Notes de lecture: Politiques linguistiques en Méditerrannée, sous la direction de Michel BOZDEMIR et Louis-Jean Calvet, 2010

En cette période de rédaction des mémoires, je vous invite, chers amis, à plonger dans les articles issus du colloque «Politiques linguistiques en méditerranée» édités sous la direction de Michel Bozdémir et de Louis-Jean Calvet. Ces articles vont intéresser ces étudiants qui travaillent sur les systèmes éducatifs, souvent tributaires des politiques linguistiques de leurs dirigeants. Parmi les articles de ces communications, on peut citer «Politiques et identités linguistiques: le cas complexe de l’Espagne» de Line AMSELEM, «Politique linguistique en Algérie indépendante» de Mohamed BENRABAH ou encore de «D’une illusion linguistique vers la rénovation d’une langue: un essai de bilan de l’expérience turque» de Michel BOZDEMIR.
Celui de Sylvain AUROUX intitulé «Le modèle français de politique linguistique: De la monarchie à la révolution» a retenu mon attention.
De prime d’abord, l’auteur définit la politique linguistique, en ces termes :
«On nomme généralement «politique linguistique» l’ensemble des actes par lesquels une société₁ réforme (Fodor et Hagège), 1983), étend durant les conquêtes et la colonisation (Calvet 1974), fait rayonner (extension des locuteurs de langue seconde, position de la littérature, utilisation diplomatique, scientifique, etc.) «sa» langue ou gère le multilinguisme sur son territoire.» (Sylvain AUROUX, Le modèle français de politique linguistique: De la monarchie à la révolution, Politiques linguistiques en Méditerranée», p.37, 2010)
Auroux explique en notes de page que «société» renvoie souvent à «Etat» même s’il reconnait «qu’on peut parler de politique linguistique sans qu’il y ait d’Etat, ni même d’institutions bien spécifiques.»
Cette définition est intéressante en ce sens qu’elle nous permet de nous guider vers la gestion du multilinguisme et ses conséquences sur le plan éducatif, nous étudiants, qui venons des pays où les orientations de leur système éducatif sont incomprises de la population.
Ensuite, l’auteur s’arrête sur l’histoire du français et de son expansion en partant du texte des Serments de Strasbourg à la Création de la Société délibérante des amateurs de la langue française.
Par ailleurs, l’auteur explique que les conditions des politiques linguistiques changent et recense plusieurs cas de figure:
– «Le Modèle avec Etat central : on construit une langue nationale sous l’égide du pouvoir central»
– «Le Modèle sans Etat central: la légitimité peut éventuellement être recherchée dans l’histoire.»
– «Le Modèle de colonisation sur des substrats non-indo-européens: utilisation comme langue véhiculaire d’une version grammaticalisée et institutionnalisée d’une langue par les européens.»
– «La langue de la religion.»
Etc.

Autre élément qui a attiré mon attention, c’est la grammatisation. L’auteur explqiue que la grammatisation n’est là que pour décrire une langue et non la normer. Cette idée de bon sens m’interpelle dans le sens où, à force de nous référer à la grammaire d’une langue décrite dans les ouvrages, on avait l’impression que les ouvrages nous dictaient notre façon d’utiliser telle ou telle règle et conditionnait nos pratiques. Or cette réflexion de l’auteur m’a permis de prendre du recul et de reconnaitre aux règles de grammaires décrites dans les ouvrages si incontournables soient-ils, seulement leur rôle de description et non de prescription.
Loin de moi l’idée de faire un compte rendu d’un article aussi dense, mais j’ai voulu en parler parce que je sais que beaucoup de mes camarades travaillent sur des pratiques et des systèmes éducatifs qui sont souvent les fruits des politiques linguistiques.


MOUSSA YABEH Mohamed

Ex-professeur de français à Djibouti Actuellement inscrit en M2 Didactique (Spéc 1) à l'Université Sorbonne Nouvelle

More Posts

Follow Me:
FacebookFlickr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *