une idée pour le commencement de mon mémoire

    Mon affinité avec la langue doit chercher son origine dans mon enfance. Je m’intéresse à la langue depuis mes premières années scolaires et l’anglais, appris comme une langue étrangère, était l’un de mes meilleurs disciplines depuis. C’était aussi la bonne raison pour laquelle j’ai choisi le domaine linguistique pour continuer mes études supérieures, en une autre langue étrangère: le français. De plus, un intérêt particulier pour l’enseignement, intérêt qui fut inspiré par les professeurs excellents que j’ai eus de la chance de rencontrer au cours de mes études, a pu me guider et, me guidera toujours, dans mes études mais également plus tard, vers une carrière professionnelle dans le secteur de l’enseignement de langues, qui soit aussi bien le français ou le chinois langues étrangères.

    L’apprentissage de langue étrangère compte ainsi dans les quinzaines années de ma vie scolaire jusqu’à maintenant. Je me permets de dire que j’ai des expériences d’apprentissage de langues étrangères différentes, l’enseignement qui soit collectif ou privé, appliquant des méthodes « traditionnelles chinoises » ou celles de style «occidental» authentique, en milieu hétéroglotte ou homoglotte… J’en a profité pour observer, en tant qu’apprenant effectif, des démarches, des efficacités et des résultats des méthodologies différentes. En autre, grâce à mes premières expériences d’enseignement de langues, en tant que, cette fois-ci, enseignante, j’ai pu mettre en scène mes réflexions à l’égard de l’enseignement-apprentissage de langues et accueillir des nouvelles conceptions en même temps.

    Parmi les méthodes d’enseignement dont j’ai pris connaissances, il y a une méthode avec laquelle j’ai eu plus de contacts récemment et qui m’intéresse particulièrement, celle qui est appelée « immersion linguistique». Elle s’agit d’une méthode qui a émergé initialement, en 1965, à Quebéc, une communauté bilingue français-anglais. Une immersion en français a été appliqué de la première année jusqu’au terminal. Les élèves concernés étaient immergés, partiellement ou entièrement, dans la langue française lorsqu’ils étaient à l’école. Certaines disciplines étaient enseignées en français, les élèves suivaient ainsi des « cours de langue » très intensifs. Les compétences de compréhension orale et d’expression orale sont davantage développées grâce aux « inputs »linguistiques qui sont massifs, fréquents et riches. Cet enseignement d’immersion en langue seconde a connu un succès prodigieux et donc a été propagé rapidement dans tout le pays dans les années suivantes.

    La Chine, en tant que pays monolingue qui propage un système éducatif également monolingue, semble être loin de la pratique « immersion linguistique » dans son enseignement de langues étrangères. Même pour l’anglais, qui présente comme une grande langue de communication importante de nos jours, la méthodologie de son enseignement reste toujours « classique ». Les élèves suivent le cours d’anglais pendant un volume d’heures donné à l’école, en dehors, l’anglais serait quasiment « oublié », c’est le chinois, langue maternelle, qui domine leur vie scolaire et familière. Pourtant, une expérience d’immersion en anglais a été abordée il y a quelques années dans un collège public de la ville Nanjin. Le physique et la mathématique sont enseignés en anglais dans une classe dès la première année de collège. Ce programme se déroule assez bien jusqu’à maintenant et il est apprécié par les élèves et leurs parents, alors que des problèmes et des contradictions subsistent en même temps : l’enchaînement avec les études postérieures, la formation et le recrutement des enseignants, la répartition de temps…

J’envisage donc, pour l’instant, à me diriger vers la recherche de la faisabilité de l’« immersion linguistique » en Chine ou plus plutôt une pratique qui fondée sur ses principes.

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts


2 réflexions sur « une idée pour le commencement de mon mémoire »

  1. Bonjour, Yaru,
    Je m’intéresse aussi à ce qui concerne le dialecte.
    Alors, moi, en tant que locuteur du dialecte de ma région natale, je dois dire que le dialecte est indispensable! (Vive le dialecte!)
    En Chine, face au généralisation et à l’obligation du mandarin, le choix de langue de communication est intéressant. Selon mes expériences, le mandarin est exclusivement réservé en classe, le dialecte est repris immédiatement après le cours. Voilà, dans la rue, on utilise le dialecte pour manifester notre identité comme natif de la région. Lorsqu’on se trouve ailleurs, le dialecte de la région nous permet de s’identifier, on se sent rassuré, on n’est pas tout seul!

    Personnellement, je pense que si on est obligé, par les autorités, de parler une même langue (le mandarin), on serait plus ravi de conserver notre dialecte pour se distinguer et, à la fois, pour se faire ressembler : se distinguer avec ceux qui ne parlent notre dialecte, qui ne viennent donc (peut-être) pas de notre région, qui ne partage donc pas la même culture régionale avec nous ; se rapprocher entre ceux qui partagent le même dialecte, ce rapprochement affectif amorcé par le dialecte serait plus significatif et profond si on se trouve dans un milieu où notre dialecte est périphérique, par exemple, comme je suis en France maintenant, je suis toujours ravie de parler le dialcte avec mes amis qui partagent ce dialecte.

    D’ailleurs, une autre performance que je trouve intéressante, c’est que parfois, on dissimule notre dialecte pour cacher notre origine ou pour d’autres raisons.

    Voilà, j’espère que j’ai répondu un peu à ta question. ^^

  2. Bonjour, Kaiyun

    Après avoir lu ton billet, je me pose tout de suite une question.
    Quel est le rôle du dialecte de la région dans la vie quotidienne? (Ceci concerne peut-être pas beaucoup ton sujet, mais ça m’intéresse beaucoup.)

    Merci, Kaiyun

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.