Compte-rendu : L’enseignant : un médiateur interculturel entre le discours prescriptif et la pratique effective

L’intervention
Mme Rachida BOUZNAKARI, dans son intervention du 21/10/2016, dans le cadre du colloque « Ethique et Responsabilités » s’est arrêté sur le rôle de médiateur interculturel de l’enseignant entre le discours prescriptif et la pratique effective.
BOUZNAKARI dispense des cours de FLE au Maroc aux étudiants marocains de 1ère A à l’Université en Droit français, Droit arabe et Sciences Economique et Gestion.
Comme dans un contexte linguistique comme celui du Maroc où le français côtoie des langues nationales; très souvent l’aspect linguistique (c’est-à-dire la maîtrise du français) prime sur l’aspect culturel.
Pourtant, passer par l’interculturel reste incontournable pour permettre la passerelle entre la langue/culture d’origine et la langue/culture cible. L’intervenante reconnait que malgré les réformes engagées et les efforts fournis au niveau institutionnel, les carences linguistiques persistent.
C’est pourquoi elle met en avant ces préalables à la pédagogie interculturelle. Elle préconise la prise en compte des habitus et de leurs représentations, la décentration et l’enjeu éthique et interculturel. Mme BOUZNAKARI est convaincue que la balle est dans le camp de l’enseignant.

Les universels singuliers
Pour cela, elle met en avant des propositions mises en avant par Porcher à savoir la culture historique, anthropologique, la culture cultivée et la culture médiatique. Mme Bouznakari prôna une pédagogie comparative mais ce qui m’interpella fut les « universels singuliers.»
Cet oxymore, je devais le comprendre et faire les lectures nécessaires pour le cerner même si, je voyais qu’il m’amenait vers l’interculturel A partir de ce moment de la communication de l’intervenante, je fus largué parce que je ne suivais plus.
Ce que j’appris plus tard avec mes lectures me ravit et je me permets de partager dans ce petit compte-rendu ma compréhension de ce concept.
Il apparait en 1966, pour apporter une clarification sur le rapport de l’individu à son histoire, et figure ; c’est un concept plutôt philosophique et notamment dans la mouvance existentielle. Pour ces philosophes, il s’agit de « replacer l’individu dans son contexte historique, puis de montrer comment il parvient à dépasser cette situation, à lui conférer un sens par un projet (moment progressif du passé vers l’avenir et de l’individuel vers l’universel.)
Ce concept nous interpelle particulièrement, nous étudiants en FLE et futurs enseignants de FLE puisque l’enseignement du français à des étrangers nous amènera à réfléchir et à prendre en considération le contexte de contacts de plusieurs langues et cultures. Ce concept d’ « universel-singulier» nous amène vers la dimension interculturelle, dimension centrale dans le cadre d’un enseignement de FLE et la compétence interculturelle à travailler et à favoriser.
L’enseignant de FLE doit tout faire tout pour proposer un enseignement qui prône la relativisation des us et des coutumes qui doit permettre un décentrement de soi et une ouverture vers l’Autre.
Le Cadre Européen commun de Référence pour les langues reste un des moyens qui nous incite à permettre le décentrement en prônant la prise de conscience interculturelle et en précisant les aptitudes et les savoirs-faire interculturels. Il s’agira, désormais de s’intéresser aux particularités de l’Autre non pas pour mieux prendre conscience de nos différences mais de les comprendre pour mieux communiquer parce qu’il ne suffit d’entrer en contact avec des personnes appartenant à d’autres univers culturels pour se faire comprendre, un travail de recul et de prise de conscience s’impose car « l’objectif est d’apprendre la rencontre et non pas d’apprendre la culture de l’autre. »
Pour Porcher, pénétrer une culture étrangère, c’est toujours se décentrer sans pourtant oublier sa propre identité culturelle et le meilleur chemin pédagogique, selon Porcher (1995 : 68).

MOUSSA YABEH Mohamed

Ex-professeur de français à Djibouti Actuellement inscrit en M2 Didactique (Spéc 1) à l'Université Sorbonne Nouvelle

More Posts

Follow Me:
FacebookFlickr


Une réflexion sur « Compte-rendu : L’enseignant : un médiateur interculturel entre le discours prescriptif et la pratique effective »

  1. Bonjour Mohamed,
    J’apprécie vraiment beaucoup votre intérêt par rapport à la notion des universels-singuliers : elle est en effet un des axes principaux que je commence à aborder pour mon mémoire. Je trouve qu’il est très important de consulter les ouvrages des auteurs, notamment Porcher, Abdallah-Pretceille et Zarate, mais qu’il est aussi très formateur d’échanger avec des collègues par rapport au sujet, pour ainsi voir la manière de mettre en place une véritable approche interculturelle en FLE. En attendant avoir des échanges avec vous par la suite je vous souhaite une bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.