L’expérience selon John Dewey : un art… de vivre

Cette année notre séminaire “dire, lire écrire à l’école: langue et littérature” nous offre la possibilité de découvrir des ouvrages et albums à travers un cercle de lecture intitulé “Expérience: art et expression”. Nous renforçons nos connaissances sur l’art, le langage et les apprentissages grâce à des lectures dont des extraits de L’art comme expérience (1934) de John Dewey. L’étude du chapitre 3 nous a donné une idée sur sa vision de l’expérience.

John Dewey sur le blog de Marcel Gauchet avec un entretien dans Le Monde de l’éducation de juillet-août 2007: “La démocratie ne s’arrête pas à la porte de l’école”. http://gauchet.blogspot.com/2007/07/

John Dewey décrit à travers de nombreux exemples et métaphores l’importance que représente l’expérience. Dans L’art comme expérience, il commence par l’introduire comme “une unité qui la désigne en propre” à la page 83. “Il y a dans toute expérience, […] une part de passion, de souffrance au sens large du terme” (page 89). Du fait de nos connaissances et de nos acquis “les obstacles sont surmontés grâce à un savoir-faire expert” (page 86), “toute activité pratique, dans la mesure où elle est intégrée et progresse par son seul désir d’accomplissement, possède une dimension esthétique” (page 87). John Dewey insiste sur le fait que “chaque expérience complète se dirige vers un terme, une conclusion” (page 89). Aucune expérience n’est inutile et aboutit à la formation d’un fait, d’une opinion ou d’un sentiment.

Mais il traite également de l’intérêt à la vivre et de ses conséquences à la page 86 : “l’accomplissement d’une expérience présente un intérêt indéniable. Cette expérience peut être nocive pour l’humanité et son couronnement indésirable. Il n’en reste pas moins qu’elle a une qualité esthétique”. Il revient à l’origine même de la chose à la page 94 : “le tracé du schéma commun est déterminé par le fait que toute expérience est le résultat de l’interaction entre un être vivant et un aspect quelconque du monde dans lequel il vit”, ce qui peut apparaître comme une explication et une conclusion de son propos.

 

Vanessa Dupré


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.