Compte rendu du colloque « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle »

Le colloque international intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle » a eu lieu le vendredi 21 octobre au samedi 22 octobre 2016.

Voici quelques réflexions personnelles avant la participation au colloque:  la question de l’éthique et de la responsabilité dans la didactique des langues m’apparait à la fois intéressante et complexe. Commençons par la définition même du mot-clé, selon CNRTL, l’éthique est « la science qui qui traite des principes régulateurs de l’action et de la morale »; la responsabilité est « l’obligation faite à une personne de répondre de ses actes du fait du rôle, des charges qu’elle doit assumer et d’en supporter toutes les conséquences ». Cet rappel des définitions m’oriente immédiatement vers l’idée suivante: dans quelle posture l’enseignant s’exercera son métier, c’est à dire le rôle et la responsabilité du métier de l’enseignant dans la transmission du savoir, du savoir-être et du savoir-faire.

C’est aussi la raison principale que j’ai décidé de prolonger cette réflexion en appuyant sur la présentation de Javier Suso Lopez « La dimension dimension éthique dans la didactique du FLE: bref parcours historique ».

Dans sa première partie de présentation, l’auteur a fait un bref parcours de l’évolution du rôle des

enseignants de langue français étrangère depuis XVIème: le français est enseigné dans un cercle assez restreint (noble, famille aisée) et l’employeur possède un grand pouvoir sur l’enseignant. Peu à peu, les enseignants deviennent comme l’auteur de manuel, mais la question de la fiabilité du manuel est remise en cause, d’où divers problèmes peuvent s’apparaitre comme celui de l’orientation d’un tel courant didactique que l’autre …

Dans la deuxième partie, la question de la déontologie a été soulevée. Selon Antoine Novoa, il faut « établir d’un ensemble de normes et de valeurs », c’est à dire une professionnalisation du métier d’enseignant. De nouveau, la définition du mot déontologie me semble nécessaire: « ensemble des règles morales qui régissent l’exercice d’une profession ou les rapports sociaux de ses membres », et cela me fait penser à une expression idiomatique chinoise jiaoshuyuren 教书育人(enseigner le savoir et éduquer la personne), elle est connue de toute la communauté chinoise et se porte comme une maxime de tous les enseignants. En effet, le rôle des enseignants est double, ils ont pour mission de transmettre les savoirs du domaine concerné, mais aussi d’apporter des valeurs morales et éthiques nécessaires de toutes natures confondues.

De façon systématique, la mission fondamentale d’un enseignant de langue consiste à représenter la langue, la culture, la civilisation… Cependant, un enseignant de langue n’est pas plus « différent » que d’autres enseignants, au contraire, les enseignants des langues possèdent plus de matière à diffuser des « justes valeurs ». Aussi, comment ces valeurs morales et éthiques sont-elles transmises? oralement? à travers des livres? Une autre question se pose: comment et par quel biais que ces valeurs peuvent-elles diffuser, le savoir-être de l’enseignant n’est-il pas le meilleur modèle?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.