Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale 1

L’ouvrage au centre du cercle d’étude « Langage »:

 


édition utilisée:
TOME I : 1939-1964, 368 pages, 140 x 225 mm. Collection Bibliothèque des Sciences humaines, Gallimard -etu. ISBN 2070206181. On utilisera cette édition:
PROBLÈMES DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE
 [1966] .

TOME I, 364 pages sous couv. ill., 125 x 190 mm. Collection Tel (No 7) (1976), Gallimard -étu. ISBN 9782070293384.

 

Biographie d’Emile Benveniste :

Linguiste français, né à Alep (Syrie), mort à Paris. Passage dans une école rabbinique, puis études classiques à la Sorbonne (agrégation en 1922); étudiant d’A. Meillet à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes où il enseigne dès 1927; doctorat en 1935; professeur au Collège de France à partir de1937 et secrétaire de la Société de Linguistique de Paris à partir de 1956. Fait prisonnier en 1940, il s’évada puis vécut en Suisse jusqu’en 1945. Très nombreux travaux en philologie, grammaire comparée et linguistique historique et générale, parus surtout sous forme d’articles dont un certain nombre ont été rassemblés en deux volumes sous le titre Problèmes de Linguistique Générale, et une importante étude lexicale: Le vocabulaire des institutions européennes (tome I: économie, parenté, société; tome II: pouvoir, droit, religion; sommaires par J. Lallot, 2 vol. in-8°, 376 et 340 p., Paris, Editions de Minuit, 1969)

Résumé
« Ces études apportent dans leur ensemble, et chacune pour soi, une contribution à la grande problématique du langage qui s’énonce dans les principaux thèmes traités : on y envisage les relations entre le biologique et le culturel, entre la subjectivité et la socialité, entre le signe et l’objet, entre le symbole et la pensée, et aussi les problèmes de l’analyse intralinguistique. » E. Benveniste.

Sommaire:
VOLUME I (1966):
Avant-propos (n. p.).
I. Transformations de la linguistique:
1. Tendances récentes en linguistique générale (p. 3-17);
2. Coup d’œil sur le développement de la linguistique (18-31);
3. Saussure après un demi-siècle (32-45).
II. La communication:
4. Nature du signe linguistique (49-55);
5. Communication animale et langage humain (56-62);
6. Catégories de pensée et catégories de langue (63-74);
7. Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne (75-87).
III. Structures et analyses:
8. « Structure » en linguistique (91-98);
9. La classification des langues (99-118);
10. Les niveaux de l’analyse linguistique (119-131);
11. Le système sublogique des prépositions en latin (132-149);
12. Pour l’analyse des fonctions casuelles: le génitif latin (140-148).
IV. Fonctions syntaxiques:
13. La phrase nominale (151-167);
14. Actif et moyen dans le verbe (168-175);
15. La construction passive du parfait transitif (176-186);
16. « Être » et « avoir » dans leurs fonctions linguistiques (187-207);
17. La phrase relative, problème de syntaxe générale (208-222).
V. L’Homme dans la langue:
18. Structure des relations de personne dans le verbe (227-236);
19 . Les relations de temps dans le verbe français (237-250);
20. La nature des pronoms (251-257);
21. De la subjectivité dans le langage (258-266);
22. La philosophie analytique et le langage (267-276);
23. Les verbes délocutifs (277-285).
VI. Lexique et culture:
24. Problèmes sémantiques de la reconstruction (289-307);
25. Euphémismes anciens et modernes (308-314);
26. Don et échange dans le vocabulaire indo-européen (315-326);
27. La notion de « rythme » dans son expression linguistique (327-335);
28. Civilisation: contribution à l’histoire du mot (336-345);
Index [des langues et des concepts] (349-351).
VOLUME II (1974):
Avant-propos (M. Dj. Moïnfar, n. p.).
I. Transformations de la linguistique:
1. Structuralisme et linguistique (11-28);
2. Ce langage qui fait l’histoire (29-40).
II. La communication:
3. Sémiologie de la langue (43-66);
4. Le langage et l’expérience humaine (67-78);
5. L’appareil formel de l’énonciation (79-88).
III. Structures et analyses:
6. Structure de la langue et structure de la société (91-102);
7. Convergences typologiques (103-112);
8. Mécanismes de transposition (113-125);
9. Les transformations des catégories linguistiques (126-136);
10. Pour une sémantique de la préposition allemandevor (137-141).
IV. Fonctions syntaxiques:
11. Fondements syntaxiques de la composition nominale (145-162);
12. Formes nouvelles de la composition nominale (163-176);
13. Structure des relations d’auxiliarité (177-193).
V. L’homme dans la langue:
14. L’antonyme et le pronom en français moderne (197-214);
15. La forme et le sens dans le langage (215-240);
16. Diffusion d’un terme de culture: latin orarium (241-246);
17. Genèse du terme « scientifique » (247-253);
18. La blasphémie et l’euphémie (254-257);
19. Comment s’est formée une différenciation lexicale en français (258-271);
20. Deux modèles linguistiques de la cité (272-280);
Index [des langues et des concepts] (281-286).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.