Un mémoire, un carnet, des données, Bruno Latour… Mes premières idées

Le travail d’un chercheur est motivé à la fois par des inquiétudes et des idées qui prennent la forme de questions. Cette motivation n’est jamais toute seule, elle est accompagnée d’une grande passion, d’une curiosité et d’une crainte : comment commencer l’écriture de ma recherche ? Comment organiser toutes ces idées qui occupent déjà une place dans mon esprit ? Quelle méthode suivre pour réussir ce projet ?

Bruno Latour part du principe que « tout fait partie des données »1 et que, tout en étant méthodique et créatif, il faut savoir comment organiser cette pluie d’information pour pouvoir l’utiliser. Il propose l’usage de quatre carnets qui permettront de classifier les données et de tenir compte de l’évolution de la recherche. Le premier est un agenda-calendrier, le deuxième sert à collecter des informations (idées, références, etc.), le troisième est consacré aux essaies d’écriture, le quatrième est l’espace pour les réflexions issues des retours et réactions des autres.

Il s’agit d’une méthode très intéressante mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette manière de faire. D’abord, je crois que tout ne peut pas faire partie des données ; je pense plutôt que n’importe quoi pourrait en devenir une. En ce sens, le premier pas consiste à apprendre à distinguer l’information qui pourrait être utile de celle qui ne l’est pas et qui pourrait donc porter à confusion. Ce n’est pas un travail facile, bien évidemment ! Pourtant, prendre note seulement de ce qui est important, peut faciliter le triage et traitement des données.

Quant aux carnets, il me semble plus pratique d’avoir uniquement un petit cahier que je pourrai porter partout et qui me permettra d’avoir sur moi toutes les notes concernant mon mémoire. En noir, je noterai des idées, questions, citations, références ou toute autre information que je trouverais ou que me viendra à l’esprit spontanément. En vert, j’écrirai ce que j’ai à faire, par exemple, des modifications, des choses à ajouter, etc. En marron, je mettrai les commentaires de mes camarades, amis, professeurs, directeur de mémoire, et autres. Ceci me paraît fondamental pour avoir une approche différente du déroulement de mon travail.

 

  1. Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

2 réflexions sur « Un mémoire, un carnet, des données, Bruno Latour… Mes premières idées »

  1. Merci de cette rémarque !
    Pour répondre à votre question: j’ai décidé de ne pas utiliser quatre couleurs parce que je préfère écrire mes « essaies d’écriture » et mes brouillons directement sur l’ordinateur.

  2. Oui, Salomé, les couleurs dans un cahier de notes : excellente idée ! mais il vous faut donc toujours trois stylos… et pourquoi pas quatre ?! N’oubliez pas de mettre les italiques pour les titres d’ouvrage… (pas de couleur différente !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.