Mars vs. Venus ?

J’ai eu l’honneur de participer le colloque qui a eu lieu les 21 et 22 octobre. Je me suis imprégnée le vendredi, pendant toute la journée, dans les conversations et les points de vue impressionnants et formidables, j’étais vraiment submergée par les informations mais encore plus excitée sur le reste du colloque.

Le 22 octobre, j’ai été étonnée de trouver que l’on a enlevé les tables dans la salle M, mais ce qui m’a étonné le plus, c’est la conversation sur le genre en classe de langue. Le titre de cette conversation était “Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire”, présentée par Grâce RANCHON, une doctorante d’Université Jean Monnet.

Elle mentionnait qu’il existe un système de bi-catégorisation hiérarchisée qui implique que l’homme et la femme sont opposés. Elle parle de la construction d’une politique du genre, ainsi la distinction entre formation et éducation va de paire avec l’opposition entre morale et éthique.

Ensuite, elle a proposé un exemple, l’analyse d’une activité dans “Alter Ego 1, c’était le même manuel quand j’étudiais dans une université chinoise, nous utilisions “Alter Ego 1” de l’année 1993, si je ne me trompe pas. Cette activité correspond une série d’interviews qui s’adresse aux hommes et femmes sur leur impression de l’autre genre.

Je me souviens que dans la classe de français, notre professeure nous faisait d’abord écouter l’enregistrement de cette activité, j’entendais un jeune homme disant qu’il pensait que les filles étaient superficielles. Je me concentrais à mémoriser le mot “superficiel”, sans remarquer ni questionner le fait que ce stéréotype qui apparaît dans le manuel. Mais c’était ma professeure qui a fait une critique : “Qui dit que les filles sont superficielles ?!” Ce n’est qu’à ce moment-là que je me suis aperçue de ce préjugé injuste. Nous étions 36 dans la classe, il n’y avait que 5 garçons. Le critique de la professeure a incité un trouble dans la classe qui a duré quelques secondes. À ce moment-là, j’ai eu l’impression d’être dans une Assemblée Britannique, où toutes les filles étaient comme des membres du parlement qui disaient “Hear, hear ” pour manifester leur insatisfaction et pour soutenir l’opinion de notre professeure.

Ce préjugé dans le manuel me gênait, mais aujourd’hui je suis rassurée de voir que quelqu’un remarque ce traitement injuste et fait des recherches autour de ce problème. Ses efforts m’impressionnent vraiment. Même si ce préjugé est sous forme d’un questionnaire, je pense qu’il vaut mieux pour les manuels mettre fin à des rumeurs tendancieuses sur le genre, au lieu de les propager d’une manière astucieuse. 

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.