J’ai bien écouté

La matinée s’ouvre avec quelques mots de Madame Spaëth. Elle insiste sur le partage de la parole, entre celui qui dit et celui qui écoute. Un partage présent avant même notre naissance : dès le bébé qui habite dans le ventre où la voix de sa mère résonne. C’est au passage un joli clin d’œil à Charlotte, enceinte. La première « écoute » est une expérience poétique. Il incombe à chacun de lire un poème et de lui donner un titre. Ainsi, le groupe classe aura constitué la lecture intégrale de l’ouvrage par le travail de tous ses individus. Puis, le groupe classe est divisé en deux. Le premier groupe dont je fais partie a pour tâche de former des trios. Chaque membre apporte son poème et le lit aux autres. Puis, chacun réalise un collage de mots, phrases, paragraphes, piochés à droite, à gauche pour créer son propre poème. Au début : 3 poèmes, à la fin : 6. 3 poèmes venus d’un autre et lu par un tiers pour 1 de soi. Nous les lisons au groupe classe rassemblé et écoutons la mélodie de la langue réarrangée. Cela fonctionne. L’autre groupe, divisé lui aussi en trio ou quatuor, présente ses créations. Chaque sous-groupe avait un poème à mettre en scène. Les uns crient, les autres murmurent, certains bougent avec les mots. Le tout met en mouvement le texte. Les voix apprivoisent, modulent, projettent la lecture aux récepteurs à l’écoute.

Bien échauffés à la pratique de l’oreille tendue, nous nous sommes assis pour écouter Malika Ferdjoukh. Un entretien, entrecoupé par une intervention de lecture et la matinée est déjà finie.

Le colloque reprend après la pause déjeuner. Les esprits embrumés par la digestion assistent à l’échange des doctorantes, puis agitent des papiers en dansant et assistent à un monologue dans le noir. L’après-midi est floue, mais j’ai bien écouté.

Chloé Kervio

M2 Didactique du FLE, spécialité 1, Option A.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.