Le disque « dur » facilite la recherche

Pour expliquer mon choix du titre de ce billet, je dirais qu’un carnet est comme un disque dur, il nous aide au moins à « mémoriser » les choses importantes quand on fait une recherche en science (dure ou molle). J’aimerais commencer par les significations du mot « mémoire ». Selon le dictionnaire de Larousse, « mémoire » (n.f.) peut être « activité biologique et psychique qui permet de retenir des expériences antérieurement vécues », et « faculté de conserver et de rappeler des sentiments éprouvés, des idées, des connaissances antérieurement acquises, ce qui résulte de l’exercice de cette faculté ». Pourtant, le mot « mémoire » (n.m.) possède une autre explication : « exposé scientifique ou littéraire en vue d’un examen, d’une communication dans une société savante ». Je me suis dis que cela peut être un signe qu’il existe certaines liaisons entre l’action de mémorisation et le fruit de recherche.

Après avoir lu l’extrait du livre Changer de société, refaire de la sociologie (La Découverte, 2006, p.194-197), je trouve que l’essentiel est de noter les expériences, de collecter et organiser les informations, et de recueillir les références bibliographiques, etc. Toutes les données recueillies sont considérées d’être relatives à la recherche. Le chercheur utilise des méthodes de toute sorte afin de se faire rappel les éléments qui aident à constituer un travail de recherche complet. Selon moi, tout en écrivant cette partie, Bruno Latour me donne une idée à créer un lien logique entre les deux significations du mot « mémoire ».

Quant à moi, j’écris souvent mes réflexions du cours dans mon premier carnet. De plus, en tant qu’étudiante en langue française, mon deuxième carnet porte des mots et des expressions inconnus, je consulte ce cahier de temps en temps afin de les apprendre par cœur.

Mon troisième carnet est numérique. Inspirée d’un film où il y a un auteur qui utilise toujours un enregistrement pour noter ses inspirations, je me sers d’un logiciel social pour m’envoyer mes propres paroles quand une idée m’arrive. Cependant, ce logiciel dans mon téléphone portable n’est qu’une conservation temporelle, il me faut recopier mes paroles dans mon premier carnet. Pour ne pas laisser échapper les choses liées à ma recherche, je vais d’abord maintenir mes anciens carnets, et en même temps, j’ai l’intention de créer deux carnets nouveaux, un pour les références bibliographiques et les fiches de lecture, l’autre pour les entretiens que je lancerai à propos de mon sujet de mémoire.

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


2 réflexions sur « Le disque « dur » facilite la recherche »

  1. C’est très intéressant, ce logiciel dont tu parles dans ton billet ! Il me semble qu’il peut être un bon outil non seulement pour l’écriture du mémoire mais aussi pour un apprenant des langues étrangères… Tu pourrais me dire comment il s’appelle? ou peut-être m’en parler en peu plus?
    Merci !

    1. Bonjour, désolée pour la réponse retardive. Le logiciel s’appelle « we chat », tu peux aussi essayer « evernote », mais le portable met plus de temps à lancer ce dernier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.