Le FOS dans le domaine militaire

Le français sur objectif spécifique dans le domaine militaire : comment distinguer les besoins et les approches didactiques. 

 

Faisons tout pour que le légionnaire, particulièrement le plus jeune qui ne maîtrise pas encore notre langue, fasse sienne cette réponse d’un grenadier à l’empereur Napoléon qui l’interrogeait sur son lieu de naissance : “Sire, quand je contemple l’étendard de mon régiment, je vois le clocher de mon village.”

(“Au drapeau !” “À l’étendard !”, Éditorial du COM.LE du Képi blanc N° 771)

Le sujet de mon mémoire de fin d’études porte sur la problématique de la formation linguistique au sein de la formation militaire. En effet, malgré l’existence de multiples circulaires concernant la formation linguistique militaire, il existe de nos jours peu de formations linguistiques adéquates aux besoins militaires.

Mon stage de Master 1, qui s’est déroulé à l’École de Guerre, s’est inscrit parfaitement dans la projection de mes recherches. L’École de Guerre dispense des cours intensifs de français sur les objectifs spécifiques pour les officiers étrangers qui souhaitent suivre une formation continue en France.  Ainsi, j’ai pu constater un manque réel de méthode dans le domaine de l’enseignement du FOS, malgré le soutien de La Direction de la coopération de sécurité et de défense militaire française. En effet, l’enseignement du français militaire a longtemps été privé d’une méthode adaptée.

Je tiens à préciser que la formation en FOS au sein de l’École de Guerre est l’unique formation en France pour les officiers étrangers haut gradés. En effet, dans le domaine militaire du FOS il existe déjà une méthodologie appelée En Avant !, mais celle-ci est destinée plutôt aux soldats qui effectuent leur service militaire dans les zones subsahariennes. Ainsi, à l’École de Guerre on a créé les cours de FOS spécifiquement pour les officiers haut gradés, sans faire recours aux méthodologies existantes. Chaque professeur suit un programme qui reflète les besoins décrits par l’École de Guerre.

Par conséquent, en comparant l’enseignement du FOS à la Légion Etrangère et à L’Ecole de Guerre, je souhaite trouver des nouvelles pistes didactiques afin d’enrichir la méthodologie du français militaire. Je souhaite également songer à la relation FLE/FOS militaire. Doit-on intégrer une partie de français général dans l’enseignement ? Comment faire le jumelage entre les deux, ou comment passer de l’un à l’autre.

Marie T.

Photo Théau Monnet

 

 

Bibliographie non exhaustive

  1. CECRL, Unité des Politiques linguistiques, Strasbourg, 2001
  2. MRAZ C.,  EN AVANT ! Méthode du français pour les militaires., Ministère des Affaires étrangères et européennes, Paris, 2012
  3. CHISS J.-L., DAVID J., REUTER Y., Didactique du français. Fondements d’une discipline, De Boeck SupérieurBruxelles, 2008
  4. LERAT P., Les langues spécialisées, PUF, Paris, 1995

 

 

 

 

 

 


Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

7 réflexions au sujet de « Le FOS dans le domaine militaire »

  1. Merci beaucoup Marie pour cette présentation très éclairante et vivante de votre projet de recherche. Il faudra trouver une norme pour votre bibliographie : de préférence, noms d’auteur en tête…

  2. Bonjour Marie,
    je trouve ton sujet très intéressant !
    Pour le terrain, tu penses refaire un stage à l’Ecole de Guerre et/ou t’appuyer sur les notes prises lors de ton stage de Master 1 ?

    1. Bonjour Justine!
      Merci pour ton commentaire!
      J’ai beaucoup d’idées! )
      Oui, je souhaite refaire mon stage. 🙂

      Marie T.

  3. Je vois bien que le français est enseigné actuellement suivant l’objectif auquel il doit répondre. Et de plus en plus des objectifs apparaissent. Ce qui enrichit la didactique du français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *