Il y a ceux qui parlent aux conférences et nous qui les écoutons

En tant qu’étudiants en master 2 je pense que nous commençons tous à nous rendre à de plus en plus de conférences et séminaires. Il y a parfois des doctorants qui y parlent, mais la plupart du temps ce sont des profs, des auteurs qui nous intimident et qui semblent vraiment au dessus de nous pauvres débutants dans le monde de la recherche.

Et bien contre toute attente j’ai le plaisir de vous annoncer que moi, petite étudiante en master 2, j’ai été invitée à prendre part à une conférence organisée par l’Ambassade de France en Australie et la Francophonie qui se déroulera en mai sur le thème « Qu’enseigne-t-on lorsqu’on enseigne le Français ? ».
J’y parlerai de mes recherches qui se focalisent sur les apports/effets de l’apprentissage du français en école bilingue d’immersion sur la compétence de lecture en anglais de petits australiens anglophones natifs. Apprendre le français dès la maternelle, ça leur apporte évidemment des connaissances en français mais…est-ce que c’est tout?

J’ai hâte de vous en reparler lorsque j’aurais plus de détails, j’avoue que cette nouvelle était vraiment un choc (j’étais invitée à l’Ambassade hier, assez intimidant!) mais un choc agréable.

Bon courage à tous les spectateurs de conférences comme moi, qui tôt (très tôt!) ou tard deviendront à leur tour, conférenciers!


Manon

Etudiante en Master 2 DFLE à la Sorbonne Nouvelle, en échange à Monash University, Melbourne, Australie. Mon mémoire s'intéresse aux effets de la bilitéracie en immersion choisie sur l'apprentissage de la lecture en L1, avec comme contexte de recherche les écoles bilingues français-anglais de Melbourne. Je suis en double-cursus et étudie également l'Astrophysique. J'ai une licence de Sciences du Langage / Enseignement du FLE.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *