Des professionnels de différents secteurs du FLE parlent de leur métier

J’ai décidé de commencer mon billet par la célèbre citation de J.P SARTRE «L’enfer, c’est les autres.», citation extraite de sa pièce de théâtre Huis clos. Citation mal comprise. De prime abord, c’est une assertion qui conforte tous les esprits «étroits» qui sont convaincus que l’Autre, l’étranger n’est là que pour nous déstabiliser et mettre à mal nos certitudes, d’où les conflits. Or, le philosophe dans ses tentatives d’explications, parce que la formule «a dépassé le cadre philosophe.» déclare qu’ «On a cru que je voulais dire par là que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c’était toujours des rapports infernaux. Or, c’est tout autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l’autre ne peut être que l’enfer.»
Cette citation n’a pas quitté mon esprit tout au long de l’intervention des invités de la rencontre entre les professionnels de différents secteurs du FLE qui parlaient de leur métier et les étudiants de Master 2 Didactique.
Mme SPAETH, directrice du DILTEC a, dans son mot d’ouverture, que la didactique du FLE est tournée vers le terrain et a encouragé les rencontres de ce type qui sont bénéfiques et pour les étudiants qui, ainsi, échangent avec les professionnels des métiers FLE afin de s’informer sur les contraintes et les procédures dans ce secteur ; et pour les professionnels qui attendent beaucoup du dynamisme des jeunes diplômés.
Les intervenants qui nous venaient du milieu scolaire ont parlé de leur expérience et ont expliqué le dispositif mis en place pour les élèves nouvellement arrivés. Que faut-il retenir?
Dans le passé, l’élève nouvellement arrivé non francophone, quel que soit son âge, intégrait une classe où les bases de la langue française étaient dispensées. Ainsi, les enseignants pouvaient se retrouver dans des classes très hétérogènes et difficiles à gérer.
Présentement, un test diagnostique détermine le niveau en français de l’élève nouvellement arrivé désormais considéré comme allophone (c’est-à-dire qui a une autre langue dans son répertoire). L’élève est admis dans un niveau de sa classe d’âge et suivra des cours comme l’EPS ou l’anglais avec des élèves de son âge mais est mis dans une unité pédagogique particulière (10 à 12 heures par semaine) pour qu’il rattrape son retard.
De ce nouveau paradigme naitra les UPE2A (Unité pédagogique pour élève allophone arrivant). Ces unités sont reparties inégalement sur le territoire. On en compte 50 à Paris. Est poursuivi comme objectif une intégration progressive de l’élève dans le niveau de sa classe d’âge. Les intervenants ont insisté sur la nécessité de collaboration et d’échange entre les enseignants UPE2A et les enseignants des classes ordinaires.
Au collège, il arrive qu’un enseignant s’occupe d’une UPE2A parallèlement à ses cours en classe ordinaire. Et chose étonnante, l’intervenante a affirmé que son expérience en UPE2A l’a aidé à amélioré à mieux enseigner dans sa classe «ordinaire. »
Dans la 2ème partie de la rencontre, des responsables d’associations ont insisté sur la nécessité de prêter main forte, d’une manière ou d’une autre, à toutes les volontés qui viennent en aide les élèves et les familles qui vivent des moments difficiles. THOT, AUTREMONDE et RADYA, avec chacune sa manière de faire, relèvent merveilleusement bien le défi de la lutte contre l’exclusion.
THOT propose des sessions de cours de français de 16 semaines pour permettre une intégration par la langue. La Présidente de l’association a expliqué que son association propose des cours avec des «vrais professeurs» sensibilisés sur la question des migrants. De plus, connaitre une des langues des migrants est un atout pour le recrutement pour que le message passe mieux surtout au début où le nouvel arrivant a besoin de passer par sa langue maternelle pour comprendre. L’association ne se limite pas à l’enseignement; la présidente a détaillé les aides juridiques et sociales qu’ils peuvent apporter à ces personnes et familles parfois dans la détresse la plus totale. Un professeur de l’association a parlé d’ «intégration rapide» parce que THOT a comme objectif une intégration linguistique, sociale, culturelle et professionnelle.
Les autres associations présentes comme Autremonde et RADYA, ont, à travers leurs responsables, insisté sur leurs objectifs de solidarité pour un lien social et combattre la précarité.
Avec cette volonté d’«aider» et d’«aimer», l’autre n’est plus l’enfer.

MOUSSA YABEH Mohamed

Ex-professeur de français à Djibouti Actuellement inscrit en M2 Didactique (Spéc 1) à l'Université Sorbonne Nouvelle

More Posts

Follow Me:
FacebookFlickr


Une réflexion sur « Des professionnels de différents secteurs du FLE parlent de leur métier »

  1. Merci beaucoup Mohamed pour ce compte rendu risqué… Pouvez-vous corriger ce passage : « la nécessité de prêter forte d’une manière ou d’une autre toutes les volontés qui viennent en aide les élèves et les familles qui vivent des moments difficiles. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.