L’influence interlinguistique entre l’anglais et le français ainsi que les stratégies pédagogiques : le programme bilingue à l’Université de Shenzhen

I Introduction :

     Les spécialités de langue et de culture occupent une place considérablement importante en Chine. La discipline Langue et culture française possède une longue histoire. Elle s’est établie pour la première fois à la Université de Pékin en 1862. Dès lors, cette filière connaît un développement favorable. Au total, la spécialité Langue et culture française s’est encadrée dans 112 universités jusqu’en 2010.

    En outre, le programme bilingue se distingue comme une nouvelle tendance, telle que le programme bilingue en anglais et en espagnol à l’Université de Shandong, le programme bilingue en anglais et en français à l’Université de Shenzhen et le programme bilingue en anglais et en allemand à l’Université agricole de Chine.

     En ce qui concerne la didactique du français langue étrangère, l’enseignement du programme bilingue en anglais et en français est d’un grand intérêt et aussi d’une importance considérable. Selon l’objectif de formation, les étudiants dans ce programme sont espérés maîtriser les deux langues d’un niveau quasiment équivalent à l’issue de leurs études.

II Problématique et objectifs de recherche

     En tant qu’ancienne étudiante du programme bilingue en anglais et en français à l’Université de Shenzhen, j’ai réfléchi sur les problèmes que j’ai rencontrées durant mes études et je me suis demandée s’il y a les stratégies plus adaptées. Nous parlerons d’un point de vue des apprenants et aussi celui des enseignants.

     Tout d’abord, le problème essentiel concerne l’interférence entre la première langue étrangère et la deuxième, soit la confrontation des langues en anglais et en française. L’influence entre le français et l’anglais varie dans les périodes différentes. Comment le français et l’anglais influent l’un sur l’autre ? Quelles sont les raisons pour l’interférence des langues ? Quelles sont les stratégies adaptées pour que les les apprenants puissent bien faire face à ce défi ?

   Deuxièmement, selon le programme bilingue sur cinq années, les étudiants suivent principalement les cours en anglais et commence à apprendre le français à partir de leur troisième année d’études. Les cours d’anglais se terminent à la fin du cinquième semestre et les apprenant commencent à être concentrés à l’apprentissage du français. Pour l’enseignement, rarement sont les liaisons et la comparaison entre ces deux langues. Il est meilleur de séparer la processus d’apprentissage, d’apprendre chronologiquement l’un après l’autre, ou au contraire, il vaut mieux développer l’enseignement des langues en même temps, en renforçant la liaison des deux langues, en mettant en évidence leurs différences et leurs similitudes, et en s’appuyant sur ce qu’ils apprenants ont acquis ? Dans quelles mesures le programme pourrait être modifié et quelles sont les stratégies positives afin d’aider les étudiants durant leur confrontation des langues ?

III Démarche méthodologique

     Un test est prévu parmi les étudiants du programme. Les résultats seront analysés à l’aide des théories de didactique et de linguistique.

     Les étudiants commence à apprendre le français à partir de leur troisième année de l’université. Les étudiants de troisième, quatrième et cinquième année seront tous pris en compte et seront invités à participer à ce test. Les informateurs seront divisés en six groupe, deux groupes pour chaque promotion. En général, il y a environ trente apprenants chaque promotion. En ce cas, chaque groupe est composé d’une dizaine d’apprenant.

  La différence entre les deux groupes de même promotion se consiste en une immersion complémentaire de la langue anglais. Un groupe d’étudiants seront invités à faire les études normalement tandis que l’autre sont invités à participer aux activités en anglais en complément : ajouter les séquence en anglais, écouter la radio, regarder les films, écouter de la musique ou bavarder avec des amis. En général, toutes activités en anglais sont encouragés. Ce test va durer deux mois sous forme de trois examens. L’état de lieu au début, au milieu et aussi à la fin du test. Les examens seront à l’écrit comme à l’oral. Ils sont invité à écrire un morceau de texte avec un sujet donné et faire un enregistrement avec un autre. Le sujet sera simple qui donne les apprenants une grande liberté.

IV Bibliographie

Abdallah-Pretceille M. (2003) : Former et éduquer en contexte hétérogène – Pour un humanisme du divers, Paris, Economica.

Abdallah-Pretceille M. (2004) : L’éducation interculturelle, Paris, PUF.

Beacco J.-C. (2007) : L’approche par compétences, Paris, Didier.


Abdallah-Pretceille M., Porcher L. (2001) : Education et communication interculturelle, Paris, PUF.

Beacco J.-C., Darot M. (1984) : Analyses de discours, Lecture et expression, Paris, Hachette/ Larousse.


Bérard E. (1991) : L’approche communicative : théories et pratiques, Paris, CLE International.

Besse H. (1985) : Méthodes et pratiques des manuels de langue, Paris, Didier.

BESSE H., PORQUIER R., (1984) : Grammaires et didactique des langues, Paris, Crédif-Hatier.

BOYER H., BUTZBACH-RIVERA M., PENDANX M., (1990) : Nouvelle introduction à la didactique des langues étrangères, Paris, CLE International.

Bouchard R., Kadi L. (ed.) (2012) : Didactiques de l’écrit et nouvelles pratiques d’écriture, Le Français dans le Monde, Recherches et applications n°51.

BORDALLO-LABAL I., GINESTET J.-P., (2006) : Pour une pédagogie de projet, Paris, Hachette.

Boyer H., Butzbach-Rivera M., Pendanx M. (1990) : Nouvelle introduction à la didactique des langues étrangères, Paris, CLE International.

Cicurel F. (1991) : Lectures interactives en langue étrangère, Paris, Hachette, coll. F Formation.

Conseil de l’Europe (2001) : Cadre européen commun de référence pour les langues, Paris, Didier.

Courtillon J. (2003) : Élaborer un cours de FLE, Paris, Hachette, coll. F Formation.

Cuq J.-P., Gruca I. (2005) : Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Grenoble, PUG.

Defays J.-M., Deltour, S. (2003) : Le français langue étrangère et seconde, Enseignement et apprentissage, Liège, Mardaga.

DUFEU B. (1996) : Les approches non conventionnelles des langues étrangères, Paris, Hachette.

Escudé P., Janin P. (2010) : Le point sur L’intercompréhension, CLE du plurilinguisme, CLE International.

Germain C. (1993) : Évolution de l’enseignement des langues : 5000 ans d’histoire, Paris, CLE International.

GIRARDET J., CRIDLIG J.-M., (2002), Panorama de la langue française 1, méthode de français, Paris, CLE International.

Laurens V. (2012) : « Modéliser des séquences en FLE et en FL1 : analyse comparée de l’unité didactique et de la séquence didactique ». Le français aujourd’hui, n°176, pp. 59-75.

Martinez P. (2008) : Didactique des langues étrangères, Paris, PUF.

Marquilló Larruy M. (2003) : L’interprétation de l’erreur, Paris : CLE International.

Mochet M.A. et al. (dir.) (2005) : Plurilinguisme et apprentissages. Mélanges Daniel Coste, Lyon, ENS-Hommages.

Moirand S. (1979) : Situations d’écrit, Paris, CLE International.

Moirand S. (1990) : Une grammaire des textes et des dialogues, Paris, Hachette, coll. F Formation.

PORCHER L., (2004) : L’enseignement des langues étrangères, Paris, Hachette.


PUREN C., (2006) : La perspective actionnelle. Vers une nouvelle cohérence didactique, Le Français dans le monde, 348, Paris, CLE International, p. 42-44.

PUREN C., (2006) : De l’approche communicative à la perspective actionnelle, Le Français dans le monde, 347, Paris, CLE International, p. 37-40.

ROBERT J.-P., (2002) : Dictionnaire pratique de didactique du FLE, Paris, Ophrys.

Robert J.- P., Rosen E., Reinhardt C. (2011) : Faire classe en FLE – Une approche actionnelle et pragmatique, Paris, Hachette.

Jiaxing ZHOU

2016-2017 Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3 Spécialité: Didactique du français langue étrangère M2

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.