DIALOGUE ENTRE DEUX ETUDIANTES

C’est un dialogue fictif entre deux étudiantes chinoises, autour de la fixation du sujet et du titre du mémoire. On appelle l’une Y, l’autre M.
En rentrant de la fac à la maison, M lance ce dialogue:
M: Ça va ? tu as l’air stressée!
Y: Bah…franchement, je suis en train de connaitre un moment dur. J’hésite encore devant les deux sujets : les représentations de la Chine dans la littérature de jeunesse et la littérature de jeunesse en cours de FLE en Chine.
M: Mais je me rappelle que la semaine dernière, tu as contacté notre prof et décidé de te diriger vers les représentations de la Chine, n’est-ce pas ? Tu as changé de nouveau d’avis ?
Y: Oui, ce dernier sujet m’a attiré au début par le mot <<représentation>>, j’avais envie d’exploiter les << images>> et les << voix >> dans des textes littéraires francophones qui reflètent la Chine d’hier, d’aujourd’hui, même de futur, ainsi que dans des manuels fle français et chinois, afin de faire des propositions pédagogiques pour les apprenants de fle en Chine. Mais je me suis rendu compte que des difficultés m’embêtent.
M: Pourquoi?
Y: D’abord, mon idée originale, c’est de traiter purement la question de la littérature de jeunesse, j’aimerais bien de l’introduire en cours de FLE à l’université en Chine, ainsi que dans des agences d’éditions pour un public plus large. Mais le sujet des représentations de la Chine dans la littérature de jeunesse me semble plutôt une étude sur la rencontre des cultures, et comme je le réduit au cercle de la littérature de jeunesse, il sera plus difficile de trouver des bons soutiens, des bonnes références et des bonnes bibliographes. Du coup je n’ai pas le courage et l’intérêt de continuer ce travail. J’aimerais bien revenir sur mon idée originale.
M: Je suis quasiment d’accord avec toi, je pense toujours que l’introduction de la littérature de jeunesse à l’université est digne d’être étudiée, surtout en Chine continent. Attends, j’ai une question : est-ce que les contes appartiennent à la littérature de jeunesse ?
Y: Oui, bien sûr.
M: Quand j’étais en échange à Taïwan, on avait le cours de conte dans le département français, alors que ce cours n’existe presque pas dans tous les départements français en Chine continent.
Y: C’est une bonne remarque, peut-être je peux faire au début dans mon mémoire une étude synchronique entre la Chine continent, Hongkong, Macao et Taïwan, afin de rappeler la tendance potentielle  de la didactique du français dans des régions plus développées.
M: Tu as raison, il faut présenter le statut actuel de la littérature francophone en cours de FLE dans notre pays. Mais est-ce que tu peux me préciser ton sujet ? Vue que la littérature de jeunesse est large, qu’est-ce que tu veux vraiment étudier dedans ?
Y: Alors, mon but est d’introduire ce << genre de littérature>> en cours. D’une part, pour aider les apprenants à apprendre la langue française, d’autre part, qui est aussi plus important, c’est de les amener petit à petit dans le monde littéraire. Donc le choix du corpus, les approches de lecture, les formes d’enjeux, les thèmes intéressant le public chinois et les horizons d’attente, toutes ces questions comptent beaucoup dans ma recherche.
M: C’est intéressant. Selon moi, utiliser la littérature de jeunesse pour enseigner la littérature a de grandes potentialités. Tu te souviens que quand on était à l’université, on a utilisé un manuel très ancien, les textes sont plutôt des extraits de << grandes>> oeuvres, comme Victor Hugo, Rousseau, Molière… Il faut admettre la valeur et la richesse dans ces oeuvres-là, mais honnêtement,combien d’entre nous étaient concentrés sur ces textes et bien suivi le prof ?
Y: Voilà, c’est pour ça que je considère la littérature de jeunesse comme une bonne entrée, une entrée pour se plonger dans la littérature, pour aller plus loin, pour donner envie aux apprenants de continuer sur le chemin littéraire. Il faut les guider à faire la lecture, les Chinois font de moins en moins la lecture de nos jours !
M: Haha, << bonne entrée>>, c’est une bonne idée ! Ta problématique est presque apparue !
Y: Oui ! Regarde, il faut communiquer, en moins de vingt minutes, j’ai déjà des idées claires dans ma tête! Une autre question, tu préfère ouvrir un tel cours pour les apprenants de quels niveaux ?
M: En suivant le cours de la littérature de jeunesse, j’ai remarqué que dans la littérature de jeunesse, il y a autant de philosophies et de valeurs que ce qu’on appelle les textes littéraires << normaux >>. Donc ce n’est pas la peine de le classifier par le niveau des apprenants.
Y: C’est ça, ce cours me fait comprendre que la littérature de jeunesse n’est pas si << simple >> que l’on imagine. Ainsi, je pense que mon titre de mémoire temporaire sera : << la mise en place de la littérature de jeunesse en cours de FLE, à l’université en Chine: bonne entrée pour enseigner la littérature. >> .
M: Voilà, les idées sont souvent émergées quand on communique !



Citer ce billet
Yiheng WANG (2016, 24 octobre). DIALOGUE ENTRE DEUX ETUDIANTES. art, langage, apprentissage. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cyg0

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

Une réflexion sur « DIALOGUE ENTRE DEUX ETUDIANTES »

  1. Les deux sujets sont intéressants, Yiheng! Tu as fait un très bon choix aussi en choisissant <> en Chine, puisqu’il y en manque.
    Bravo et bon courage!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.