Ecoute : une projection en soi et vers les autres

La journée d’étude du 16 novembre 2016 avait pour thème les expériences d’écoute et était dans la continuité du colloque du DILTEC (les 21 et 22 octobre 2016) –l’écoute étant en lien avec l’éthique.

Cette journée s’est divisée en plusieurs moments avec notamment les communications-ateliers (« L’écoute avec le récit de vie » Mme Molinié et « l’écoute de ce qui ne peut s’entendre » M. Martin), la rencontre-débat avec l’auteure de littérature de jeunesse Malika Ferdjoukh, la conférence-atelier par Ivan Jimenez Garcia portant sur les écoutes et les perceptions dans les approches plurielles, une table ronde portant sur « écrire un mémoire, une expérience d’écoute ? » et enfin la présentation d’un extrait d’une pièce de théâtre où un comédien parlait (récitait) seul tout en étant écouté par les autres personnes présentes dans la salle.

Cette journée m’a parue intéressante parce que j’ai pu faire le lien direct avec la rédaction de mon mémoire (du mémoire en général). En effet, dans la partie sur « l’écoute avec le récit de vie », nous avons pu voir le rôle de l’accompagnant qui dirige, qui influence le comportement de l’accompagné. L’accompagnant doit aussi laisser la parole à l’accompagné pour que celui-ci puisse s’exprimer. Accompagner c’est donc d’abord avoir une intention envers les autres (envers l’autre), c’est aussi savoir écouter l’autre aussi bien par ce qui est dit à haute-voix que par ce qui est exprimé par le corps, les mimiques, les gestes. Ecouter c’est donc construire une coénonciation où les deux interlocuteurs s’écouteraient et parleraient. Ce rôle « accompagnant » et « accompagné » peut donc être mis en relation avec le rôle du directeur de mémoire (accompagnant) et de l’étudiant de master (accompagné). Le directeur devant donc accompagner l’étudiant tout en l’écoutant (et vice-versa, l’étudiant écoute aussi les paroles de son accompagnant, il s’agit bien-là d’une coénonciation, d’une « coécoute »).

De plus, lors de la table ronde sur l’écriture du mémoire, j’ai trouvé très intéressant le fait de diviser la mise en route de l’écriture du mémoire en trois temps :

  1. S’écouter
  2. Ecouter
  3. Produire une écoute

La rédaction d’un mémoire commence déjà par sa propre écoute, c’est quelque chose qui peut paraître évident mais que je n’avais pas vraiment pris en compte. Il me semblait surtout que je devais écouter la parole de mon directeur de mémoire, de mes enseignants, avant d’écouter ma propre voix. Prendre le temps de m’écouter à travers ce que j’écrivais dans un de mes carnets (l’écriture est aussi une voix) m’a permis de prendre du recul par rapport à mon sujet et d’y voir un peu plus claire. Il faut prendre le temps de s’écouter soi-même avant de commencer à rédiger des choses au risque de partir dans tous les sens. Cela peut aussi soulever le problème suivant : si nous n’arrivons pas à nous écouter nous-mêmes, pouvons-nous vraiment écouter les autres ?

Puis, il faut écouter. Mais écouter qui ? La première personne à qui nous pouvons penser c’est à notre directeur de mémoire. Je pense aussi qu’il faut écouter son entourage, voir ce qu’ils en pensent et d’en discuter avec eux. Il est aussi important « d’écouter » les écrits des chercheurs qui se rapprochent du domaine dans lequel nous voulons travailler.

Et enfin, il faut produire une écoute : le mémoire est en lui-même une écoute à travers les voix que nous avons pu retranscrire et que nous avons laissé prendre vie dans nos écrits. Ces voix se sont donc les personnes que nous avons interrogées (qui correspondrait donc au quatrième carnet selon Bruno Latour[1]).

Pour écrire un mémoire, il faut donc faire des expériences d’écoute, être sans cesse tout ouïe, en écoutant les autres (aussi bien par le verbal, le para-verbal que par les gestes, les mimiques mais aussi les blancs), et c’est une écoute de soi. Toutes ces expériences d’écoute permettent de trouver sa propre voix qui sera retranscrite par notre écriture et donnera vie à notre mémoire.

 

[1] Bruno Latour, (2006). Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris : La découverte, p. 194-197.

 


Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

4 réflexions sur « Ecoute : une projection en soi et vers les autres »

  1. Bonjour Johanna. J’ai lu votre article et ce qui m’a paru intéressant est le lien que vous avez fait entre l’écoute et l’écriture : l’écoute et la rédaction de votre mémoire. Bon courage pour votre rédaction.

    1. Bonjour Javeria,
      Tout d’abord merci d’avoir pris le temps de lire mon article. Oui, ce lien est important puisque nous écoutons notre propre voix (qui ne se limite pas qu’à une seule voix mais plusieurs voix d’ailleurs) lors de l’écriture de notre mémoire.
      Bon courage à toi aussi.

  2. Merci Johanna pour ce compte rendu très complet de la journée. Oui, l’écoute est une entrée en mémoire qui permet de penser ce montage de voix nécessaire… qu’il faut concevoir dès le premières observations, rencontres et lectures. Bon courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *