Dialogue entre une enseignante et un étudiant

Pourquoi pas la phonétique ?

Au Café de Flore en fin d’après-midi d’un samedi de décembre, on voit une jeune enseignante et un apprenant sinophone. Leur conversation débute autour d’une question de la part de l’apprenant :

L’Etudiant : – Comment apprendre le français ?

Le Professeur : – Bien… Bonne question, mais pourquoi cette question ?

E : – Parce que je ne sais pas comment faire pour progresser en français…

P : – Bon, j’ai l’impression que t’es un peu perdu ?

E : – Ouais beaucoup…

P : – Ta question est difficile à y répondre… Pour commencer tu peux me raconter un peu ton parcours ?

E : – Ok ! C’est ma deuxième année en France, j’ai déjà appris le français en Chine depuis la licence, j’ai déjà une licence, mais je suis toujours en L3 cette année à Paris 3… J’ai B2, mais c’est parce que j’ai fait beaucoup beaucoup d’exercices avant le test…

P : – D’accord, je vois, comme beaucoup d’étudiants chinois qui veulent faire leur étude en France. Mais bon, aujourd’hui puisque tu es là, ça prouve que t’as quand même le niveau…

E : – Mais je veux progresser, surtout à l’oral. J’arrive à comprendre quand les français parlent, mais ils comprennent pas ce que je dis…

P : – Ok, je comprends ce que tu veux dire.

 

Pendant la conservation, l’enseignante a observé que l’apprenant a des difficultés en prononciation à la fois au niveau suprasegmental (le rythme, l’accentuation et l’intonation) et au niveau segmental (les voyelles, les consonnes et les semi-consonnes). Afin de l’aider, l’enseignante a donc l’idée de lui proposer un cours spécifique de la phonétique sans l’annoncer réellement.

 

P : – Ne t’inquiète pas autant, je trouve que tu es un peu très trop stressé. Donc essaie de respirer tranquillement par le ventre comme quand tu dors… Maintenant écoute ta respiration : inspire, expire… Comment tu te sens ?

E : – Je me sens plus détendu.

P : – Bien, maintenant tu vas entendre des phrases, ensuite tu peux me dire le nombre de groupe dans chaque phrase. Par exemple : hier/il a neigé

E : – D’accord, c’est pas très dur ça, il y en a deux.

P : – Prêt, on y a va : ce soir/ou demain soir

E : – Deux aussi.

P : – si tu veux/ce soir/ou demain soir

E : – Trois.

P : – Bien. Encore une autre : Jean/Paul/et Marie

E : – Trois. Jean/Paul/ et Marie

P : – Jean-Paul/et Marie

E : – Deux.

P : – Jean/porte/le sac

E : – Trois.

P : – J’emporte/le sac

E : – Deux

P : – Très bien, tu vois tu peux y arriver ! Maintenant, tu peux me dire que penses-tu de ces groupes à l’intérieure de chaque phrase ?

E : – Les groupes sont pas très longs, euh, je sais pas…

P : – C’est déjà pas mal du tout, effectivement, chaque groupe contient un petit nombre de syllabe. Aussi, à ton avis, comment ces groupes sont-ils formés ?

E : – Je ne comprends pas la question…

P : – C’est à dire, ces groupes sont organisés comment ? Par exemple, j’emporte et Jean porte, pourquoi le découpage n’est pas pareil ?

E : – Parce que c’est pas le même sens. Le premier, c’est moi qui emporte, et le deuxième c’est Jean qui porte.

P : – Très bien, t’as tout compris ! En fait, les groupes qu’on fait dans chaque phrase s’appellent des groupes rythmiques. Donc il y a deux points à retenir, le premier est :

E : – Ils sont pas très longs…

P : – Tout à fait, le nombre des syllabes est limité, varie entre une à six syllabes. Et le deuxième point ?

E : – Chaque groupe a un sens…

P : – Très bien, ce sont des groupes de sens, c’est donc les structures syntaxiques qui déterminent leur organisation. Tu comprends mieux ?

E : – Oui ! C’est pour ça quand les français parlent, ils s’arrêtent de temps en temps.

P : – Oui c’est ça. Il y a bien d’autres critères pour définir des groupes rythmiques, on verra ça une autre fois.

E : – Ok ! C’est intéressant ça !

P : – Alors maintenant t’es prêt à faire le découpage ?

E : – Ok !

 

L’enseignante montre des phrases écrites sur une feuille, la première est : J’aime bien la viande rouge mais je vais prendre du jambon.

 

P : – Je te laisse quelques secondes.

E : – j’aime bien/la viande rouge/mais je vais prendre du jambon. C’est ça ?

P : – Bien, juste, on peut être encore découper le dernier groupe, tu vois ?

E : – Mais après c’est pas le même sens.

P : – En fait, on veut des groupes minimaux, donc pour le dernier groupe, on peut encore découper : mais je vais prendre quoi ? du jambon

E : – J’ai compris !

La deuxième phrase proposée est : Paul est sorti de son bureau discrètement.

 

P : – Donc, ça donne quoi ?

E : – Paul/est sorti/de son bureau/discrètement.

P : – Parfait ! Encore une autre !

E : – D’accord !

 

La troisième phrase proposée est : Monoprix c’est ouvert de neuf heures à vingt heures.

 

P : – Je t’écoute.

E : – Monoprix/c’est ouvert/de neuf heures/à vingt heures

P : – Excellent ! Je pense que tu as bien compris le principe des groupes rythmiques.

E : – Je ne savais pas que c’est comme ça !

P : – Oui, en fait, des groupes rythmiques existent dans chaque langue. Il suffit de regarder de près, ce n’est pas du tout un point difficile.

E : – Je suis d’accord ! C’est pas dur !

P : – Bon j’espère que maintenant t’as un plus de confiance pour mieux parler le français.

E : – Oui, je pense !

P : – Bon ça fait déjà une heure qu’on travaille ensemble, on va peut-être y aller.

E : – Aussi, on se voit bientôt ?

P : – D’accord si tu veux.

E : – D’accord.

P : – Au revoir.

E : – Au revoir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.