Un mémoire ? Mission possible ! Faisons le premier pas

    Rédiger un mémoire ! Cette « mission » je n’ignorais pas son  existence depuis le premier jour de ma Licence, alors que j’avais toujours l’impression qu’elle m’arriverait plus tard, encore plus tard, jusqu’à, enfin, cette année, elle me fait signe de main, en face de moi. Je suis toujours inquiète sur les incertitudes, un mémoire en fait partie. Un mémoire n’est pas comme des dossiers ou des comptes rendus avec lesquels je me familiarise plus ou moins. Un mémoire est un travail qui exige à la fois la rigueur et la passion. De plus, ce que j’offrirai aux regards de tout le monde ne devrait pas être ennuyeux excitant aucun intérêt à lire. Bref, cela ne sera pas facile.

    Heureusement, j’ai le guidage à suivre. Bruno Latour est l’un des premiers maîtres. Dans son ouvrage « Changer de société, refaire de la sociologie », il nous propose de « tenir un journal » afin de « procéder et des se nourrir »1 de nos incertitudes. « Désormais, tout fait partie des données »2 je déclare comme ce qui est insisté par Latour. Désormais, dès le premier cours de préparation du mémoire de recherche, ou plus précisement dès le jour où j’ai décidé de me diriger vers le parcours de didactique des langues dans mes études supérieures, il y a 5 ans, même plus. Je prépare ainsi mon premier carnet de bord et j’y noterai tout : tout, au passé, ma passion initiale sur la langue et puis sur la didactique des langues, mes hésites, mes doutes durant les études et, surtout, les idées lumineuses qui m’ont conduites d’avancer jusqu’à maintenant et qui m’encourageront toujours; à l’avenir, les nouvelles conceptions que j’aurai en essayant de tracer un chemin, les conseils comme les critiques des autres. Quelqu’un qui connait bien mon domaine d’études m’aideront sans doute. Portant, si les commentaires spécialisés à l’égard de ma recherche seraient plutôt objectifs, alors que ceux qui sont issus d’autres domaines et qui ne rendent pas vraiment compte de ce que je cherche me fourniront quand même des idées créatives (relativement plus subjectives peut-être), des directions de recherche d’autres parts. Comme le dit un proverbe ancien chinois : « les spectateurs voient plus claires que les acteurs. »

   C’est parti!

12 Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, p. 195

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 195

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.