Dialogue d’échauffement

Je tiens mes notes. Le haut de mes fiches est corné. Mes yeux passent sur les NOMS, les Prénoms, les Titres, les éditeurs, « collections » et les dates. Il ne faut pas négliger la bibliographie. Pas de biblio, pas de mémoire !

Groensteen, Thierry. Groensteen. Gro-en-steeeeeen, et non Grosterne. A ne pas confondre avec l’autre Thierry, Smolderen celui-là. L’un est le spécialiste de la bande dessinée en France, l’autre… C’est l’autre.

« C’est bon ! » appelle une voix derrière la porte. J’entre. En face de moi, elle est assise sans prétention dans un gros fauteuil. Son chandail est jeté sur ses épaules. Elle ne sourit pas.

« Bonjour, madame Machine, nous avions rendez-vous pour parler de mon mémoire…

  • Oui, oui, je me souviens. »

J’étouffe un gloussement et m’assieds.

« Alors je voudrais travailler sur la BD dans le contexte de l’enseignement du FLE.

  • Heu, oui… Donc j’aime bien la BD et je trouve que c’est un bon support à étudier parce que ce n’est pas si exploité que ça…
  • Qu’est-ce que vous appelez la « bédé » au juste ?
  • Alors oui, justement, la BD, bande dessinée aussi dité « bédé », b.é.d.é. est un genre de littérature, souvent considéré comme un sous-genre. Töpffer, l’inventeur de la BD selon Thierry Groensteen, définissait ses œuvres comme « une littérature en estampes[1]». Will Eisner parle de la BD comme d’un « art séquentiel[2] » et Thierry Smolderen montre que la BD depuis Tintin et Hogarth – qu’il considère comme les « BD canoniques[3] » – a bien changé et est désormais confondue avec le roman graphique, mais le principe général c’est le lien entre l’image et le texte, entre l’art visuel et la littérature. Justement, le texte est…
  • En résumé ?
  • En résumé il s’agit d’une histoire publiée en album, en livre ou bien en ligne, dont la narration s’effectue par la corrélation entre l’image et le texte.
  • D’accord. Là c’est plus clair. Bon. Et le mémoire ?
  • Mon mémoire, je voudrais le diviser en trois parties. Dans la première, je vais décrire le médium et en expliquer les tenants et les aboutissants…
  • C’est-à-dire ?
  • C’est-à-dire que je veux proposer une histoire rapide de la BD afin de mieux comprendre le support. Cela devrait me permettre de présenter son univers, son vocabulaire, ses maîtres, ses courants et ses spécialistes. Le but de cette première partie un peu descriptive est de discuter de la pertinence de l’utilisation d’un tel support dans le cadre de l’enseignement du FLE, et en conséquence, le défendre.
  • Très bien. Ensuite ?
  • Ensuite, je voudrais étudier un certain nombre de manuels de FLE. Je choisirai des manuels qui correspondent à mon terrain de recherche, soit l’enseignement à l’université, et j’étudierai quelle exploitation de mon support en est faite. En d’autres termes, est-ce que la Bd est peu ou pas exploitée, et si elle est exploitée : quel type de BD est proposé, comment elle est exploitée, est-ce que par exemple on étudie la BD comme un texte, est-ce qu’elle sert d’illustration, ou bien est-ce qu’on la lit comme on ferait une lecture d’images ? Tout ça, quoi.
  • Tout ça, quoi…

Elle leva la main et l’agita pour dire « bof bof ».

  • Qu’est-ce que j’ai dit ?
  • Bah, dire « tout ça quoi » à ton directeur de recherche, c’est moyen. Ca fait pas très pro.
  • Nan, mais maman, on révise là, je dirai ça mieux. Et autrement, t’aimes bien ?
  • Oui, oui. Bon continue là !

Son geste avait fait tomber son chandail. Elle le balança sur ses épaules et se remit dans la peau de Madame Machine.

  • Où j’en étais… ? Ah oui, et donc, en fin de deuxième partie, je vais critiquer l’exploitation de la BD dans les manuels de FLE pour proposer en troisième partie des pistes didactiques. Je n’ai pas encore de corpus, mais j’ai déjà mon terrain de recherche parce que j’ai obtenu un stage !
  • Bon, voilà, c’est bien. Tu veux manger quoi ce soir ? »

[1] GROENSTEEN, Thierry, La bande dessinée : son histoire et ses maîtres, Skira, Flammarion, La cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Paris, Angoulême, 2009.

[2] EISNER, Will, La bande dessinée, art séquentiel, Vertige graphic, Paris, 1997.

[3]SMOLDEREN, Thierry, Naissance de la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, Paris, 2009.

Chloé Kervio

M2 Didactique du FLE, spécialité 1, Option A.

More Posts


5 réflexions sur « Dialogue d’échauffement »

  1. Les dialogues sont très intéressants, le choix de mots, le ton, la chute, et l’alternance entre le contexte scolaire et familial sont magnifiques, comme une séance de film. (le début me fait penser aux livre de Harry Poter, je ne sais pas pourquoi, peut-être je les ai lu trop de fois ces jours;))
    Sur la BD, je ne sais pas s’il y a des écoles ou pas, comme les écoles littéraires. Pour moi, certaines BD sont difficiles à introduire dans un “contexte hétéroglotte”, je remarque qu’il y a des blagues, des connotations des mots, des registres de langue qui sont fondés sur des connaissances linguistiques et sur des connaissances culturelles assez riches. Ces difficultés dans l’introduction de la BD dans le cours du FLE sont pareilles avec celles de la littérature. Néanmoins, la BD a beaucoup d’avantages dans l’enseignement du FLE, c’est un sujet ludique, riche et visuel qui peut d’ailleurs bien motiver les apprenants. Bon courage!

    1. Liu je te remercie pour ton avis très constructif ! Il y a effectivement des difficultés propres au medium qui se posent lorsqu’on choisit la BD. Donc je suis en train de penser à créer un contexte d’enseignement autour de l’étude d’une bande dessinée =) on peut se rencontrer pour en parler aussi ! J’aimerais bien avoir ton avis ou un résumé de ton expérience.

  2. excellent ce dialogue. la chute est très très bien amené.

    Et en même temps, tu traites avec humour le rapport entre nous chercheurs et notre contexte familiale qui, sans vraiment parfois comprendre tout ce qu’on dit, souhaite nous aider dans nos travaux. Pas mal d’entre nous, je pense vivent encore dans cette situation. D’un côté c’est un bon exercice qui nous demande de vulgariser nos pensées, écrits et recherches et puis qui peut nous apporter des connaissances extérieurs et un regard objectif. De l’autre, cela peut être une pression supplémentaire dont nous n’avons pas forcément besoin…
    Du moins, j’ose espérer que ton entourage t’apporte cette aide là et que sa cuisine est source de motivation.

  3. Oh ce serait génial ! J’ai hâte de te lire aussi ! Ton goût pour la BD et tes lectures rendront ton dossier intéressant et m’intéresseront particulièrement ! Je te remercie Zoé !

  4. impatiente de lire ton travail ! Dans le cours de méthodo je crois que je vais faire le dossier sur l’exploitation d’une BD, donc je te donnerai mon travail avec les remarques de la prof, qu’il soit bon ou mauvais, ça pourra peut-être te donner des idées ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.