compte rendu du colloque : prise en compte de la cuture d’autres

Vendredi 21 octobre 2016, c’était la première fois que je participais à un colloque professionnel qui est d’ailleurs international. Même si je ne présentais qu’en tant qu’auditeur, c’était un grand plaisir et honneur pour moi. « Ça devra être très utile et heuristique pour mon mémoire et pour bien d’autres ! » je me disais la veille du colloque. Lors du colloque, je suis aussi dans la salle M toute la matinée. En fait, tous les thématiques programmés dans le colloque m’intéressent, j’ai voulu originalement assister d’abord les deux premières communications à salle M et puis me déplacer à salle V pour les deux autres dans le but de participer aux deux thématiques autant que possible. Malheureusement, je l’ai pas pu puisque nous étions trop nombreux et le passage a été donc complètement bloqué. J’étais quand même heureuse que j’ai eu de la chance d’avoir une chaise et un table pour bien m’assoir et ainsi prendre des notes.

« Si seulement j’ai pu les comprendre mieux !» Je me disait à la fin de cette journée intensive. Je regrette beaucoup que ma compétence du français ne m’a pas permis de comprendre toutes les communications abordées. Les PowerPoint aidaient la compréhension mais souvent les professeurs faisaient passer les diapos trop vite et, par ailleurs, ils parlaient déjà très vite. J’avais même l’impression que, si je puis le dire, la personne monopolisait en quelque sorte. Je raconte ces difficultés non pas pour me plaindre (en revanche, c’est à moi de faire davantage d’efforts), mais je devrais avouer que, personnellement, c’était un peu décourageant. Malgré tout, j’ai quand même fait de mon mieux pour les suivre et prendre des notes et les communications m’ont toujours beaucoup d’idées et de pistes de réflexion pour ma mémoire.

Mme Paola RIVIECCIO a parlé du « jeu » et la « transgression » dans l’apprentissage d’une langue. Elle s’appuie sur les élèves qui apprennent le breton à l’école, certains entre eux « parlent la langue comme un jeu » et certains apprennent la langue simplement parce que leurs parents ont pris cette décision quand les élèves étaient petits et ces élèves s’engagent passivement à ce choix. Cela peut aussi être la raison pour laquelle il y a aussi des élèvent qui refusent d’apprendre le breton par une transgression de le choix parentale. Il est facile pour nous de poser la question du type « pourquoi vous apprenez telle langue ? », alors qu’il n’est pas aussi simple à y répondre et la réponse ne relève pas toujours d’un intérêt linguistique. Cela me fait penser aux élèves chinois qui apprennent le français en Chine. La plupart entre eux l’apprennent à l’université en suivant une formation de la langue française ou bien prenant le français que comme une deuxième langue étrangère. Qu’est-ce qui leur conduit à prendre le français, au lieu de l’anglais, la plus grande langue de service ? C’est d’une fidélité au choix des parents ? Sinon, pourquoi cette « transgression » de l’anglais ? Pour la beauté du français ? Une ambition professionnelle dans le domaine francophone ?… Il me parait assez important de tenir compte de ces raisons diverses afin de pouvoir les motiver autant que possible dans l’apprentissage sinon ceci ne serait pas efficace ou au pire serait pénible. Comme le disait Mme Véra DELORME dans sa communication « Vers une didactisation de l’éthique », en tant qu’enseignant, on dispose aujourd’hui pleins de modèles pédagogiques, mais on n’impose pas tel ou tel modèle auprès de nos élèves. L’enseignement demande la coopération entre l’acteur enseignant et les acteurs élèves. La prise en compte de la spécificité du public visé et une négociation en fonction de celui-ci seraient nécessaires.

Ce qui m’a beaucoup impressionné était pendant la dernière communication du jour, l’animateur nous a distribué des corpus qui s’agissent en fait de deux extraits des transcriptions de deux cours de FLE et les commentaires que les enseignants de ces cours ont faits sur les cours qu’ils sont abordés. Je pense que c’est d’une très bonne façon de se regarder et réfléchir sur notre pratique d’enseignement. On pourrait sans doute rencontrer des difficultés imprévues dans le déroulement du cours et on essayerait des les résoudre, on le réussirait ou pas. L’une des transcriptions mentionne un fait que l’on peut observer auprès des apprenants chinois : l’utilisation de l’appareil de traduction. L’enseignant-là remarque aussi que ses élèves utilisent  « trop » le traducteur pendant le cours et il leur demande de ne pas le faire. Dans son commentaire, l’enseignent explique que l’on peut très bien comprendre des choses sans avoir recours à la traduction mot-à-mot. D’autre part, l’enseignant se sent contradictoire aussi puisqu’  « ils ne font pas quelques choses de mal, ils veulent simplement comprendre.». Ce témoignage a suscité beaucoup de réactions. Une professeur a expliqué qu’en fait cela relève de leur habitude d’apprentissage qu’ils ont adopté depuis longtemps et, cette « stratégie » peut être aussi rationnelle pour eux. Cette dame a ajouté que cette habitude peut même naître d’une culture de l’apprenant : les apprenants d’aujourd’hui arrivent bien à suivre le cours tout en envoyant un message avec leur téléphone portable. Ils arrivent bien à gérer et à diviser leur attention. Ce fait demande alors une compréhension (ou tolérance?) intergénérationnelle.

En tant qu’apprenant chinois, j’ai vécu aussi cette expérience avec le traducteur et l’interdiction de la part de l’enseignant, néanmoins et je le fais toujours, même durant cette communication, j’ai utilisé plusieurs fois mon petit traducteur, puisque évidement je ne comprenais pas tous les termes soigneusement prononcés par les professeurs, si je ne cherchais pas l’explication des termes qui paraissaient souvent, mais que je ne comprenais pas, ma perception globale de la communication serait une catastrophe encore plus grave. Oui, j’ai bien sûr commencé par essayer de comprendre sans persister à chercher une traduction équivalente, pourtant, je me permettais aussi de profiter cet outil de temps en temps pour mieux comprendre. Une fois que j’ai eu l’explication, je reviens tout de suite et je suis mieux le professeur. Je pense que la prise en compte des habitudes d’apprentissage des élèves est assez fondamentale, surtout lorsque les élèves sont issus d’une même culture et alors ils ont probablement des mêmes habitudes. Voici l’importance de la négociation avec l’autrui. Enfin, une discussion autour du norme de « trop » émerge : une norme par rapoort à quoi ? Par rapport au niveau d’apprenant ? Au degré de difficulté du contenu du cours ? Je pense qu’au lieu d’obliger les apprenants à se défaire de cette habitude, il vaut peut-être mieux de l’exploiter et la révaloriser, par exemple, l’enseignant pourrait inviter l’apprenants à chercher dans son dictionnaire un mot difficile qu’il expliquera plus tard avec ses propres mots aux autres.

 

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts


2 réflexions sur « compte rendu du colloque : prise en compte de la cuture d’autres »

  1. Je souhaite te dire pour pour nous aussi, les natifs, ces communications ont été difficiles à comprendre. Ils parlaient en français, bien sûr, mais le français comme langue de la recherche, le bien nommé FLR ! Il n’existe pas, me diras-tu ! Pourtant, nous l’avons effleurer ces deux jours… Ce français que l’on ne comprend pas parce qu’on ne maîtrise pas les concepts, les questions, les problématiques.
    Ne te décourage pas pour n’avoir pas tout compris : tout n’a pas été parfaitement limpide pour nous non plus !

    1. Merci beaucoup Magali, ça me rassure! Alors faisons des efforts pour se familiariser avec cette “FLR” 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.