Prêche pour la paroisse étymologique

Merci à Frédérique Aiddid (M2 DFLE Spécialité 2) qui est à l’origine de ces réflexions

bougie

Si le plurilinguisme est généralement valorisé aujourd’hui, toutes les langues ne bénéficient pas du même capital en termes de prestige social.

Les langues arabes, et particulièrement l’arabe maghrébin qui est dans une situation de diglossie dans plusieurs pays du Maghreb, ne sont pas seulement mises au ban d’un enseignement formel. Elles sont souvent aussi interdites dans la classe et l’école, contraintes de circuler en cachette dans les couloirs et absentes de l’espace public en France.

Cette mise au ban dans le contexte post-colonial contemporain participe à perpétuer une violence psychique qui finit par faire intégrer à celles et ceux qui la subissent que la langue qu’ils/elles parlent est une langue inférieure.

Dans le quotidien de la classe, pourtant, beaucoup de matières enseignées à l’école élémentaire peuvent donner lieu à des valorisations de la langue arabe qui, derrière l’anglais et l’italien, est la troisième source d’emprunt de la langue française.

La classe de français, mais aussi de mathématiques ou d’autres disciplines encore peut être l’occasion de mettre en valeur la langue arabe à travers un travail sur l’origine des termes. D’abricot à zéro en passant par algèbre, algorithme, nénufar, sarbacane, magasin, etc., la langue française compte deux fois plus de mots d’origine arabe que d’origine gauloise !

Pour approfondir le sujet, voir le Dictionnaire des mots français d’origine arabe de Salah Guemriche (Editions du Seuil, coll. Points, 2007).

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.