Les discours médiatiques en classe de langue

21 Octobre 2016, 11 heures 15. Mon attention commence à entamer sa descente. D’autant que la conférence d’ouverture dans laquelle il était question de neuroscience n’a pas vraiment favorisé ma concentration. Mais lorsque commence l’intervention « Pour une éthique des textes et des discours médiatiques en classe de langue : questionnements, choix et engagements », le style est très dense et l’expression soignée, réveillant mes tendances formalistes.

Une explication sur la distinction entre éthique et morale me laisse le temps de retrouver l’orthographe du patronyme de l’intervenant sur le programme du colloque « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIè siècle » : Florimond Rakotoenelina. Bientôt, je me perds dans le raisonnement, il est fait référence à Max Weber et à la différence entre éthique de conviction et éthique de responsabilité, il est question de « l’éthique sous-jacente aux documents authentiques de type médiatique » et de l’éthique des manuels de FLE qui reprennent ces documents authentiques de type médiatique… Pas de neuroscience pourtant, mais je ne sais pas très bien de quoi l’on parle.

La suite du propos fait état d’un travail d’observation portant sur les textes médiatiques reprographiés dans les manuels de FLE, travail qui a permis de mettre en évidence plusieurs tendances, notamment une très grande propension à utiliser les textes du journal Le Monde et de certains titres de presse hebdomadaire dont Le Nouvel Obs et Le Point. Cette même enquête révèle un phénomène de « fossilisation thématique » autour de certains thèmes sociétaux tellement ancrés dans les habitudes éditoriales qu’ils paraissent désormais constituer des incontournables du manuel de FLE (les repas des Français, le système éducatif, le sport, les habitudes culturelles des Français, la génétique,…). Dès lors, fait valoir F. Rakotoenelina, « les discours médiatiques ne sont plus que des alibis pour aborder des thèmes civilisationnels parfois stéréotypés ».

L’objectif serait donc de reconnecter les supports médiatiques à leur réalité, de remettre la discursivité au cœur du travail sur ces textes, en montrant comment l’actualité se met en scène dans la presse, plutôt que de toujours privilégier l’information ou le fond au détriment du discours et de ses stratégies. A travers cette question de l’utilisation des textes médiatiques dans les manuels de FLE, l’intervenant pointe finalement la question plus globale des conséquences de la didactisation d’un document authentique. Un document authentique didactisé peut-il toujours être considéré comme authentique et à quelles conditions ? Il s’agit ainsi de redonner toute sa place à la question des conditions de production des textes, en tenant compte du contexte dans lequel s’inscrit tout discours.

 

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts


2 réflexions sur « Les discours médiatiques en classe de langue »

  1. Merci Laure : vous tirez de beaux problèmes à partir de la communication dont vous rendez compte très clairement… De quoi réinterroger sérieusement l’authentique : d’ailleurs ne devrait-on pas parler de documents issus de la presse ou plus simplement les situer clairement comme doit faire un historien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.