Echos d’une journée sur les formes de politesse

Formes de politesse et stratégies discursives et relationnelles : deux cas africains

(Paulette Roulon-Doko)

Jeudi 2 juin, j’ai assisté à une partie de la journée d’étude intitulée Aux frontières de la politesse et de l’impolitesse à la Maison de la Recherche, au cours de laquelle est intervenue Paulette Roulon-Doko pour donner un aperçu des formes de politesse de deux sociétés d’Afrique subsaharienne parlant respectivement les langues gbaya et peul.

Dans le système gbaya, selon l’intervenante, le vouvoiement existe et il représente, comme en français, une marque de politesse. Il est obligatoire lorsque l’on s’adresse à des personnes plus âgées que soi, ce qui implique une inégalité dans le statut hiérarchique. Néanmoins, il s’agit d’une marque purement formelle, n’impliquant pas de comportement particulier (comme le respect, auquel, du point de vue français, on pourrait logiquement s’attendre). En revanche, le vouvoiement volontaire, en dehors des conditions d’âge, apparaît comme une marque d’estime. Ainsi, il s’avère que les systèmes de politesse gbaya et français sont très proches.

En ce qui concerne le système du peul du Foûta Djalon, l’emploi du vouvoiement se présente d’une façon plus complexe : la femme, par exemple, tutoie son mari jusqu’à la naissance des enfants puis passe au vouvoiement. Entre les beaux-parents et la fille ou le fils, c’est le vouvoiement qui et de norme. Ainsi, il apparaît que dans cette langue, le vouvoiement ne représente pas une marque de respect mais qu’il constitue une façon de se situer « là où on est » : ce n’est pas l’âge qui compte mais la situation dans la parenté, la forme non marquée étant le tutoiement.

Laura Diez del Corral

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.