Acquisition de compétence sociolinguistique en LE

Mots clés : variation, compétence sociolinguistique, acquisition de LE
Ce qu’on appelle la compétence sociolinguistique sont la capacité de pouvoir produire et reconnaitre un style de langage relatif à une situation de communication donnée chez les apprenants de langue étrangère (tyne 2012). Cette compétence sociolinguistique représenterait selon Harley, Cummins, Swain et Allen(1990) une des trois composantes de la compétence communicative(les deux autres étant les compétences grammatical et discursive). On voit bien que c’est la question de la variation langagière qui est soulevée ici, et notamment la question de son appropriation par les apprenants de LE. En effet, la maitrise des variations sociolinguistique semble indispensable à la bonne conduite langagière des locuteurs de LE tant au niveau de production que de la compréhension.
Cet article est divisé en trois parties. Dans la première partie nous parlerons des notions de variation et compétences sociolinguistique d’autres notions liées à notre sujet à travers la contribution de deux articles en question. Dans la deuxième partie nous parlons de mémoire implicite et explicite et sa liant avec l’acquisition de compétence sociolinguistique. Dans la troisième partie nous allons discuter et se positionner en donnant notre avis entant qu’enseignant de FLE.
La Variation et la compétence sociolinguistique :
Le variationnisme labovien dans les années 1970 a été appliqué à l’étude des productions en LE selon l’idée que l’usage des règles variables permettent de rendre compte de la systématicité de l’interlangue. La variation sociolinguistique s’observe dans les différentes composantes de la langue (syntaxe, morphologie, lexique et phonologie) et aussi au niveau stylistique (diaphasique) et social (diastratique). Les études sur variation en LE cible surtout les erreurs ; d’abord les erreurs dues à l’influence de la L1, ensuite les erreurs propres à la variété de langue qui se forme chez l’apprenant « interlangue » (Tyne 2012). On observe que les apprenant manifestent des degrés différent de systématicité d’un moment à l’autre lorsqu’ils s’expriment en LE, on peut aussi réfléchir en terme de variation inter-individuelle ; l’usage quasi-catégorique de l’une ou de l’autre variante par l’apprenant. Cette variation est partiellement prévisible et peut être représenté par une règle qui prévoit que telle configuration va avec telle probabilité d’utilisation dans le contexte « a », telle autre probabilité dans le contexte « b » etc.
A partir des 1990, on commence à étudier certain aspect de la variation en LE dans la mesure où les apprenants peuvent posséder une compétence en LE qui passe par la maitrise de plusieurs variantes pour un même variable. Par conséquent, le terme « variation » à commencer être employé pour montrer un aspect positif dans la production en LE, on parle alors de compétence sociolinguistique définit par Lyster(1994) comme la capacité de reconnaitre et de produire un discours socialement approprie en contexte. Ceci implique la capacité de savoir adapter son registre aux circonstances, la situation, aux interlocuteurs etc. La variation sociolinguistique est un phénomène particulièrement récurrent dans le discours. Sur les différents points de la chaine parlée, les locuteurs opèrent plus ou moins consciemment des choix entre plusieurs variantes. La variation sociolinguistique est un aspect important de la compétence communicative de locuteur L1. Toutefois, pour plusieurs raison la variation sociolinguistique n’est pas reçue l’attention qu’elle mérite dans l’enseignement du FLE. De plus, en ALS, ce n’est que depuis environ 10 ans que l’on a effectué des recherches sur l’appropriation de la variation sociolinguistique.
Dans Dewaele et Regan (2002), ont souligné que la difficulté d’interprétation des données quantitatives sur les variantes sociolinguistique : « le fait que le discours d’un apprenant ne se conforme pas à la norme sociolinguistique native ne signifie pas nécessairement qu’il l’ignore totalement. Il semble que l’apprenants peuvent fort bien avoir conscience des variation sociolinguistique mais que cette dimension n’apparait clairement qu’au fur et à mesure de l’acquisition » on peut accorder ces propos à la fois à cause de l’énormité et de la complexité du phénomène mais aussi à cause de la place tardive out simplement insuffisant qui lui est généralement attribuée dans l’apprentissage. Il semble que deux tendances contradictoires régissent les phénomènes de variation dans l’interlangue d’apprenants. D’une part, il y a davantage de variation au niveau du groupe à cause de choix catégorique opposés résultant d’une maitrise incomplète de règles de grammaire ; d’autre part, il y a moins de variation à cause d’options plus limitées ou d’une préférence pour les structures formelles.
Lyster 1994 conclut que seul un usage authentique de la LE permettrait à l’apprenant d’adopter la norme sociolinguistique française. Il y a une différence importante entre l’acquisition d’une L1 et d’une langue étrangère concerne la compétition entre les nouveaux concepts auxquels l’apprenant adulte est confronté et les concepts existant de la L1, ce qui peut mener à des restructurations dans la L1 comme dans la LE.Pavlenko 1999 argue que beaucoup dépend du contexte d’acquisition. Un apprenant peut acquérir une compréhension correcte mais limitée d’un concept unique à la LE. L’absence d’interactions authentiques limitera la richesse de la représentation conceptuelle à laquelle le mot est lié, et ne permettra aucune application non-linguistique, c’est-à-dire le mot/concept ne sera pas intégré dans des scripts. C’est cette représentation conceptuelle qui nous ramène à parler de mémoire implicite/explicite.

Discussion :
A travers ces différents notions et contributions on constate l’importance de l’interaction authentique et la représentation conceptuelle dans l’acquisition de compétence sociolinguistique. Cette compétence qui prend une place tardive dans l’enseignement/ apprentissage de LE, il est difficile de trouver un cadre fixe pour l’enseigner étant que une compétence important dans le processus de communication.
Par conséquent, l’interaction authentique a une liant direct avec le discours d’enseignant en LE. Est-ce que ce discours d’enseignant a un rôle dans le développement de compétence sociolinguistique ?
Si la didactique du LE apporte des réponses assez précises sur les objectifs attachés à la prise en compte des niveaux de langue, elle semble plus floue sur la manière de faire. Quelle méthodologie d’ensemble est aujourd’hui disponible pour les professeurs qui souhaitent mettre en valeur la compétence sociolinguistique à travers un travail spécifique sur la représentation authentique de LE.
En tant qu’enseignant de FLE à multiples occasions nous avons remarqué que la sensibilisation aux divers niveaux de langue du français – notamment aux variations de langue – suscitait l’enthousiasme de l’apprenant, content de s’éloigner pour un temps d’un registre standard dont il perçoit le caractère normatif. Interrogés sur le sujet, nombre de mes collègues font le même constat : la demande de l’apprenant en matière de « français authentique » est d’autant plus forte qu’en dehors de la salle de classe (en contexte francophone) ou via la télévision et Internet, il entend une langue assez éloignée de celle qu’il apprend une mixité étrange de variation langagière. Se pose alors la question de savoir comment enseigner une telle multitude. On peut réfléchir ici l’acquisition de compétence sociolinguistique son importance dans l’assimilation de différents niveaux de langue.
Conclusion
L’enthousiasme des apprenants (et des professeurs) semble exprimer un réel besoin en la matière. Il s’avère aujourd’hui impossible de réduire, marginaliser ou retarder l’étude sur la compétence sociolinguistique. La nécessité de sensibiliser les apprenants aux niveaux de langue n’est plus à prouver dans le contexte des méthodes communicatives et actionnelles qui prônent toujours plus d’authenticité dans le rapport à la langue – cible. Enseigner le LE, n’est-ce pas aujourd’hui renseigner l’apprenant sur la variabilité de la langue étrangère ? Cet impératif didactique est présent dans le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues qui invite à faire travailler les variations de langue en vue de l’acquisition de la compétence sociolinguistique : deux de ses composantes renvoient aux niveaux de langue : la prise en compte des différents « registres de formalisme » la capacité de « repérer des marques linguistiques propres à la classe sociale, à l’origine régionale au nationale, ou encore au groupe professionnel ».

Bibliographie :
– DEWAELE, J.M., (2002), « variation, chaos et système en interlangue française », Acquisition et interaction en langue étrangère(En ligne), 17 I 2002, mis en ligne le 25 aout 2008, consulté le 05 décembre 2016. URL : http://aile.revues.org/847
– Tyne, H., « la variation dans l’enseignement-apprentissage d’une langue2 » le français d’aujourd’hui,(n° 176), p. 103-112.

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook


Une réflexion sur « Acquisition de compétence sociolinguistique en LE »

  1. Bonjour Yusif,
    je suis tout à fait avec toi l’enthousiasme est très important antenne dans le processus enseignement/ apprentissage et apprentissage/acquisition des langues étrangères, on ne doit pas oublier aussi la motivation et le besoin qui jouent des rôles importants en classe des langues étrangères. La compétence sociolinguistique est très important pour les apprenants de ces classe, pour la production et la compréhension également.
    Bon courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.