Compte-rendu DILTEC 2016 : « le genre est un « curriculum caché » »

Le DILTEC de cette année 2016 avait comme intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle ». Il s’est déroulé du vendredi 21 octobre au samedi 22 octobre.

J’ai pu assister aux communications du vendredi et du samedi. Celle qui a retenu le plus mon attention est celle du samedi 22 octobre « Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire » dirigée par une doctorante du nom de Grâce Ranchon (université Jean Monnet).

Cette communication avait pour thématique générale le « plurilinguisme, l’altérité et l’inclusion ».

Cette jeune doctorante a commencé la présentation de son sujet avec la définition du terme « genre » que j’ai trouvé très intéressante : « le genre est d’abord un concept qui permet de dénaturaliser l’étiquette « homme » et l’étiquette « femme » ». Le genre était étudié ici dans des manuels pour les niveaux A1 afin de voir comment ils présentaient, introduisaient le genre masculin et le genre féminin (selon le CECRL, c’est à ce niveau-là que nous commençons l’apprentissage du masculin et du féminin). Elle s’est appuyée, pour faire ce travail, sur trois manuels de FLE qui ont des maisons d’édition différentes. Le fait de prendre plusieurs maisons d’édition est très important puisque cela permet de voir les différences ou les occurrences concernant les visions du genre. Elle n’a pas pris la maison d’édition Y parce qu’ils n’ont pas voulu répondre à ces questions (leur refus étant quelque chose d’assez intéressant de mon point de vue).

Nous avons pu voir que, même si la majorité des clichés sexistes a disparu dans les manuels, le genre apparaît toujours avec des discours subjacents et implicites dans le discours didactique (par exemple dans la hiérarchisation du masculin sur le féminin). Cette vision du genre est alors imposée à la classe à travers les manuels, les apprenants doivent se soumettre à ces idées-là et ils doivent aussi reconnaître les caractéristiques morales des hommes et des femmes (elle a pris un exemple pour illustrer ses propos : dans un exercice les apprenants doivent cocher le caractère qui correspond à un homme ou à une femme (jaloux, possessif, romantique, etc.)).

Nous pouvons donc voir que la classe n’est pas un espace neutre mais qu’elle est traversée par des rapports de pouvoir (qui traversent tous les outils d’enseignement-apprentissage) notamment comme la jeune doctorante a pu nous le montrer à travers les manuels.

Cette communication m’a fait penser à la Corée du Sud, même si elle n’est pas en lien direct avec le sujet de mon mémoire, elle reste en lien avec le pays qui est le thème de mon mémoire. En effet, lors des discussions, il a été question de l’avancé que faisaient les manuels dans la présentation « moins » stéréotypée concernant le genre (en faisant étudier le mariage gay par exemple dans des niveaux plus avancés). Mais, cette « ouverture » d’esprit que veut faire entendre le manuel n’est pas réalisée puisque souvent, dans les pages suivantes cette même « ouverture » d’esprit est détruite par d’autres activités en contradiction avec les valeurs que voulaient véhiculer le manuel. Pour mettre en lien avec la Corée du Sud, il faut déjà prendre en compte le fait que la Corée du Sud n’est pas un pays ouvert d’esprit, il n’est pas possible de parler d’homosexualité en classe ou même en famille. Ce sujet est à un tel point tabou que des couples gays se marient avec une personne opposée de leur sexe tout en continuant leur relation avec la personne du même sexe. Pour mieux comprendre : deux hommes sont ensembles, mais pour ne pas que leur famille soit au courant, ils vont trouver un autre couple de deux homosexuelles femmes afin de pouvoir se marier et former un « couple normal » (référence à une certaine norme : mais à quelle norme ? selon qui ?) tout en continuant de voir la personne qu’ils aiment.

Il serait donc intéressant de voir comment les manuels de FLE sont présentés là-bas, les censures possibles sur certains thèmes ainsi que la manière dont le genre est présenté dans une société si patriarcale et confucianiste qu’est la Corée du Sud.

J’ai trouvé ce sujet très intéressant, surtout qu’elle est la première à avoir traiter le genre dans les manuels adultes et cela m’a aussi donné envie de lire ce qui a été publié sur le genre dans les manuels scolaires[1] (ce qui pourrait donc être un lien avec mon mémoire). Sa conclusion était tout aussi intéressante quand elle a dit que la légitimité du projet-genre en FLE est « une action de réflexivité éthique », ce qui a permis de mettre en lien son sujet avec la thématique de ce colloque du DILTEC.

 

 

[1] Brugeilles C., Cromer S. (2005). Analyser les représentations du masculin et du féminin dans les manuels scolaires. CEPED : Paris.


Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

4 réflexions sur « Compte-rendu DILTEC 2016 : « le genre est un « curriculum caché » » »

  1. Passionnant compte rendu, Johanna, et qui va droit vers des problèmes difficiles ! Bravo ! Un petit détail : ne confondez pas « communiqué » et « communication ». Je suis étonné que vous n’ayez pas trouvé d’éléments bibliographiques plus récents sur la question. Si vous voulez poursuivre sur la question, n’hésitez pas à contacter une de mes doctorantes qui est sud-coréenne… Ici un programme d’une journée d’études plus récente ou vous retrouvez Grace Ranchon : https://efigies-ateliers.hypotheses.org/1768

    1. Merci tout d’abord d’avoir pris le temps d’avoir lu mon billet, merci aussi pour vos autres remarques (je vais changer par « communication »). Il est vrai que je ne me suis pas encore penchée sur le sujet d’où l’absence d’éléments bibliographiques : je n’ai cité que le livre que cette doctorante avait cité.

      1. Bonjour Johanna,

        Je viens de lire ton compte-rendu sur la communication intitulée « Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire » . Je n’ai pas assisté à cette communication, donc merci d’avoir partagé tes impressions et réflexions! Je ne me suis jamais interrogée sur ce point-là…
        Quand tu dis que ce n’est pas possible de parler des tabous en classe de langue en Corée du Sud, je voudrais partager l’expérience de Dorra Bassi qui a exposé sur les tabous et dérives en cours de FLE dans le contexte tunisien. Selon elle, c’est à l’enseignant de faire son choix. Elle a osé d’en parler en incitant ces étudiants de s’interroger sur les sujets très sensibles tels que le mariage mixte, l’homosexualité, l’obligation de porter le voile… Elle est même allée encore plus loin en traitant les questions de religion, de jihad…
        Il est vrai qu’il faut d’abord discuter sur les représentations et le système de valeurs qu’on a nous-mêmes. Personnellement, j’étais surprise de remettre en cause mon ‘ouverture’ d’esprit… Et je l’ai fait dans des situations inattendues…

        Bonne journée!

        1. Bonjour Marija,

          Merci pour ton commentaire ainsi que d’avoir pris le temps de lire mon compte-rendu.
          Je n’avais pas pu assister à cette communication, c’est très gentil (et pertinent) de mettre en relation avec les propos de cette chercheuse. Je suis aussi tout à fait d’accord sur ce qu’elle dit. Cependant, il faut que l’enseignant ait envie de remettre en cause son « ouverture d’esprit » ainsi que d’être à l’encontre de ce que l’institut/établissement « véhicule ». Et, d’après ce que j’en sais, en Corée du Sud c’est très difficile de faire ce genre d’ouverture d’esprit, même si, pour ma part, je suis tout à fait d’accord à remettre en cause ce genre de pensée et/ou d’enseignement où nous ne parlons pas des sujets « tabous ».

          Bonne journée à toi aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *