UNE LANGUE VENUE D’AILLEURS

On entend toujours la langue maternelle on lis, on écrit, on apprend ‘’langue maternelle’’ mais est-ce qu’il y a une langue paternelle ? si oui, alors pourquoi on l’appelle langue paternelle ?

Pour un apprenant de langue étrangère est-ce qu’il peut sentir le sentiment d’étrangéité dans sa langue maternelle ?

 

Une langue venue d’ailleurs, c’est un livre autobiographique où l’auteur nous raconte de sa passion et son apprentissage du français, est une histoire vraie d’un Japonais qui a quitté sa langue maternelle, le japonais, et qui est tombé amoureux de la langue française.

 

Akira MIZUBAYASHI est un écrivain, universitaire et traducteur  japonais. Il est né le 10 septembre 1951 à Yamagata au nord du Japon de parents japonais. Akira MIZUBAYASHI  a grandi au Japon où il a fait ses études à l’université nationale des langues et civilisations étrangères de Tokyo (Unalcet). Mais un jour il a décidé d’entrer dans la langue de Rousseau, en 1937 il a obtenu une bourse pour continuer ses études en  France, il a quitté alors son pays, le Japon, pour quelques années d’études universitaires, où il a suivi une formation pédagogique à l’université Paul-Valéry de Montpellier pour devenir professeur de français (langue étrangère) et ensuit à Paris.

Dans ce roman on découvre une expérience d’un apprenant qui a le désir d’apprendre une langue étrangère qui lui donne le sentiment d’étrangéité dans sa langue maternelle. On trouve un conflit entre la langue maternelle , le japonais, et la langue paternelle, le français, il a perdu son japonais et il est devenu étranger dans les deux langues. Une étrangéité qui ne le quitte plus, une identité perdue-trouvée.

L’expérience d’un apprenant qui admire cette langue étrangère et qui l’appelle sa langue paternelle. A cause du rôle de son père qui l’a aidé pour l’apprendre.

“Quand je parle de cette langue étrangère qui est devenue la mienne, je porte au plus profond de mes yeux l’image ineffaçable de mon père; j’entends au plus profond de mes oreilles toutes les nuances de la voix de mon père. Le français est ma langue paternelle”.

 

Des mots dévitalisé, des phrases creuses, des paroles désubstantialisées flottaient sans attache autour de moi comme des méduses en pullulement. Il y avait une langue fatiguée, pâle, étiolée : parole proférée à travers micro et porte-voix, vocales tracés sur de gigantesques panneaux, discours imprimés dans des tracts qui puaient l’encre, ce sont des mots qui s’enracinaient, des mots privés de tremblement de vie et de respiration profonde. Des mots inadéquat, décollés. L’écart entre les mots et les choses était évident.”

 

« Le français est la langue dans laquelle j’ai décidé, un jour, de me plonger. J’ai adhéré à cette langue et elle m’a adopté… C’est une question d’amour. Je l’aime et elle m’aime… si j’ose dire… ».

 

La langue française dans les yeux de MIZUBIASHI

[…] le français est un instrument de musique pour moi. C’est le sentiment que j’ai depuis longtemps, depuis, tout compte fait le début de mon apprentissage. Pour devenir un bon instrumentiste, il faut de la discipline, je dirais même le sens de l’ascèse. Est-ce que je dis à mes étudiants aujourd’hui : maitriser le français, c’est en jouer comme jouer du violon ou du piano. Chez un bon musicien, l’instrument fait partie de son corps. Eh bien, le français doit faire partie de son corps chez un locuteur qui choisit de s’exprimer en français.[…]

 

 

Akira MIZUBIASHI a appris la langue française complètement et parfaitement. Il a commencé son apprentissage par des leçons diffusées à la Radio nationale où il a commencé son voyage dans la langue française. Il a beaucoup aimé cette langue qu’il a considérée sa langue paternelle.

 

Pour savoir plus, je vous invite à lire ce livre  :akira

 

 

 

Bonne lecture mes camarades !

 

Référence :

AKIRA MIZUBAYASHI, UNE LANGUE VENUE D’AILLEURS, Gallimard, 2011

 

 

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.