Le jardin d’hiver de Dubuffet dans “l’art en jeu” : “un atlas” (Didi Huberman)?

 

Dans cet album de l’Art en jeu consacré à  l’œuvre de Jean Dubuffet : le Jardin d’hiver, les auteurs emmènent le lecteur vers la sculpture réelle par une découverte morcelée de l’oeuvre. Celle-ci est exposée au centre George Pompidou depuis de nombreuses années. Deux personnages d’un des tableaux de Dubuffet sont perdus dans un labyrinthe de pensées et invitent le lecteur à entrer dans une grotte avec l’aide d’un petit personnage accroché par un fil noir au livre (lien vers le site du centre George Pompidou avec la porte réelle).

Commence alors l’entrée dans la pensée, dans l’imagination grâce aux bulles narratives qui guident le lecteur dans sa quête. En effet, il s’agit d’une quête personnelle, découvrir l’univers de cette grotte. Didi Huberman définit l’atlas comme étant double : on le consulte « dans un but précis ou bien nous feuilletons à loisir, laissant divaguer notre volonté de savoir d’image en image et de planche en planche » (p. 11). Une fois plongé dans cette grotte, on se laisse emporter par notre imagination et on tourne les pages avec avidité.  Un autre aspect important de la définition de l’atlas selon Didi Huberman est : «  l’atlas introduit dans le savoir la dimension sensible, le divers, le caractère lacunaire de chaque image » (p. 11). Au fil des pages et de l’avancée dans l’album, le lecteur se trouve confronté à des dessins, des œuvres sur les parois de la grotte. Le narrateur, sous forme de bulles, se pose et pose des questions sur l’identité de ces personnages. Cependant, il s’avère que même sans « parole », c’est-à-dire sans indication narrative,  le lecteur qui deviendrait alors spectateur/voyeur peut comprendre cet album. Il n’y a pas de compréhension unique, chaque spectateur est libre de comprendre, de savoir et de voir ce qu’il veut. On tend alors vers une citation de Walter Benjamin (p. 16) « lire ce qui n’a jamais été écrit ». Plus précisément, le spectateur met en place toutes les relations nécessaires entre les images ou les différentes planches de l’atlas afin de construire sa propre lecture.

Puis, le lecteur finit sa visite de la grotte, ouvre une porte et croise un monstre. L’explication de l’album se trouve dans les dernières pages : Le Jardin d’Hiver est une sculpture exposée au centre George Pompidou et les œuvres présentées sur les parois ou bien le monstre derrière la porte sont, en fait, des œuvres de Jean Dubuffet.

Après avoir vu les traits qui relèvent de la définition d’un atlas selon Didi Huberman, voyons maintenant ce qui relève donc du non-atlas. Cette suite d’œuvres de Dubuffet au sein de cet album pourrait se caractériser comme un « catalogue » d’images. Or un catalogue n’est pas un atlas. La chronologie de l’album est également une différence par rapport à ce qu’entend Didi Huberman : il y a une chronologie narrative mise en place par la porte d’entrée et de sortie. Or, cette chronologie est bouleversée puisqu’en fait il est possible d’entrer dans la grotte par la porte de sortie. Le concept d’atlas défini par Didi Huberman peut donc se nuancer. Par certains aspects, cet album correspond à sa définition, et par d’autres, il s’en éloigne.

 

  •  Catherine Prats-Okuyama, Kimihito Okuyama (Musée National d’Art Moderne), Jean Dubuffet, Le Jardin d’hiver,  Paris, Éd. du Centre Pompidou, “L’Art en jeu”, 1989.
  • Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet,  L’Oeil de l’histoire, 3,  Paris, Minuit,  2011

 

 Fanny Simon

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.