2 réflexions au sujet de « La blanchité dans les livres de jeunesse : entretien »

  1. Cet article est très intéressant car il soulève aussi la question des tabous en littérature jeunesse. Le problème n’est pas tant « peut-on tout dire à un enfant » mais plutôt « veut-on tout lui dire ? » Je crois que si l’on ne parle pas de l’histoire dans les histoires pour enfants, c’est parce que l’Histoire est faite de récits ambigües et intolérables, de personnages ambivalents et nébuleux, d’idéologies douteuses et controversées. Elle ne présente pas le Bien et le Mal, et ce caractère équivoque n’est pas compatible avec le système de valeurs qu’une société souhaite transmettre à ses acteurs en herbe.

    La littérature jeunesse coloniale reste un champ inexploré car elle parle d’un public doublement oublié –  » les enfants de la colonisation ». On dit souvent que l’histoire est écrite par les vainqueurs …

  2. Ce sujet m’interpelle personnellement. J’ai évolué pendant plusieurs années (en République de Djibouti) dans un système éducatif où tout est importé de l’étranger, et particulièrement de l’univers français. Petit à petit, notre système s’est démarqué du système français en réorientant, « en contextualisant » les programmes et les contenus d’apprentissage. Néanmoins jusqu’en 2016, en littérature de jeunesse, des livres déconnectés de la réalité sont proposés à nos jeunes élèves avec toutes les conséquences qui en découlent, au niveau de l’imaginaire des enfants et des valeurs véhiculées par ces intrigues. Il est plus que jamais nécessaire d encourager l’écriture des romans et des textes où les héros ressemblent aux hommes et aux femmes de notre contexte afin de ne pas restreindre les noirs dans certains rôles, souvent secondaires et vus avec le regard étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *