Trois carnets pour un mémoire

Dans le chapitre 5 de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie, Latour propose de tenir quatre carnets durant l’intégralité de la recherche et la rédaction d’une thèse. Le premier carnet, intitulé « carnet de bord », relate l’ensemble des évènements quotidiens qui participent à l’élaboration de la thèse : les rendez-vous, la rédaction, les diverses difficultés à parvenir aux objectifs fixés (…). Le second carnet comporte les diverses informations collectées et classées chronologiquement. Il est important que les diverses informations puissent être reclassées de diverses façons. Le troisième carnet permet au chercheur de poser à l’écrit diverses idées, des ébauches de paragraphes et tout ce qui pourrait être utile lors de la rédaction de la thèse. Dans le dernier carnet, Latour propose de relater les divers effets que le compte rendu a produit sur les personnes qui en ont pris connaissance.  En effet, cela confère à ce carnet « une action performative ».

Selon moi, le premier carnet proposé par Latour est indispensable afin d’observer l’évolution de son travail pas à pas. Il permet de remonter le temps et de se rendre compte des rencontres/lectures qui ont été décisives dans l’élaboration de notre recherche. C’est pourquoi, dans le cadre de mon mémoire, j’ai choisi de tenir un premier carnet dont la fonction se rapproche de celle proposée par Latour.  Il s’intitulera « Mon journal de bord »  et dans lequel j’inscrirai le travail réalisé au jour le jour, mes ressentis, les difficultés, les échecs et les avancées.

Mon second carnet, que je nommerai « échanges », relatera ce qui est dit lors des rencontres avec mon directeur de recherche, les divers conseils donnés, les améliorations suggérées et les objectifs fixés entre chaque rendez-vous. Lors de la rédaction, je pourrai m’y référer afin de me remémorer avec exactitude ce qui a été dit des précédents rendez-vous.

Mon troisième et dernier carnet aura une fonction similaire au troisième carnet proposé par Latour. Intitulé « premiers jets », il me permettra de noter des idées, des mots, des phrases voire des paragraphes, au moment où je les pense pour ne pas les oublier et qu’ils soient perdus. Par la suite, ces éléments seront intégrés ou non à mon mémoire, en fonction de leur degrés de pertinence.

J’ai choisi de travailler sur des petits carnets papier, de la taille de ma main, afin de pouvoir y avoir recours n’importe où, n’importe quand. Petits et discrets, ils se glissent dans le sac ou dans une poche et ne dépendent ni de la wifi ni d’aucune batterie.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts


Une réflexion sur « Trois carnets pour un mémoire »

  1. Justine, j’aime beaucoup votre prudence : elle est double car vous faites confiance aux propositions de Latour en vous les appropriant très judicieusement et vous savez combien le numérique demande de nombreuses précautions pour ne pas perdre de précieuses notes… quand ça flanche !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.