Compte rendu Colloque DILTEC 2016

Voici un petit récit qui retrace mon expérience du Colloque DILTEC 2016. Le colloque intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle » a eu lieu le vendredi 21 (de 9h à 18h) et le samedi 22 octobre (de 9h à 13h30) 2016 dans les locaux de la Sorbonne Nouvelle. C’était la première fois que j’ai assisté à une conférence ici à Paris. De plus, quelques intervenants étaient venus ailleurs que la France aussi, plus précisément l’Université de Mohammedia, l’Université de Tunis et l’Université di Macerata. Les intervenants locaux venaient des universités prestigieuses de la France à titre exemple l’Institut Pasteur, l’Université Jean Monnet et la Sorbonne Nouvelle parmi d’autres.

C’était mes professeurs qui ont mentionné le colloque et les utilités qu’il peut porter pour nous aider à notre choix de sujet de mémoire de M2. De plus, on a dû écrire un compte rendu du colloque. La veille du colloque, j’étais très enthousiasmé pour le lendemain. J’ai choisi un carnet pour prendre les notes, j’ai vérifié que la batterie de mon portable était bien chargée et j’ai confirmé le chemin de chez moi jusqu’à 14 rue Cujas sur un appli.

Le vendredi j’étais dehors la Sorbonne Nouvelle à 8h45. J’ai rencontré d’autres camarades et nous sommes entrés à 8h 50. J’ai montré ma carte d’étudiante à la porte et je suis entré dans les locaux.

-« Uhh Monsieur, on doit aller où ? »

-« Oui c’est à gauche et puis tout droit, ensuite vous prenez les escaliers et c’est le 1er étage à gauche»

-« uhhhhhhh d’accord merci beaucoup »

C’était la première fois que je suis entré la Sorbonne par 14 rue Cujas pour aller à l’Amphithéâtre Durkheim. Cela me parait un labyrinthe. Je ne suis pas du tout bon lorsqu’il s’agit des directions. J’ai apprécié ce labyrinthe fabriqué de bois d’un couleur parfait du chocolat. On aurait dit qu’on marchait dans les sentiers d’histoire vers un sommet de la connaissance et sagesse. Le moment où je suis entré dans l’Amphithéâtre Durkheim, j’étais fasciné par la grandeur de la salle et du fait que tout était fourni du bois.

A 9h a commencé la conférence de Jean-Pierre Changeux intitulé « Vers une neuroscience de la personne humaine ». Jean-Pierre Changeux est un neurobiologiste très connu qui travaille sur le système nerveux et les fonctions cognitives. J’étais émerveillé par son conférence. Les rapports entre la neuroscience et les cognitions linguistiques étaient un aspect de la science sur lequel je n’ai jamais réfléchi. A ce moment-là, j’ai pris la résolution de rédiger mon mémoire sur ce thème.

A 10h15 nous sommes tous allés à Saint Jacques pour prendre une collation. Et voilà, devant moi était la deuxième spécialité de la France que j’adore : les pains au chocolat et les pains aux raisins. L’ambiance de Saint Jacques était complètement transformée des locaux où les étudiants venaient chaque jour, assistaient aux cours et partaient, à un endroit où tout le monde discutait leurs réactions autour du colloque et les conférences qu’ils assisteront plus tard.

J’ai choisi la salle V où Javier Suso Lopez a présenté « La dimension éthique dans la didactique éthique dans la didactique du FLE : bref parcours historique » à 10h45. Dans cette communication, Lopez nous a montré l’enjeu entre éthique et responsabilité de XVI à XIX siècle. Pendant ces siècles on examinait le métier de professeur du français. De plus Lopez a abordé les thèmes de la langue française elle-même, ce qui ça veut dire en fait d’être enseignant de français, les qualités d’un bon enseignant, la méthode et la liberté qu’on a lorsque l’application de cette méthode d’enseignement du français. Finalement les responsabilités d’un enseignant et un étudiant.

La deuxième communication à laquelle j’ai assisté était celle de Florimand Rakatoenelina « Pour une éthique des textes et des discours médiatiques en classe de langue : questionnements, choix et engagements. » Dans cette communication Rakatoenelina relie le thème d’éthique aux discours médiatiques. Il a analysé les formes langagières des discours médiatiques pour éviter des raccourcis culturels.

A 11h45 j’ai assisté à la communication de Cécile Bruley, Mariela De Ferrari et Branislav Meszaros, « De l’analyse de l’expérience à la professionnalisation des enseignants. Quels enjeux, quels principes, quels périmètres en formation initiale en Master FLE.» Ces trois chercheurs projettent l’éthique comme un système de valeurs et la philosophie de la morale. Ensuite étaient présentés les types d’ethnique, les exemples de posture déontologique des enseignants. Suivant le modelé de Lopez, ces intervenants ont aussi présenté les responsabilités au niveau de l’individu ainsi que de l’institut de formation.

Toujours dans la même salle, à 12h15 j’ai participé à la communication d’Amélie Leconte « Politologie linguistique scolaire et didactique des langues : d’un rapport épistémologique à une éthique des pratiques ». Cette communication a abordé la notion de la politologie linguistique surtout ses notions théoriques au sein d’un organisation de formation. A travers ces théories, Leconte a mis en regard les notions de l’ethnique et la responsabilité dans le domaine de la didactique des langues

A 13h on a eu une pause d’une heure et demie pour un repas. Mon amie et moi sommes allées manger une bonne cuisine chinoise.

A 14h30 le table ronde « Une didactique des langues » éthique et responsable » animé par Margeret Bento, Olivier Lumbroso et Jean-Paul Narcy-Combes à l’Amphithéâtre Durkheim s’est articulé autour du thème d’éthique en Didactique des langues. De plus, la distinction et la contradiction entre l’éthique personnel et l’éthique comme notion générale dans l’enseignement des langues était également traité. Evidemment, les intervenants étaient de bons amis et c’était vraiment très intéressant de témoigner des petites blagues entre eux.

On a eu notre prochaine pause à 15h30 à Saint Jacques. A ce moment-là, j’ai reçu la réponse de la raison pour laquelle on a eu beaucoup de petites pauses pendant le colloque : j’avais très faim. C’est fatiguant d’assister à un colloque, même si on est là que pour écouter.

La prochaine communication qui a retenu mon attention était à 16h, animé par Myrium Abou-Samra, Myriam Abouzaid, Cecile Bruley parmi d’autres « Formation d’enseignants en devenir en M1 : entre prescription et accompagnements ? ». Ce colloque a abordé la notion des productions écrites réflexives des apprenants FLE. Les chercheuses impliquées dans cette communication ont montré les extraits des corpus, suivit par la tendance des apprenants. Cette communication m’a beaucoup plu parce que cela m’a rappelé de mes cours de M1.

A 17h la communication par Brahim Benberkane, Gratianne Richer-Onate et Magali Ruet intitulé « Devenir chercheur : itinéraires plurilingues, dialogisme et politique » a eu lieu. Si je ne me trompe pas, ils étaient les doctorants. L’étude de ces chercheurs a mis en regard les sociobiographies des chercheurs, des difficultés rencontrés et la place pour la réflexion dans le domaine de la recherche.

Le soir je suis rentrée exceptionnellement fatiguée. Je n’avais la moindre idée qu’assister à un colloque pourrait être si épuisant.

Samedi 22 octobre, le colloque a commencé à 9h par la communication de Martine Pretceille « De la didactique des langues à l’éthique de l’altérité et de la diversité ». L’intervenant a parlé également de la didactique des langues mais avec son lien à la culture qui se situe entre les notions opposées d’éthique d’altérité et celle de la diversité.

Ensuite, la communication qui me semblait très captivant était en salle M à 10h15 par Mathilde Anquetil intitulé « Portfolois et profils de l’enseignante des langues, de la prise de conscience des dimension éthiques de la profession au formatage d’une éthique sous contrainte. ». Cette communication a tracé des réflexions sur des valeurs de la profession dans le processus de formation. Elle a fait une analyse du discours et dimension sociale des documents.

Grace Ranchon « Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire ». Ranchon a examiné attentivement les outils de la didactique comme vecteurs de rapports de pouvoir : appel à « penser le genre » et les obstacles d’un « projet genre » dans la didactique des langues. Ranchon a examiné quelques manuels afin d’étudier les rapports sociaux de sexe dans une classe d’une langue.

Il y a eu une pause à 11h15 pour nous revigorer.

A 11h45 Nathalie Borgé s’est interrogé sur l’« Ethique et responsabilité dans l’encadrement de la formation professionnelle en didactique des langues». Elle a étudié les taches d’un conseiller pédagogique. Ensuite elle a présenté sa recherche de 66 textes écrits par des étudiants, des rapports de stage ainsi que des questionnaires afin de faire une conclusion sur les qualités du conseiller pédagogique attendu par les étudiants interrogés.

Enfin il y a eu la dernière communication du colloque à 12h15. C’était la table ronde 2 « Une didactique des langues éthique et responsable » animé par Veronique Castellotti, Joachim Dolz, Geneviève Zarate et Serge Martin. Pendant cette table ronde, les enseignants qui ont fait partie ont interrogé sur des définitions d’éthique, responsabilité et la déontologie. De plus, l’axe centrale de cette communication a tourné autour de deux questions « A quelle conditions les concepts d’éthique et de responsabilité peuvent-ils migrer vers la didactique des langues ? Au service de quels débats et quelles situations ? »

Le colloque a pris fin vers 13h30. Ensuite, étonnamment, il y a eu un buffet pour tout le monde. Au premier temps, j’ai pensé que c’est que pour les professeurs, mais c’était également une bonne expérience de partager un repas avec les intervenants.

Ce colloque m’avait donné plusieurs idées pour mon travail étant que chercheuse dans le domaine de didactique de FLE. Je suis contente d’y assister.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.