L’enseignement précoce du français en Corée du Sud et en France

https://drfhlmcehrc34.cloudfront.net/cache/a/6/3783b50610a1a27d2a6b78eb1d8c84.png

Le français en Corée du Sud est une langue qui n’a pas été imposée mais qui est apprise pour « sa beauté » et pour sa culture. Contrairement au japonais qui a été une langue imposée par le Japon pendant l’occupation du territoire coréen (1900-1945) ou à l’anglais imposé aussi pour le business (et aussi parce que le territoire coréen est toujours sous l’occupation de l’armée américaine depuis la fin de la guerre de Corée 1950-1953). L’amitié franco-coréenne, qui a commencée en 1885, est aussi un facteur quant à l’influence de l’enseignement du français en Corée du Sud.

En Corée du Sud, le français est une langue qu’il est possible d’apprendre en tant que FLE dès le collège jusqu’à l’université aussi bien dans les établissements scolaires, dans les 학원 (« hakwon », établissement privé scolaire), dans les alliances françaises ou encore via des cours particuliers. Pour les enfants, il est possible d’apprendre le français au Lycée Français de Séoul (LFS), à partir de la maternelle (avec une majorité d’enfants Français, une petite part de Coréens et quelques autres nationalités). Mais, cet enseignement correspond à l’acquisition du français en tant que langue maternelle. Il est donc intéressant de voir les techniques d’enseignement du français langue maternelle sur ce public d’enfants (pour cette étude sur les enfants Coréens).

A contrario, en France, le français en tant que langue étrangère est possible dès le plus jeune âge (enseignement précoce du FLE, Gaonac’h, 2006) et jusqu’à l’université ou même plus tard.

Cette étude consistera donc à mettre en avant les différences entre l’enseignement du français langue étrangère et langue maternelle en Corée du Sud (contexte hétéroglotte) et en France (contexte homoglotte) sur un public d’enfants (de l’école maternelle jusqu’à la fin de l’école primaire). Nous pourrons aussi nous intéresser à l’enseignement du coréen en France avec l’éveil aux langues (même si cela n’est pas un enseignement en tant que tel mais une découverte de la langue et de la culture).

De nombreuses questions peuvent alors se poser dans différents domaines :

  • la question de la motivation (pourquoi apprendre le français dans un pays aussi lointain ?),
  • celle des techniques d’apprentissage (en France, il a été « prouvé » que nous étions dans une approche actionnelle, qu’en est-il de la Corée du Sud ?),
  • la question de la place de la langue dans les institutions (voire les études de Han M.-J., 2001, 2010, 2001 et Son J.H., 2010),
  • celle de l’interculturalité (Kim T.H., 2010),
  • ainsi que la question de la culture (la culture joue-t-elle un rôle dans l’apprentissage d’une langue ? Forcément, quand nous apprenons une langue nous apprenons aussi une culture, la culture fait partie de la langue, la langue fait partie de la culture références livres, Abdallah-Pretceille, 1998, Beacco, 2000 et Zarate, 1986).

Cette recherche sur l’enseignement précoce du français en Corée du Sud et en France, ainsi que sur l’éveil au coréen en France, doit prendre en compte toutes les questions soulevées afin de pouvoir comparer deux systèmes à première vue différents (mais qui ne le sont peut-être pas).

 

BIBLIOGRAPHIE

Abdallah-Pretceille, M. (1998). « Apprendre une langue, apprendre une culture », In Cultures pédagogiques n° : 360, Paris.

Beacco, J.-C. (2000). Les dimensions culturelles des enseignements de langue. Paris : Hachette.

Gaonac’h, D. (2006). L’apprentissage précoce d’une langue étrangère. Paris : Hachette Education.

Han, M.-J. (2001). « Pour une nouvelle politique linguistique en Corée du sud : enjeux et perspectives ». Dialogues et Cultures, n°46, Actes du 10ème Congrès de la FIPF.

Han, M.-J. (2010). « Réorganisation du contenu culturel dans l’enseignement secondaire du français ». Actes du séminaire pour la réorganisation du contenu scolaire dans l’enseignement secondaire du français en Corée, KICE, ORM 2010-31.

Han, M.-J. (2011). « Réflexions sur l’enseignement du français en Corée : pour une nouvelle orientation ». In Synergies Corée, n°2, pp. 45 – 55.

Kim, T.H. (2010). « L’interculturel dans les cours de la culture française en Corée ». Les actes du colloque conjoint international des associations coréennes.

Son, J.H. (2010). « L’enseignement de la culture française dans les universités coréennes ». Les actes du colloque conjoint international des associations coréennes.

Zarate, G. (1986). Enseigner une culture étrangère. Paris : Hachette.


Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

2 réflexions sur « L’enseignement précoce du français en Corée du Sud et en France »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.