Direction mémoire : mon enquête, mes informations, ma plume et les autres

Pour commencer, je voudrais dire que j’appréhendais beaucoup la préparation de la rédaction de mon mémoire. Je ne savais pas trop comment m’y prendre d’un point de vue méthodologique avant de lire l’extrait de Latour. Il nous parle donc dans « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets » (dans le Chapitre 5 : cinquième source d’incertitude : rédiger des comptes rendus risqués) de la méthodologie qu’il recommande afin d’entrer dans la conceptualisation d’un mémoire. C’est une recommandation qui dépend de chaque individu parce que chaque personne a sa propre façon de travailler, sa propre méthode.

Tout d’abord, je n’avais jamais pensé à faire cette recherche sous forme de carnets. Je pense que j’aurais fait comme d’habitude : c’est-à-dire tout écrire sur une feuille (plusieurs feuilles) et numéroter en fonction des idées qui vont dans le même sens (me connaissant, je pense que j’aurais perdu quelques-unes de ces feuilles…). Je pense donc que l’idée des carnets est une très bonne idée dans la mesure où cela permet déjà de faire un travail d’organisation dès que nous voulons commencer à écrire. Nous ne faisons pas qu’écrire mais nous commençons déjà à réfléchir.

Le premier carnet, le carnet de bord de l’enquête, portera le nom « mon enquête ». Dans ce carnet, j’écrirai donc « les rendez-vous, les réactions des autres vis-à-vis de l’enquête, la surprise éprouvée face à l’étrangeté du terrain, etc. ». Ce premier carnet concernera donc mon terrain, mon enquête, mon « moi ».

Le deuxième carnet, qui servira donc à la « collecte de l’information datée chronologiquement et classées dans des catégories », s’intitulera « mes informations ». Je pense qu’effectivement, il est très intéressant d’inscrire les dates parce que cela permet de comparer l’évolution de nos recherches et de les mettre en parallèle dans certains cas.

Le troisième carnet, « ma plume », concernera donc les essais d’écriture. Ce carnet sera ma plume, mon « chez-moi » où j’écrirai des phrases pour commencer déjà à me mettre dans le processus de la rédaction de mon mémoire.

Le dernier carnet, « et les autres ? », est pour moi l’un des plus intéressants et auquel je n’aurais pas pensé. En effet, je n’aurais pas pensé à écrire la réaction des personnes parce que certains sujets peuvent provoquer certaines réactions et ces réactions peuvent justement influencer (ou non) nos travaux. Un regard extérieur peut toujours aider à voir de nouvelles choses ou à voir ce que notre travail produit sur eux et sur soi-même.

Même si j’ai toujours de l’appréhension quant à la recherche et à la rédaction de mon mémoire, je commence déjà sur une voie plus organisée avec ces quatre carnets (et peut être plus après).

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Latour, (2006). Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris : La découverte, p. 194-197.


Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Une réflexion sur « Direction mémoire : mon enquête, mes informations, ma plume et les autres »

  1. Merci beaucoup Johanna pour ce billet qui je pense encourage tout ceux qui se mettent à écrire dans un régime différent : pour un mémoire de master, on va l’appeler au long cours même si 6 à 8 mois, ça passe très vite… Vous transformez la réflexion de Latour en règles de vie-d’écriture qui, j’en suis persuadé, garderont la force heuristique de Latour et deviendront des rituels d’une grande efficacité… chaque jour de votre recherche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *