Billet 1 Travail de recherche : Dans le vif du sujet

L’éminent sociologue Bruno LATOUR, dans son article « Rédiger des compte rendus risqués », tiré de son ouvrage intitulé Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte « Armillaire », 2006, p 194-196, aborde la question de la méthode de travail de recherche sous un aspect pratique et pose d’emblée la nécessité de se tenir, tout au long de cette entreprise, à un travail rigoureux et surtout méthodique, De ce fait, il préconise la tenue d’un journal et ce de manière régulière, où tout y est assigné. Tout, vraiment tout. Dans un premier temps, l’auteur propose la tenue d’un « carnet de bord », une sorte de compagnon de route du chercheur tout au long de ses pérégrinations qui enregistrera les actions, les procédés et démarches entrepris pour le travail de terrain de telle sorte que même les plus insignifiantes et ponctuelles impressions ressenties dans une situation donnée soient retrouvées plus tard en cas de besoin. Par ailleurs, pour éviter un amoncellement de documents/fichiers et données recueillis, un second carnet est indispensable pour la collecte des documents,  mais surtout pour le rangement en catégories (organisation chronologique ou thématique), lesquelles catégories sont amenées à évoluer tout au long de la recherche compte tenu de l’évolution de la réflexion. Ce  « classeur » facilitera la consultation de ses notes quand il s’agira de nourrir telle partie ou telle rubrique avec des données et des éléments tangibles et vérifiables. De plus, l’auteur nous invite à ne pas dissocier les phases de collecte d’informations et de rédaction. Il nous conseille de « gribouiller » régulièrement pour ne pas perdre les impressions d’un moment ou des idées qui, peut-être, seraient développées plus tard. Rien ne doit se perdre même s’il est évident que  nous ne sélectionnerons que les éléments qui participeront de manière significative à l’élaboration de la réflexion. Cette phase de rédaction pendant l’enquête de terrain et la collecte s’apparente plus à une prise de notes suffisamment développée pour permettre la jonction entre la recherche et la phase de rédaction proprement dite.  Enfin, il est conseillé de noter l’impact de son enquête sur les acteurs rencontrés durant la phase enquête, quelque soit leur degré d’implication. Cela est d’autant plus intéressant qu’avec ce monde qui se transforme si rapidement, l’impact ou la l’accueil réservé à telle ou telle idée sera peut-être altéré plus tôt qu’on ne le pense. D’où la nécessité « d’immortaliser » les effets de l’enquête sur le monde qui l’a vu se construire. Ce retour du terrain alimentera soit la recherche et la réflexion du moment soit posera les bases d’un autre sujet qui découle directement ou pas de ta recherche.      Bibliographie : Latour B, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte « Armillaire », 2006  MOHAMED MOUSSA YABEH, étudiant en M2 Didactique des langues (Spéc 1) à Sorbonne nouvelle-Paris 3

MOUSSA YABEH Mohamed

Ex-professeur de français à Djibouti Actuellement inscrit en M2 Didactique (Spéc 1) à l'Université Sorbonne Nouvelle

More Posts

Follow Me:
FacebookFlickr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.