JOURNEE D’ETUDE

 

Le 17 février 2017, j’ai assisté à une journée d’étude intitulée ‘’Politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations’’ organisée par l’équipe de recherche PLIDAM (Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiation) de L’INALCO (Institut National des langues et civilisation orientales).
C’était une journée extraordinaire pour moi. Quand je suis arrivée, la présentation avait déjà commencé. Je me suis assise à côté de mon amie et soudain,, j’ai entendu le nom de M. Martinez qui apparaît dans la bibliographie de mon mémoire. J’ai été très surprise car justement c’était l’homme qui était assis à côté de mon amie. J’étais très contente de le voir et cela m’a beaucoup touché !
La journée était divisée en deux parties.
La première partie : ‘’matinée’’ de 9h à midi concernait l’ouvrage Le précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme rédigé par l’équipe de PLIDAM publié en 2008 en français et présenté ce jour-là à l’occasion de sa traduction en chinois par le Pr FU Rong et son équipe de l’université des études étrangères de Pékin (2016).
La deuxième partie : ‘’après-midi’’ de 15h à 17h a traité des regards croisés en didactique des langues et en sociolinguistique sur les représentations sociales lorsque deux disciplines proches partagent un mot-clé. Cette journée d’étude a effectivement permis à des spécialistes d’horizons différents de confronter leurs idées sur le sujet.
Dans l’ensemble, la journée était bien organisée.
En effet, au cours de la première partie des échanges ont eu lieu entre plusieurs professeurs. J’ai appris de nouvelles informations concernant une expérience de traduction du français au chinois du Professeur FU Rong. En répondant à la question suivante « Pourquoi la traduction ? » , il a précisé que ‘’mondialisation ‘’signifiait échange, partage et mutualisation de nos idées, expériences et pratiques des langues cultures… une valeur et une finalité communes pour constituer d’ex politiques linguistiques éducatives en général et la didactique des langues-cultures en particulier ……en relation étroite avec le concept de l’ « éducation par les langues-cultures » concept didactologique avancé et défendu par Robert Galisson…’’
Puis, il a mentionné certains débats linguistiques, disciplinaires et culturels soulevés au cours de la traduction. Au cours de cette communication, il a abordé quelques difficultés de la traduction d’une langue à l’autre plus particulièrement dans le choix du mot approprié comme par exemple : multi et pluri ‘’ en français qui se traduit par le même mot en chinois . Nous avons ainsi compris que pour traduire il faut avoir une bonne connaissance de la culture cachée dans une langue et que cette culture ne peut jamais être séparée de la langue elle-même.
Sa dernière partie était consacrée aux stratégies de traduction telles que :
– le processus d’interprétation, de déverbalisation et de reformulation
– la bonne compréhension du sens du texte original et l’expression correcte dans la langue d’arrivée.
Lors de la deuxième partie, j’ai été déçue par une communication pendant laquelle je n’ai pas compris ce que voulait dire la personne qui a pris la parole. Sa voix n’était pas claire et sa façon de s’asseoir et ses regards m’ont ennuyée.
Mais à la fin, j’ai davantage apprécié l’exposé de Mme MOOR, Danièle Moor, professeur à l’université Simon Fraserburgh (Vancouver, Canada). Elle nous a présenté ses recherches en sociolinguistique, en didactique des langues et en acquisition qui regroupent l’étude des plurilinguismes sociaux et l’analyse des interactions de classe. Cet exposé était riche et très utile car elle nous a expliqué comment elle tire profit d’une façon très efficace des tableaux et des textes en classe de langues.

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts


4 réflexions sur « JOURNEE D’ETUDE »

  1. Salut, Rana! J’étais contente d’avoir eu l’occasion d’assister à cette colloque aussi. Ce jour là m’avait paru très inoubliable du fait que j’ai appris beaucoup de choses la dessus. l’un des représentants comme tu as mentionné dans ce compte rendu, FU Rong qui est professeur de l’université de langue étrangère de Pékin, est venu aussi, donc, j’ai eu l’honneur de bavarder avec lui durant la pose café. je ne parle pas trop ici, je pense que je vais écrire un compte rendu comme toi!!!

    1. Salut Bing,

      Merci pour ton commentaire. C’est vrai c’était un jour inoubliable, moi aussi j’ai appris beaucoup de choses qui sont vraiment utiles. Je suis très contente pour toi car tu as eu le temps pour y aller.
      Bonne continuation!

  2. Salut Rana,

    Je suis soulagée que tu aies pu assister à cette journée d’étude puisque l’expérience du professeur Fu Rong m’a immédiatement fait penser à ton sujet de mémoire. Je suis totalement d’accord avec le fait que la culture soit extrêmement liée à la langue surtout lorsqu’il s’agit du travail délicat qu’est la traduction.

    En revanche, je ne pense pas qu’avoir une bonne connaissance de la culture de la langue source suffise à traduire convenablement. D’abord je ne pense pas qu’une langue possède UNE culture. Si on prend l’exemple du français, il est parlé partout dans le monde et par conséquent, il est empreint de plusieurs cultures différentes selon l’endroit où il se trouve. Un même mot en Suisse peut posséder une connotation voire une signification totalement différente en France ou au Québec. Cette différence de sens est même observable au sein d’une même communauté linguistique suivant les différences de classes sociales par exemple.

    Je pense qu’au delà de la connaissance d’une unique culture qui serait figée et propre à la langue, la connaissance contextuelle des paramètres diatopiques, temporels, diastratiques ou encore diaphasiques sont également à prendre en compte dans une traduction. Malheureusement, on est d’accord, c’est très complexe. C’est pour ça que de toute façon, je suis d’avis qu’une traduction parfaitement parfaite, ça n’existera jamais. 😉

    Encore merci pour ton compte rendu et bonne continuation!

    1. Salut Nanaïssa,

      Merci pour ton commentaire que je trouve très raisonnable et utile et merci pour tes sentiments partagés. Tu as raison la culture de la langue source ne sera pas suffisamment pour arriver à réaliser la traduction demandée, c’est à dire une traduction compréhensible et claire.

      Je suis tout à fait d’accord avec toi que la langue ne possède pas UNE culture et l’exemple que tu as expliqué est clair, j’aimerais bien ajouter un autre exemple, on peut prendre la langue arabe, cette langue se parle par presque 422 millions de personnes dans le monde (selon un article un article que j’ai déjà lu) mais ces interlocuteurs ne partagent pas la même culture. En plus, on peut trouver, comme tu avais dit, un même mot qui a une connotation voire une signification totalement différente, et quelques fois ça existe dans le même pays, le sens diffère d’une ville à l’autre.

      La mal compréhension des cultures sera un handicap devant un travail de traduction car la traduction est la compréhension. Elle n’est pas chercher de langue mais chercher entre les langues. Vraiment il n’y a pas de traduction idéale.

      Encore merci Nanaïssa pour ta réaction et bonne continuation à toi également.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.