Cliché d’une soutenance déjà vue sur le stéréotype

http://ekladata.com/6QY-RAMJpl5id1IfX4Wk_Y29MAo.png http://monprofdefrancaisama20032013.blogspot.fr/2014_11_01_archive.html

A la maison de la recherche de Paris 3, le mercredi 8 février 2017 à 14h, Madame Elodie Malanda soutient sa thèse de Doctorat : La transmission des valeurs dans les romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne (France, Allemagne, 1991-2010). Les pièges de la bonne intention.

Ce jour-là, dans la salle, il y a bien évidemment Elodie Malanda, la doctorante, venue soutenir sa thèse, accompagnée de ceux – nombreux – venus la soutenir, elle, tous face à ceux – cinq – qui jugeront la qualité de son travail accompli et de son discours à venir. À la présentation orale de Malanda, succèdent les interventions du jury et très rapidement je réalise qu’il me manque une pièce d’importance : la thèse. Si je suis parvenue à suivre l’exposé général, en revanche il m’est impossible de relier les questions, critiques et autres remarques du jury à un texte que je n’ai pas lu, et dont le relief et les interstices m’échappent. Par ailleurs, je comprends tout aussi rapidement que la thèse est le résultat d’un travail de recherche d’une grande qualité. Et aux demandes de justification ou de précision se mêlent des éloges unanimes et pluridisciplinaires.

Je m’attarderai ici sur une notion dont il a été question lors des échanges entre la doctorante et l’un des membres du jury : le stéréotype. Peut-on parler de stéréotype nocif et de stéréotype inoffensif ? Pour Malanda, le cliché des anglais qui boivent du thé serait inoffensif, alors que celui des africains qui seraient violents serait nocif. Ce que contredit un des membres du jury, qui affirme la toxicité de tout stéréotype, quel qu’il soit, dans la mesure où il réduit une culture ou un peuple à une attitude ou à un trait de caractère et qu’il est le fruit de représentations erronées, génératrices de préjugés peu propices à l’ouverture à et sur l’altérité. Mais il ajoute que « le stéréotype est utile : il permet de se relier à son lecteur. La question est de savoir comment l’auteur peut jouer avec les stéréotypes. » Les stéréotypes seraient omniprésents et participeraient de toute création littéraire. Cela semble évident – davantage encore depuis Magritte – Ceci n’est pas une pipe1 – et Korzybski – Une carte n’est pas le territoire qu’elle représente2. La littérature n’est pas la réalité mais une représentation de la réalité, réalité qui ne se laisse pas embrasser. La représentation que nous avons de cette réalité que nous ne pouvons pas envisager dans son entièreté est nécessairement constituée de stéréotypes. La réalité – inexistante – n’est qu’une reconstitution de stéréotypes que, tous, nous avons élaborés, puisque nous ne pouvons pas y avoir accès sans passer par le filtre de nos représentations. Le préjugé n’est donc pas seulement accidentel, il est aussi incontournable, voire indispensable. Par ailleurs, je me suis demandé quelles étaient les différences entre le stéréotype, le préjugé, la représentation, et par quels chemins ces notions reliaient la xénophobie, le rejet de l’altérité, ou au contraire l’acceptation des altérités, l’ouverture, voire la xénophilie. Laquelle de la représentation ou de la valeur précède l’autre ? Et si mon père naquit à Clichy3, est-ce que je vis, moi, en Stéréotypie ? Sommes-nous condamnés à la tragédie déjà vue, à l’image de cette antique famille des Atrides ?

Toutes ces questions m’ont invitée à me tourner vers les sciences cognitives, la philosophie du langage, la psychologie, la sociologie, pour parvenir à la didactique du plurilinguisme – domaine dans le lequel je finis toujours par échouer et qui semble être relié à l’ensemble des disciplines des sciences humaines.

Au sortir de cette soutenance, je suis entrée dans une boulangerie pour acheter une baguette, que je prends soin de ne pas mettre son le bras, bien que j’en meure d’envie ; m’attarde à enfiler mon béret en flanelle et j’enfourche mon vélo, du haut duquel, à la première occasion et satisfaite de l’avoir trouvée, j’émets un « rho tss » parce que c’est bien connu, nous les français, on râle tout le temps. C’est en longeant la place Saint-Michel que j’ai compris que non seulement ma vie est un stéréotype mais LA vie est un stéréotype : j’ai vu de mes yeux vu un écossais en kilt qui jouait de la cornemuse dans les brumes de février à la nuit tombante sous un crachin débutant. J’ai repensé à l’échange entre la doctorante et le professeur et je me suis demandé lequel des deux aurait vu là, dans ce spectacle hivernal et parisien, une provocation à laquelle ne pas répondre, un cliché à détruire, un folklore à bannir, un événement sans importance ou encore une activité humaine porteuse de toute une histoire intime et commune, dans laquelle tous nous pataugeons. Je me suis dit que non seulement la vie est un cliché mais je me suis vue moi, en cliché prophylactique d’un monde qui m’entoure et dont je suis le centre.

1Magritte René, La trahison des images, huile sur toile, 59×65 cm, Los Angeles Country Museum of Arts, 1928

2Korzybski Alfred, Science and Sanity: An Introduction to Non Aristotelian Systems and General Semantics, International Non-Aristotelian Library Publishing Company, New York, 1933

3Commune des Hauts-de-Seine, située au nord de Paris


Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

4 réflexions au sujet de « Cliché d’une soutenance déjà vue sur le stéréotype »

  1. Bonjour, Mégali. Merci de nous partager cette expérience de stéréotype. je trouve que « j’ai vu de mes yeux vu un écossais en kilt qui jouait de la cornemuse dans les brumes de février à la nuit tombante sous un crachin débutant » est une belle phrase ça, bien que je ne comprenne pas totalement, c’est la poésie!
    Du coup, je pose une question peut-êtes un peu bête, puisque je suis un peu perdue, c’est quoi « rho tss » ??

    1. « rho tss » c’est une onomatopée. Je te ferai entendre ce bruit de vive voix, mais si tu tends l’oreille tu devrais l’entendre régulièrement autour de toi ! Bien sûr il y a des variantes, et l’on y ajoute souvent un « pfff ». Je te ferai écouter tout cela !

  2. Merci Magali de partager ce « compte rendu » de la soutenance à laquelle tu as assisté. Pour des raisons personnelles, je n’ai pas pu me libérer pour m’y rendre, à mon plus grand regret.
    Car je savais que cette soutenance aurait des échos avec mes intentions de recherche (culture/civilisation/approche biographique en ce qui me concerne ) et c’est exactement sur la question des stéréotypes à laquelle qu’on peut et qu’on doit dirais-je (!) se confronter.
    Exclure totalement les stéréotypes de nos pratiques d’enseignants et de chercheurs ? Ce qui serait regrettable, force de constater que les stéréotypes sont une entrée en matière (comme avec des apprenants A.1.1.), pas la meilleure entrée certes, mais au lieu de les exclure, « autant les mettre à profit et les exploiter pour mieux les dompter ». Ce que je dis là n’a rien de nouveau. Je ne fais que répéter ce que j’ai déjà pu partager et entendre, comme ton billet en est une illustration.
    En revanche, je m’interroge sur ces prises de positions entre stéréotypes « nocifs » ou « inoffensifs ». Ces dénominations ? Pourquoi pas, comme entrée en matière à nouveau mais je rejoins plutôt l’avis de ce membre du jury sur cette « toxicité » et cette « réduction » d’un groupe/nation/communauté linguistique à un trait caractéristique individuel. En ce qui me concerne, je ne m’identifie pas aux clichés français (c’est pas compliqué, je ne consomme pas de baguettes, je n’en achète jamais, parce que c’est pas dans ma culture !)

    Très récemment, je suis allée voir Moonlight au cinéma (film que je recommande au passage) et dans la journée qui a suivi j’ai pu regarder l’interview du réalisateur Barry Jenkins par Mouloud Achour pour la Clique (le lien http://www.clique.tv/clique-x-barry-jenkins/) et sur cette question des stéréotypes, on peut retenir de leurs échanges que je « copie/colle » ici :

    – Mouloud Achour « Je voudrais évoquer l’image des Noirs dans ces films, les films des studios américains. Par exemple, dans ton film, le personnage de Juan, c’est tout le contraire des personnages que l’on peut voir dans les films de grand studio qui font jouer ce stéréotype du Noir de ghetto qui gagne de l’argent. Parce qu’on a toujours l’image d’un homme sans cœur. Mais là, il s’occupe d’un gamin. »
    – Barry Jenkins : « Je pense que les stéréotypes, bien souvent, naissent en dehors de la culture. Je construis le personnage en fonction des personnes que j’ai connues, et non en fonction des stéréotypes que j’ai vus dans les films et à la télévision, ou à la radio et dans les journaux. Et quand tu fais ça, il n’y a plus de stéréotype. »

    « La vie est un stéréotype » . Peut-être pour toi …
    Mais n’oublions pas que NOUS, nous ne sommes pas des stéréotypes ; que je peux me considérer comme « française » sans avoir à justifier les stéréotypes du « français ».
    Les stéréotypes ne sont pas affaire d’une culture, d’une civilisation. Ils le sont lorsque l’individu y donne de l’intérêt. (enfin selon moin hein?)

    Merci pour ton billet

    1. Quand je dis « la vie est un stéréotype », c’est une métonymie. Le monde qui nous entoure n’existe pas : c’est nous qui le créons, comme on construit un terrain. Or « nous » ou « je » est un crible auquel les stéréotypes n’échappent pas, et qui n’échappe pas aux stéréotypes, stéréotypes nécessaires pour organiser, classifier, ordonner ce monde environnant. J’ajouterai donc que la vie est une fabrique à stéréotypes.
      Dans le cas de la baguette et du kilt, j’aurais peut-être dû employer le terme de « caricature », plus adapté à l’intention initiale de mon billet, qui n’était ni de défendre le stéréotype, ni de le condamner, mais simplement de constater son omniprésence, et dans la littérature, et dans la vie quotidienne, sur un ton léger.
      Allez, bon courage (je viens de lire ton billet sur le blog de Kenza)… Une séance en bibliothèque, peut être ?!
      A bientôt, et aussi merci pour les références !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *