Deux historiens et l’écriture de la recherche

Très bel article (double page) dans Le Monde daté du 30 septembre 2016 : en fait une interview d’Alain Corbin et de Sylvain Venayre (qui a rédigé sa thèse sous la direction du précédent) qui sont tous les deux invités aux « rendez-vous de l’histoire » à Blois des 6 au 9 octobre (http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/09/29/alain-corbin-et-sylvain-venayre-l-effort-d-imagination-stimule-l-ecriture_5005262_3260.html). Je ne retiens que ce passage qui intéresse au plus haut point les rédacteurs d’un mémoire de master, dans lequel Sylvain Venayre répond à la question de Julie Clarini : « L’écriture tient une place importante dans votre travail à l’un et à l’autre ? Laquelle exactement ? » Réponse : « Je crois, je ne suis pas le seul – nous croyons (nous sommes sans doute plus nombreux à notre génération qu’à celle d’Alain Corbin, où il fait presque figure d’exception) -, que l’écriture est partie prenante de la méthode, qu’elle n’est pas seulement la phase ultime de la rédaction d’un rapport de recherche. Il est évident – et tous les chercheurs en sciences sociales le savent, plus ou moins intuitivement – que dans le moment de l’écriture, ce qui se passe est de l’ordre de la production du savoir (et pas seulement de l’ordre de la restitution d’un résultat). C’est ce qui fonde l’intérêt des expérimentations formelles. Il faut tenter de cerner au plus près ce qui se passe en matière de production de connaissances dans l’acte d’écrire. »

Non seulement, me semble-t-il, cette dernière piste de réflexion touche exactement à notre réflexion méthodologique qui associe étroitement méthode et écriture, mais elle lance une piste de recherche en didactique des langues et des cultures pour observer combien les expériences scripturaires les plus diverses sont des lieux et moments de la construction des savoirs de tous ordres… De Bruno Latour à (prochainement Ivan Jablonka) en passant aujourd’hui par ces deux historiens accueillis par Le Monde, nous voilà au coeur d’une réflexion concernant la recherche en didactique, car comme le dit un peu plus loin Alain Corbin : « Si on n’enfile pas la peau des autres, si on n’a pas une optique compréhensive, ça ne va pas. L’effort d’imagination stimule l’écriture » et Sylvain Venayre d’ajouter : « Et inversement, l’effort d’écriture stimule l’imagination ». On verra que peut-être plus que d’effort d’imagination, il s’agit d’une attention aux énonciations…

 

5005260_7_3518_alain-corbin-et-sylvain-venayre-2016_6cabe278f9fa2a9f6b0c3d763fbe1786
Alain Corbin et Sylvain Venayre photographié par Annabelle Lourenço pour Le Monde

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.