compte rendu :Apprentissage du français et motivation existentielle – Le cas des universités à Taiwan

En didactique du français langue étrangère, la notion de motivation pour l’apprentissage de la langue est largement liée à la théorie de la motivation instrumentale/intégrative. Néanmoins, cela ne correspond pas au cas des apprenants du français en langue optionnelle dans les universités de Taiwan. Dans ce présent article, l’auteur nous montre, à partir de son enquête, que la motivation de ce public est plutôt à relier au contexte sociétal et aux attentes identitaires. Ce type de motivation est, donc, de nature existentielle.

Un fait remarqué par des enseignants et des chercheurs est l’absence relative de motivation des apprenants pour l’apprentissage du français dans le zone asiatique non francophone (Tang, 2004 ; Bok, 2004). C’est par ce pessimisme que l’auteur est motivé à chercher localement une solution partielle pour enrayer cet affaiblissement de la motivation lié à l’apprentissage du français.

Question de motivation

A Taiwan, la notion de motivation ne semble pas avoir fait l’objet de recherches dans le milieu des enseignants-chercheurs du français enseigné en option. L’auteur a proposé ainsi une étude visant à connaître la motivation de ce public. Sept catégories de questions se trouve dans le questionnaire : l’ajustement à l’environnement sociale, l’influence d’autres personnes, les contacts recherchés, la familiarité, l’utilité, et enfin « le mieux-être » qui est définie de la manière suivante : elle recouvre tout ce qui est perçu par les étudiants comme affectant directement la qualité de leur vie, tout ce qui donne sens à leur existence sociale et individuelle et leur permet en même temps un retour sur leur propre culture.

La représentation « les Français romantique » 

Selon Jodelet (1999), la représentation sociale est « une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social ». C’est donc une vision compacte, éventuellement fictive de l’Autre, circulant dans une communauté humaine. L’aspect fictif de la représentation reste singulier et marquant de ce groupe, c’est ainsi qu’au Japon, à la différence du monde chinois, on ne semble pas considérer les Français comme romantiques malgré de points communs dans leurs représentations.

D’après Zarate (1995, p. 39), « le recours à l’histoire permet de retrouver la genèse des représentations […] le document historique permet de retrouver comment le sens s’est construit, de restaurer la diversité des intérêts qui étaient alors en jeu ». L’auteur a donc essayé de retrouver, dans la mesure du possible le parcours de la représentation des Français romantiques.

La Chine de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, pays en peine crise institutionnelle et sociétale, voit s’épanouir de nombreuses traductions d’œuvres littéraires occidentales, notamment celles du romantisme français, qui vont bouleverser le monde des lettres chinoises (Lee, 2002). L’idée romantique de l’amour-passion va circuler dans ce public et devenir le noyau central de la représentation des Français romantiques. L’amour partagé va ainsi frapper la conception chinoise traditionnelle du mariage arrangé et influencer des attitudes sur les relations d’amour des Chinois. L’image qu’ont les premiers diplomates chinois envoyés en France à partir de 1866 et les jeunes Chinois arrivés avec le mouvement ouvriers-étudiants (Leung, 1982) dans les années 1910 à propos de la qualité de vie en France joue aussi un rôle dans la fondation de cette représentation. Selon les recherches, le nombre de voyageurs à destination de la France augmente, mais il est difficile de connaître statistiquement leurs impressions sur la France et les Français, ainsi que leur motivation de départ. L’enrichissement sensible des rayons consacrés aux ouvrages sur les cafés Paris, la mode, la gastronomie, l’architecture, le design d’intérieur, les arts picturaux, les jardins et le vin en France dans les librairies taiwanaises témoigne de la circulation d’un discours qui accorde une grande place à la qualité de vie des Français. Des publicités s’appuyant souvent sur des éléments de la culture français pour accorder une qualité de prestige. Dans les médias écrits spécialités, la France est encore plus souvent présente. Enfin, l’influence majeure des livres francophiles sur la représentation des Français semble incontournable dans une telle analyse de discours.

Évolutions sociales et identitaires

Pour comprendre comment cette représentation influence la motivation de nos étudiants pour le choix des cours de français, il faut noter le rôle de l’évolution politico-économique de Taiwan depuis les années 1980. L’installation du régime démocratique et le développement économique soutiennent une porte ouverte vers l’étranger pour tout le monde et une consommation débridée. Les enfants de cette génération sont donc nés dans une relative aisance. Ils se caractérisent par leur plus grande ouverture au monde, l’occidentalisation avancée de Taiwan et la mondialisation les amène à développer des valeurs plus individualistes, la situation politico-économique de Taiwan leur ouvre des horizons professionnels. Ces phénomènes produisent un renouvellement identitaire pour ces générations d’étudiants. La désirabilité de l’étranger est un des caractéristiques de ces nouvelles générations.

La motivation existentielle

Nuttin (1996), dans l’approche relationnelle, définit la motivation non comme un processus de déclenchement mais comme « […] l’orientation dynamique continue qui règle le fonctionnement, également continu, de l’individu en interaction avec son milieu ». Ces interactions répondent aux besoins individus pour réaliser un objet-but, en passant éventuellement des objets-moyens. Le besoin défini comme « une relation requise entre l’individu et le monde » est un agent primordial dans cette théorie. Ainsi l’explication de la motivation ne se résume pas à un choix entre la prépondérance de l’individu ou de l’environnement, mais plutôt à un jeu des interactions individu-monde.

L’hypothèse est que la motivation des étudiants de Taiwan s’appuie sur un intérêt marqué pour la culture française sous l’influence de la représentation « les Français romantiques ». Cette culture permettrait d’atteindre un objet-but qui serait l’amélioration qualitative de leur existence en tant qu’individus, c’est en ce sens qu’on évoque une motivation existentielle. L’étendue de son domaine englobe tous les niveaux de l’existence mais privilégie plus souvent l’affectif, les représentations de soi et de l’autre jouant un rôle fondamental ainsi que les valeurs sociales de l’apprenant. Par rapport au paradigme de R. Gardner et de W. Lambert insistant sur les risques d’acculturation, la motivation existentielle affecte le rôle de l’autre qui n’agit plus alors sur l’apprenant comme une force centrifuge à travers diverses formes d’assimilation ou d’intégration. Elle tend au contraire à devenir une force centripète en incitant l’apprenant à se centrer sur son groupe d’appartenance, les apports de la langue-culture étrangère étudiée devenant une (res)source du développement personnel.

 

 

Bibliographie

Serge Dreyer, « Apprentissage du français et motivation existentielle. Le cas des universités à Taiwan », Lidil [En ligne], 40 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 20 décembre 2013. URL : http://lidil.revues.org/2911

 


YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.