« Les cartes de ma vie » de Sara Fanelli : un atlas selon Didi-Huberman ?


Sara Fanelli, Les Cartes de ma vie, Seuil Jeunesse, Paris, 1995.

Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet, l’oeil de l’histoire, 3, Minuit, Paris, 2011.

Dans cet album de la littérature jeunesse publié en 1995, le lecteur est plongé dans la vie de son auteur à travers des « cartes » : carte de ma famille, carte de ma rue, carte de mon ventre… Il s’agit de découvrir l’univers d’une petite fille. Didi-Huberman définit l’atlas comme un outil double : « Nous venons consulter dans un but précis ou bien nous feuilletons à loisir, laissant divaguer notre « volonté de savoir » d’image en image et de planche en planche.» (p11) Une fois plongé dans une des cartes de l’album, le lecteur tourne les pages par curiosité dans le but de prendre du plaisir à découvrir.

Didi-Huberman explique clairement que l’acte de lire dans un atlas est différent de celui d’une fiction par exemple. « On ne lit pas un atlas comme on lit un roman, un livre d’histoire ou un argument philosophique, de la première à la dernière page.» (p. 11) Dans cet album, il n’y a pas de récit, mais des images légendées. On n’est pas obligé de lire les cartes chronologiquement, il n’y a pas de sens de lecture sauf « la carte de ma journée » qui impose une certaine chronologie.

Sara Fanelli combine l’expression artistique au savoir. Didi-Huberman utilise les expressions « forme visuelle du savoir » et « forme savante du voir » (p. 12). Dans chaque carte, les images, qui sont des dessins, apportent des informations à visée savante dans le sens où le lecteur apprend en découvrant. Prenons l’exemple de « la carte de ma rue » : l’auteur exprime, par l’image légendée, l’interdiction de traverser une route lorsque le feu tricolore est rouge et la possibilité de le faire lorsqu’il est vert.

Sara Fanelli intitule toutes ses doubles pages des cartes. Le lecteur parcourt l’album à travers des images sur des cartes et non sur des pages. Pour Didi-Huberman, l’atlas n’est pas fait de pages : « un atlas est à peine fait de « pages » au sens habituel du terme : plutôt de tables, de planches où sont disposées des images. »(p. 11)

Cet album serait-il le même si l’auteur l’écrivait aujourd’hui ? Il est évident que le fond et la forme seraient différents. En ce sens, cet album est vivant. Le contenu évolue avec le temps. Didi-Huberman évoque l’atlas comme un outil vivant : « l’atlas, lui, n’est guidé que par des principes mouvants et provisoires. »(p. 14)

Le concept d’atlas défini par Didi-Huberman met en avant des aspects auxquels correspond l’album Les cartes de ma vie.

 

Marie Allirol

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.