L’expérience du rêve dans « La Petite Géante » de Philippe Dumas

L’album La Petite Géante de Philippe Dumas présente une expérience, celle du rêve. Ce concept d’expérience est à mettre en relation avec cette même notion présente dans l’œuvre de John Dewey, L’art comme expérience. La petite géante raconte l’histoire d’une petite fille qui apparaît comme une géante aux yeux de ses deux poupées. A partir de minuit, elle a le pouvoir de rapetisser jusqu’à atteindre la taille de ses poupées. Ainsi, la nuit, toutes les trois partent à l’aventure.

Le rêve a une fonction imaginaire qui permet à l’héroïne de se créer un monde fantastique pour s’évader. La petite fille rentre dans l’univers d’un autre monde, celui où ses jouets prennent vie. Chaque instant du rêve est une expérience. En cela, on peut mettre en parallèle la définition d’expérience chez John Dewey : « Il y a constamment expérience, car l’interaction de l’être vivant et de son environnement fait partie du processus même de l’expérience ».

Dans la première partie de l’histoire, les illustrations nous renvoient à la réalité de la vie de la petite fille. On a une impression de solitude, de tristesse, de vie un peu figée. Tandis que l’arrivée du rêve dans le récit va lui permettre de sortir de cette solitude afin de se créer une nouvelle vie pleine de découvertes, de jeux et d’amitié. Elle permet l’évasion de la petite fille avec des êtres imaginaires. Le monde de la nuit n’est plus un lieu terrifiant mais un monde d’aventures dans lequel les enfants éprouvent des émotions : le plaisir de courir, de se baigner, d’être ensemble. Les émotions ressenties font partie intégrante de la notion d’expérience. John Dewey souligne que « les émotions (quand elles ont un sens) sont des attributs d’une expérience complexe qui progresse et évolue ».

En cela, on peut dire que l’expérience vécue par les protagonistes est l’expérience du rêve.

Clémentine Hémery


Une réflexion sur « L’expérience du rêve dans « La Petite Géante » de Philippe Dumas »

  1. Votre billet, Clémentine, m’a incitée à regarder de plus près qui est John Dewey et le troisième tome de ses Œuvres philosophiques; L’art comme expérience. Je viens seulement de commencer à en prendre connaissance mais je sais d’ores et déjà dire que cela me servira pour mon mémoire. Il porte sur les illustrations des albums d’Anthony Browne qui pourraient être considérées comme participant à faire l’expérience de l’art pour ses jeunes lecteurs. Le premier album que j’étudie, Tout change, ressemble en certains points à ce qui se passe dans l’histoire de Philippe Dumas, en ce qui concerne l’expérience onirique et fantasmagorique du héros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.