinié, je tiens à présenter les notions clés qu’elle aborde dans son atelier et qui sont à mon avis d’une importance capitale.

Le journal de bord: c’est un instrument très privilégiée  dans une démarche d’écriture réflexive. Il constitue un support d’autoformation qui a une portée « rétroactive et proactive » (Deum, 2004, p. 8). C’est aussi un outil d’autoévaluation et de développement des pensées individuelles et autonomes. Le journal de bord est un support qu’un étudiant ou un chercheur peut construire sous deux formats différents. Il peut être informatique ou écrit. Il comporte les traces écrites dont le contenu concerne généralement la narration des événements et leur contextualisation. Cette narration nous permet de connaître des indices internes propres au scripteur c’est-à-dire (idées, émotions, pensées, décisions) ainsi que des indices externes (faits, extraits de textes, descriptions d’une situation ou d’un lieu)

La Réflexivité : Ce thème de recherche est apparu pour la première fois dans les milieux anglo-saxons. Les chercheurs francophones commencent récemment à l’intégrer dans leurs travaux. Pour un enseignant de langue, la réflexivité peut avoir lieu dans deux contextes différents. D’un côté, la réflexion dans l’action et de l’autre côté, la réflexion sur l’action (Schön 1987).

L’entretien biographique : Il s’agit d’une technique de recueil de données qui accorde une grande place à la biographie d’un sujet. Cet entretien prend en compte les éléments vécus par les étudiants et qui peuvent avoir une influence sur leurs parcours d’apprentissage.

Parmi les notions développées, celle qui a retenu mon attention est la Journal de bord. L’année dernière dans le cadre du cours de Molinié, j’ai rédigé un journal de bord qui résume résumant mon parcours d’apprentissage de la langue française ainsi que tout ce que j’ai appris du cours de Molinié. je vais le rajouter en tant que pièce jointe à ce compte –rendu afin que mes camarades puissent avoir une idée de l’élaboration d’un journal de bord.

Lire le journal de bord d’un camarade est très instructif. Il nous informe sur des réalités socio-culturelles qui nous sont inconnues jusqu’à présent. Lorsque j’ai lu le journal de bord de Laura Diaz, une de mes camarades d’atelier, j’ai été  stupéfaite par la façon qu’elle a de relater les événements et par le nombre de livres qu’elle a lu dans sa vie. Et encore plus par sa trajectoire de comédienne. Je pense que si elle avait continué dans cette voie, elle serait aujourd’hui une grande comédienne tant par sa façon de narrer son amour pour   ce grand art que pour son métier d’actrice.

S’agissant des interventions qui ont eu lieu dans ce colloque, la première s’est faite avec Delphine Leroy, chercheuse au laboratoire EXPERICE, un Centre de recherche inter-universitaire. Elle a abordé le thème de l’Expérience, Ressources Culturelles, Education, Histoires de vie et des sujets relatifs à  l’immigration. Par le biais de ce thème Leroy a expliqué qu’elle a mis en place un dispositif permettant aux personnes issues de l’immigration de s’exprimer sur des sujets qui n’ont pas eu l’occasion d’émerger jusqu’ici.

Avec ses étudiants, cette chercheuse effectue une recherche ethnographique, ils vont à la rencontre des personnes migrantes et effectuent des entretiens biographiques. Ils essaient de tirer le maximum d’informations sur la trajectoire linguistique et sociale de ces personnes.  Par la suite,  ils contextualisent ces faits afin de pouvoir les analyser et y trouver des solutions. D’après Leroy, les résultats positifs de cette recherche biographique sont la patrimonialisation d’un parcours de vie, lequel peut informer sur plusieurs éléments concernant la personne . Par ailleurs, se rapprocher des migrants pour comprendre leur histoire de vie aide les étudiants à se débarrasser des clichés et des stéréotypes qu’ils ont développés sur ces personnes. Leroy ajoute que l’intérêt de l’entretien biographique réside dans la recherche de ses propres rapports envers l’autre.

L’entretien biographique peut aussi être considéré comme  un échange entre l’individu et lui-même. Il s’agit  d’un travail qui lui permettra de se découvrir, de connaître des ressources linguistiques qui sont en lui   et, où il pourra faire jaillir de nombreuses connaissances . Selon Leroy, l’entretien biographique est une interaction sociale de soi à soi au moyen d’une vie ou à l’intermédiaire d’une vie.

Par ailleurs,  il a été difficile d’introduire ce projet d’apprentissage basé sur la biographie langagière dans les écoles. Les directeurs n’ont pas vu en lui un projet ou un procédé capable de promouvoir la maîtrise de la langue étrangère chez l’apprenant. Mais Leroy a précisé  que c’est lors d’une fête organisée par l’école de la Seine Saint -Denis qu’elle a eu l’occasion d’en parler pour la première fois. Puis, elle a leur expliqué en tant que  membre de l’éducation nationale que son but était d’amener les étudiants à construire des connaissances en FLE grâce à leurs expériences personnelles. Le directeur a accepté de travailler avec elle sur ce sujet en cherchant une façon de l’intégrer dans les programmes scolaires. Leroy tient à préciser que par la suite des liens se sont formés avec cette école.

Par rapport à la façon dont les étudiants sont formés à prendre en charge l’entretien biographique, il est nécessaire de rappeler qu’ils se sont familiarisés avec  des outils leur permettant de poser un regard objectif sur l’histoire racontée, à apprendre d’elle et surtout à lier l’histoire à l’historicité ,c’est-à-dire aux événements qui ont eu lieu à ce moment-là.

Il faut dire que la collecte des données de l’entretien biographique se réalise sur le terrain, Leroy et ses étudiants se sont déplacés vers les endroits où vivent des personnes migrantes. Ceci afin de rendre visible la parole des personnes oubliées par les autres, et aussi pour valoriser leur langue.

Par contre, d’après Leroy, avant de se lancer dans la recherche ou l’élaboration de son questionnaire, la condition principale est  de maîtriser son objet de recherche.

Exemple :

  • Qu’est-ce que cette recherche va me permettre de savoir ?
  • Est-ce qu’elle répond à sa problématique de départ ?

Leroy conseille de tenir un journal de terrain. Dans ce journal, les étudiants devront noter tout ce qui leur apparaît important à exploiter, c’est-à-dire la rencontre avec l’autre, ce que cette rencontre a provoqué chez les migrants, et ce qu’ils ont conclu de cette histoire après l’avoir retracée.

Dans ses séminaires Muriel Molinié donne la parole à ses doctorants.  Nous avons pu écouter Magalie et Brahim, qui nous ont fait part de leurs recherches, des recherches qu’ils ont menées en utilisant les entretiens biographiques comme moyen de collecte de données.  Brahim travaille sur l’histoire de vie des femmes maghrébines en France. A travers l’entretien biographique, ce doctorant a redonné la parole aux femmes afin qu’elles puissent s’exprimer sur leur condition de femmes soumises et privées de parole en Algérie. Grâce à l’entretien biographique, Brahim a pu collecter du matériel a analysé afin de comprendre pour quelle raison  les femmes en Algérie subissent un tel sort. Quant à Magalie, elle, travaille sur les échanges interculturels dans la mobilité des étudiants Erasmus. Ainsi, elle interroge des étudiants issus des pays européens afin de savoir comment ils vivent leur séjour d’étude en France. La recherche de Magalie croise deux disciplines, la sociolinguistique et la didactique. En effet, elle fait appel à la sociolinguistique pour décrire les faits et les placer dans un contexte, et d’un autre côté elle se sert de la didactique pour proposer des solutions aux problèmes posés. Magalie et Brahim ont tous les deux élaboré un protocole d’enquête comprenant trois étapes principales : le recrutement, les conditions de passation, et la consigne de départ. Et avant d’entamer leur travail de recherche, ils déterminent ce qui peut déclencher la situation de recherche souhaitée  et comment il est possible de confirmer ou d’infirmer les hypothèses de départ. Les participants aux enquêtes ont la liberté d’utiliser la langue qu’ils souhaitent durant les entretiens. La seule condition que les doctorants ont imposé à leurs informateurs est de converser dans un idiome qu’il est leur est compréhensible.

La dernière intervention de la journée est celle de Molinié. Cette enseignante  a précisé que l’entretien biographique constitue un véritable  outil de recherche. Il permet de voir l’écart entre la recherche et la réflexion posée en mettant en avant son aspect pratique.

L’entretien biographique est un outil de travail des deux postures de l’enseignant chercheur, sa posture personnelle et sa posture professionnelle. Selon Mme Molinié, ce type d’entretien ouvre un espace de transformation, de formation et de transition pour les sujets. Lors de l’échange entre les deux pôles de l’interaction, il est possible d’y observer une inter-transformation des sujets. Dans ce cas, les enquêteurs et les enquêtés subissent tous (les) deux le processus de transformation.

L’entretien biographique est caractérisé par son aspect pluridisciplinaire. Il est ainsi nécessaire de faire appel à différentes disciplines et sciences pour pouvoir l’analyser. Une seule science ne suffirait pas.

Journal de bord


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.