Billet 2 : Proposition de communication

La prise en considération du statut du français (FLS) à Djibouti dans la nouvelle réforme du secondaire : Analyse de la commande institutionnelle, de nouveaux programmes et de nouveaux manuels.
MOUSSA YABEH Mohamed
Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, (France) DILTEC

En République de Djibouti, le français est une des langues officielles avec l’arabe. Elle est la langue d’enseignement ; elle est aussi enseignée en tant que discipline. Dans les pratiques sociales, elle joue un rôle non négligeable.
Vers les années 90, les responsables du système éducatif ont décidé d’adapter les contenus pédagogiques à notre contexte. Ainsi, les programmes et les manuels de l’enseignement de base se sont vus revisités, du moins dans les situations et le vocabulaire proposés. Les méthodologies SGAV déclinées par le Centre de Linguistique Appliquée de Dakar étaient utilisées à l’époque.
En 1992, le Nouvel Ensemble Didactique (NED), nouvelle approche issue des approches communicatives est mise en place dans l’enseignement de base ; approche qui met en avant la lecture globale et les situations qui relèvent du contexte national et régional avant d’être remplacée par l’Approche par les Compétences (APC) qui sera généralisée de l’enseignement de base à l’enseignement moyen.
En 2007, alors que le contexte socioculturel de l’élève du primaire et du collégien est pris en considération, le lycéen continuait à baigner dans un univers franco-français. Comme notre baccalauréat était sous la tutelle de l’académie de Bordeaux IV, les programmes français étaient en vigueur.
Ainsi, en français par exemple, l’élève de seconde était censé maîtriser la langue française pour basculer directement dans la littérature française et ses complexités tant au niveau du style qu’au niveau des idées véhiculées, certes universelles et atemporelles par les textes mais adossées au contexte français et européen.
Sur le terrain, tous les acteurs du système ont remarqué qu’un bon nombre des lycéens avaient du mal à suivre le rythme imposé par ces programmes conçus pour les élèves qui ont pour langue maternelle le français. C’est pourquoi, une refonte de ces programmes s’est imposée.
En 2008, le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle de Djibouti lança la refonte des programmes du secondaire. En septembre 2013, le Centre de Recherche, d’Information et de Production de l’Education Nationale (CRIPEN) disponibilise les premiers manuels de la classe 2nde de l’enseignement secondaire de la République de Djibouti, en septembre 2014 ceux de la classe, en septembre 2015 ceux de 1ère et en septembre 2015 ceux de la classe de Terminale issus de nouveaux programmes proposés par des équipes pédagogiques nationales épaulées par des experts/ inspecteurs généraux français.
Dans cette communication, nous mettrons en évidence de quelle manière le statut de langue seconde a été pris en considération dans cette réforme (dans ses finalités, les programmes, les supports à travers les activités et les activités proposées). Nous travaillerons notamment la place de la littérature, l’introduction de l’enseignement des outils de langue et la prise en considération des compétences culturelles.
Bibliographie
CUQ, J. P, Le français, Origines d’une notion et implications didactiques, Hachette, 1991
Vigner Gérard, Enseigner le français comme langue seconde, Clé internationale, 2001
SPAETH Valérie, Le français : langue de scolarisation et les disciplines scolaires, Didier, 2007
Concepts-clé sur l’apprentissage du français langue de scolarisation, Circulaire MEN – DGESCO, 2 octobre 2012
Manuel de seconde, CRIPEN, 2013
Manuel de 1ère, CRIPEN, 2014
Manuel de Terminale, CRIPEN, 2015
Programmes de français au lycée et documents d’accompagnement, CRIPEN, 2014
Document cadre sur la réforme du secondaire, document de l’inspection générale, MENFOP – CRIPEN, 2011
Mots-clés : français langue seconde, français langue de scolarisation, compétences linguistiques, compétences culturelles, compétences méthodologiques, profil d’entrée et profil de sortie, genre social, genre littéraire, enracinement et ouverture

MOUSSA YABEH Mohamed

Ex-professeur de français à Djibouti Actuellement inscrit en M2 Didactique (Spéc 1) à l'Université Sorbonne Nouvelle

More Posts

Follow Me:
FacebookFlickr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.