Réflexivité, prescription et accompagnement

Lors du dernier colloque du DILTEC Éthique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIe siècle, j’ai eu l’occasion d’assister au symposium « Formation et Accompagnement à la Réflexivité dans la Recherche (FARR) : Recherche de cohérence, éthique de la responsabilité ». Dans un premier temps, l’équipe chercheur, dirigé par Catherine Mendoça Dias, ouvre au débat avec leur projet « Formation d’enseignants en devenir en M1 : entre prescription et accompagnement ? ». Trois mots attirent immédiatement mon attention : réflexivité, prescription et accompagnement.

Cette recherche action rend compte des expériences des enseignants en formation en M1 à Paris 3 grâce à la récolte de leurs travaux au long de l’année (unités didactiques, rapports de stage, biographie langagière, etc.). Elle a d’ailleurs pour objectif de découvrir le lien entre technicité et réflexivité ; c’est-à-dire, comment les étudiants font le lien entre la formation qu’ils reçoivent (comment enseigner la langue) et leur propre développement de la réflexivité sur la langue et sur son apprentissage.

Il est important de dire que le développement de cette capacité réflexive ainsi que le choix d’une démarche inductive dans la formation d’enseignants ne sont pas encore des pratiques répandues. Elles vont ainsi poser certains problèmes lors des réalisations des unités didactiques et du stage. En effet, les chercheurs ont trouvé qu’une telle posture peut générer de l’insécurité chez les enseignants et qu’il y a donc plutôt tendance à tâtonner entre les démarches inductives et déductives pour enseigner la grammaire. Certains enseignants en formation ont également l’impression de devoir faire face à sa propre insécurité linguistique et d’autres disent éviter la correction des apprenants en classe. A ce propos, il semblerait qu’il y a une prise de conscience par rapport à la maîtrise des connaissances grammaticales et linguistiques. Enfin, vu qu’on a encore une vision traditionnelle de la grammaire et de son enseignement, les enseignants en formation trouvent qu’il peut y avoir une réticence de la part des apprenants selon leurs cultures éducatives.

Plusieurs questions me viennent ainsi à l’esprit :

  • Comment aider nos apprenants à développer leur capacité réflexive sur la langue et leur propre processus d’apprentissage ?
  • Quelle place pour la réflexivité dans l’enseignement de la grammaire ?
  • Peut-on mettre en relation le caractère prescriptive des grammaires pédagogiques et la réflexivité comme démarche pour son apprentissage ?

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.