Pas de bol!

Pas de bol, il y a un an, je suis tombée sur un concept qui me plaisait bien dans un livre écrit en anglais. Il parlait de « literacy ». Je cherchais un sujet pour mon mémoire et je me suis dit : « ça, ça me parle ».

Pas de bol, j’ai développé mon idée de sujet sur la « literacy » à partir de ce livre en anglais, et un autre, et un autre.

Pas de bol, j’en ai parlé à l’oral avec ma directrice de recherche qui avait l’air emballée, et j’ai commencé à formuler mon sujet en français sur la « litéracie« . J’avais plein de sources en anglais et même une en français, celle de Balsev et Saada-Robert (2002).

Pas de bol, lors de mes recherches, je tombe sur un article qui parle de « littératie » (Chiss, 2008). Bon, pourquoi pas. Après tout il y a peut-être plusieurs traductions!

Pas de bol, je tombe sur un autre article qui parle de littéracie (Marquillo-Larruy, 2012).

Pas de bol, je tombe sur DES DIZAINES D’ARTICLES qui se posent la question de quelle est l’orthographe qui convient. Ils argumentent, se répondent entre eux, défendent leur orthographe ou la modifient.

Du coup, moi, qui pensais utiliser une citation pour définir rapidement le concept de « literacy » dans mon introduction, je me retrouve à devoir prendre position, à devoir rejoindre la bataille. Quelle orthographe choisir? Quel auteur dois-je suivre, quels auteurs dois-je renier? Je n’ai pas les armes pour faire cette guerre, je ne suis qu’une toute petite au milieu des grands et je ne ressens pas cette légitimité qu’ont les autres pour dire que telle ou telle orthographe ne me convient pas, pour dire que je sais mieux.

Alors, pour ne pas trop me mouiller, je décide de faire comme Martine Marquillo-Larruy et de dire; « Je respecte les choix des auteurs cités, et quant à moi, j’utilise la graphie » litéracie.

Pas de bol.

 

 


Manon

Etudiante en Master 2 DFLE à la Sorbonne Nouvelle, en échange à Monash University, Melbourne, Australie. Mon mémoire s'intéresse aux effets de la bilitéracie en immersion choisie sur l'apprentissage de la lecture en L1, avec comme contexte de recherche les écoles bilingues français-anglais de Melbourne. Je suis en double-cursus et étudie également l'Astrophysique. J'ai une licence de Sciences du Langage / Enseignement du FLE.

More Posts

2 réflexions au sujet de « Pas de bol! »

  1. Manque de pot ! Je ne pensais pas que la distinction était si importante . Tu pourrais expliquer brièvement en quoi consiste la différenciation entre les deux orthographes ? Merci.

    1. Salut Beya!
      Cet article était plus humoristique qu’autre chose, c’est vrai que c’est une surprise que je n’avais pas du tout prévue, mais pas forcément une véritable poisse 😉

      Pour les significations, « from my understanding » (comme on commence les messages humblement ici en Australie);

      Martine Marquillo-Larruy explique que « L’instabilité orthographique en français de « literacy » n’est peut-être qu’un signe avant-coureur —néanmoins symptomatique— des embarras de la migration en francophonie
      de ce concept britannique » (2012).

      A mon sens il s’agit surtout d’un tâtonnement de traduction avec une volonté de certains (dont je fais partie) de s’éloigner au maximum du concept de littérature.

      En anglais « literacy » est tiré de « literate » qui signifie « qui sait lire/écrire et que nous traduisons par « alphabétisé » en français.
      En revanche, si l’on parle de quelqu’un de lettré en France, on parle de quelqu’un qui a une culture des lettres, ce qui à mon sens est très différent du sens anglo-saxon.

      Ainsi, utiliser le mot « littératie » comme le fait Martine Marquillo-Larruy, ou plus proche de nous – et géographiquement, de vous, amis de la rue Saint-Jacques, Jean-Louis Chiss, est pour moi un problème dans le sens que cette orthographe renvoie plus à une idée d’être lettré que d’être « literate »/alphabétisé.

      Loin de moi évidemment de remettre en cause le travail de monsieur Chiss (olala j’espère qu’il ne lit pas ce blog héhé) mais lors de la rédaction de mon mémoire j’ai essayé de rester au plus près du concept anglo-saxon en utilisant « litéracie », avec le « c » et un seul « t » comme l’utilisent par exemple Baalsev et Saada-Robert pour rester au plus proche du sens anglo-saxon qui, comme tu le sais, est au centre de mes recherches puisque je les effectue depuis Melbourne 🙂

      Source pour Marquillo-Larruy : https://acedle.org/old/IMG/pdf/03_Marquillo-Larruy.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *