Tête à tête : parole du cœur

(dialogue entre une étudiante de Master et un prof de FLE

Besançon, le Dimanche 30 octobre 2016, à 20 heures du soir et dans un restaurant Pizzeria. Une étudiante invitée par son prof. Ils discutent autour du sujet de mémoire.

E :­­­­­­­­­­­ – Bonsoir Monsieur ! Comment allez-vous ?

P : – Bonsoir la parisienne ! je vais bien merci. Ravi de te revoir.

E : – Moi aussi. Je vous remercie de m’avoir invité à ce restaurant Italien.

P : Je t’en prie. C’est vrai qu’ici à Besançon, on a pas grand chose…C’est pas comme Paris. Par contre, Tu peux me tutoyer.

E : – Merci. J’y arrive jamais . Vous êtes mon professeur et….j’ai pris l’habitude de vous vouvoyer.

P : – ça me dérange pas si tu me tutoies, ça me fait plutôt plaisir. Tu ne tutoies jamais tes profs au Soudan ?

E : – Ah non…Jamais. C’est une question de respect et d’habitude.

P : – Alors dis-moi ! Tu t’amuses bien à Paris ?

E : – Oui, bien sûr, j’aime bien l’ambiance là-bas. Ça bouge beaucoup. Je n’ai pas le temps de m’ennuyer.

P : – Et les parisiens, j’espère qu’ils sont pas antipathiques !

E : – Non, pas du tout. C’est toujours le stéréotype. C’est pas toujours vrai est-ce qu’on pense aux autres. Moi…au contraire, je les trouve très sympa et agréables, les parisiens.

P : – Tant mieux alors.

E : – Sauf que…(Hésitation)

P : – Continue ! Tu veux dire quoi ?

E : – Ah non, j’ai pas le droit. En plus, je me sens embarrassée.

P : –  T’en fais pas ! je n’ai pas de tabous… Vas-y! Sauf que…..

E : – Sauf qu’ils draguent des fois dans la rue. Je vous jure que les premières semaines de mes séjours à Paris, j’étais choquée…. j’étais très mal à l’aise. Et puis…je savais pas que LES PARISIENS draguent comme ça dans la rue.

P : – Désolé! C’est partout dans le monde, s’il ya bien un domaine universel, c’est la drague.

E : A part ça, j’aime beaucoup l’ambiance à la résidence et à l’université, en plus les conseillers de notre résidence organisent souvent des soirées d’intégration, le but c’est de faire des connaissances, d’échanger avec les autres. Je m’amuse bien.

P : – Très bien. Je suis content pour toi.

Entrons dans le vif du sujet ! les études ? J’espère que tu t’en sors bien avec tes dossiers .

E : – Oui, je m’en sors bien. Sauf que…j’hésite beaucoup vis-à-vis de mon sujet de mémoire.

P : – Raconte-moi ! Pour quoi cette hésitation ? D’abord, dis-moi ! C’est quoi ton titre de mémoire ?

E : – Mon sujet de mémoire est intitulé : La lecture à haute voix en classe de FLE.

P : – Ton sujet a l’air très pointu. C’est très intéressant comme sujet.

Dis-moi ! De quelle lecture parles-tu ?Tu sais bien que ça fait partie de ma spécialité, je peux bien t’aider.

E : – Merci c’est gentil ! C’est pour cela que j’ai eu l’idée de vous contacter pour vous parler de mon sujet.

En fait, je veux bien parler de la lecture à haute voix en tant qu’une des activités d’expression au cours des quelles un apprenant ou plus lis un texte qu’il soit Littéraire, poétique ou des citations célèbres…etc de façon expressive face à un auditeur. Je trouve que cette activité de lecture à haute voix, contribue au développement des habilités et du goût pour la lecture, elle permet d’approfondir la compréhension des textes à lire.

P : – Tout à fait. De plus, elle permet d’ouvrir à une dimension culturelle, sociale et émotionnelle de la langue.

E : – J’aimerais me concentrer sur la lecture des textes théâtraux.

P : – T’as toujours cette passion pour le théâtre ?

E : – Ah oui, bien sûr. En fait, les ateliers  de lecture des histoires et ceux de lecture et écoute simultané aux quels j’ai assisté avec vous en 2013, plus les cours d’activités théâtrales en classe de langue de M.Payet Adrien m’ont beaucoup inspiré.

P : – Très bien. Est-ce que t’as fait des expériences de théâtre au Soudan ?

E : – Oui, j’ai eu une expérience de trois ans de mise en scène au festival du théâtre étudiants, organisé par L’Institut Français de Khartoum.

P : – Tu dois en être fière.

E : – J’en suis très fière.

P : – Tu sais… la lecture à haute voix à des implications corporelles, culturelles, mémorielles, phonétiques, psychologiques en particulier la confiance des du prof et celle des apprenants.

E : – Vous avez raison. En plus les bénéfices liés à la pratique de la lecture à haute voix sont nombreuses, par exemple : elle permettent de travailler certaines compétences associées à l’apprentissage d’une langue, par exemple : la production orale.

P : – Il s’agit de la compétence la plus travaillée.

E : – Oui, mais non seulement au niveau de la prononciation, mais aussi comme vous me l’avez dit au niveau corporel qui peut utiliser des codes différents de ceux présents dans la langue maternelle des apprenants.

P : – Tu sais…des fois je pratique cette activité de lecture expressive  à haute voix avec ma femme.

E : – Ah c’est vrai ? C’est intéressant.

P : – C’est très amusant. Ma femme est aussi prof de littérature. Elle est obsédée par la lecture à haute voix.

E : – Vous m’inspirez beaucoup tous les deux. Je souhaite bien la rencontrer, votre femme.

P : – Avec plaisir, je t’inviterai un jour pour venir diner chez nous. Peut- être on lirais ensemble un texte théâtral pour te faire plaisir.

E : – Merci beaucoup. C’est vraiment très gentil !Je suis très contente.

P : – Tu es la bienvenue.

Alors, dis-moi ! T’as déjà réfléchi à un terrain d’expérimentation ?

E : – Oui, j’en ai trouvé un. À l’université de Khartoum, à la fac de pédagogie, département de français.

P : – Quel est le public ?

E : – En fait, mon projet est adressé au niveau(A2-B2) afin de montrer que le travail de lecture à haute voix a beaucoup d’intérêt tant au niveau débutant qu’au niveau avancé et pour encourager les enseignants de FLE de ne pas hésiter à exploiter des textes littéraires, théâtraux visant la lecture expressive en classe du FLE.

P : – Et à la fac de pédagogie à l’université de Khartoum, le niveau (A2) et (B2) correspond à quelle classe ?

E : – En fait, le A2 correspond à la classe de la deuxième année universitaire, tandis que le B2, correspond à la quatrième année.

P : – Pour quoi t’as choisi ces classes, précisément?

E : – Parce que j’ai déjà travaillé avec ces deux classes. Je leur ai enseigné la compréhension et expression écrites et orales pendant trois ans.

P :- Ils ont quel âge ces étudiants ?

E : – Ils ont entre dix-huit et vingt-deux ans.

P : – Est-ce qu’ils ont le même niveau ?

E : – En fait, leur niveau est assez homogène. Certains apprenants ont un niveau un peux plus élevé que d’autres.

P : – Oui, c’est normal. Dis- moi, chez vous au Soudan, quel est le statut du français ?

E : – En réalité, le français n’est pas indispensable pour les apprenants soudanais, puisqu’il n’est pas une langue nationale au Soudan. Malgré cela, le français a un certain poids dans l’union européenne et les apprenants en sont conscients.

P : – Evidement. Dis-moi ! Comment ça se passe chez vous à la fac de pédagogie, au département de français ? Quels sont les objectifs de l’apprentissage du français chez vos apprenants ?

E : – Les apprenants à la fac de pédagogie ont des besoins spécifiques, ils apprennent le français pour pouvoir l’enseigner aux écoles secondaires, donc ce sont des futurs enseignants.

P : – Ils ont des attentes quand même ?

E : – Oui,….différentes attentes. En fait, Certains ont choisi le français, car ils ont besoin de parler la langue pour la réalisation de leurs projets professionnels, d’autres  à l’opposé l’ont choisi pour des raisons personnelles : un intérêt pour la langue et la culture française.

P : – Ils ont bien sûr l’envie de pouvoir communiquer avec les membres francophones.

E : – Exactement. Mais,….vous serez étonné ?

P : – Pour quoi ?

E : – Parce qu’ils ont pas tous doués pour les langues, certains d’entre eux se trouvent même obligés de choisir le français, car ils n’avaient pas d’autre choix.

P : – J’espère qu’il ne sont pas nombreux ces étudiants sans objectifs précis ?

E : – J’aimerais vous dire le contraire, mais on peut pas échapper la réalité.

P : – Je suis très intéressé par ton sujet. Je te souhaite la réussite dans ton mémoire.

Tu sais bien que je suis toujours là pour te conseiller. Je peux très bien t’aider concernant la partie pratique.

E : – Merci. C’est très gentil !

P : – N’hésite pas à me contacter si tu as des questions !

E : – Ok. Et Merci encore pour l’invitation.

P : – Je t’en prie.

 

 


Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

4 réflexions sur « Tête à tête : parole du cœur »

    1. Je vous remercie beaucoup pour votre commentaire. Olivier mouginot je le connais bien depuis le Soudan, on a même travaillé ensemble à l’Institut Français de Khartoum. En plus, j’ai assisté à une formation et des ateliers présentés par lui. Il fait un travail énorme.
      Merci pour le conseil.

        1. C’est sûr qu’on va se voir. Ça me fera vraiment plaisir de te voir à Paris.
          À très bientôt.
          Sumaia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *