Compte rendu :Diversité des langues, universalité de la traduction

– Babel et la diversité des langues

Aujourd’hui, il y aurait plus de 6000 langues parlées dans le monde. La tour de Babel met en place la figure emblématique de cette richesse. Dans la Genèse (XI, 9), le récit se termine ainsi : « Yahvé les dispersa de là sur toute la surface de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville. Aussi la nomma-t-on Babel, car c’est là que Yahvé confondit le langage de tous les habitants de la Terre et c’est là qu’il les dispersa sur toute la surface de la Terre. » Nulle part on ne trouvera de trace à la traduction, mais lire la Bible la présuppose, car peu de gens sont capables de lire l’Ancien Testament en hébreu.

Impossible de parler de traduction en faisant l’impasse sur les textes bibliques, parce qu’ils ont été et continuent d’être l’objet le plus traduit du monde, la Bible a été traduite dans 2233 langues. La traduction de la Bible souligne trois aspects fondamentaux s’appliquent à toute forme de traduction. Tout d’abord, on traduit, car la langue originelle n’est pas ou n’est plus accessible au grand nombre. La première fonction de la traduction est donc d’ordre pratique, sans elle, la communication ne saurait être possible. Au contraire, la traduction peut s’avérer la condition de survie d’une langue. Une langue que l’on ne peut plus traduire est une langue morte, avant que la traduction ne la ressuscite. Le deuxième aspect à traiter est la question des langues en présence. Ce n’est pas la même chose de traduire de l’hébreu, langue chamito-sémitique, vers le grec, langue indo-européenne, que du grec vers le latin, langues appartenant à la même famille, même si le mécanisme de base reste le même. Mais, quelles que soient les langues considérées, qu’elles soient proches ou lointaines, la traduction ne peut pas être réduite, le « calque » d’une langue sur une autre conduit à un résultat absurde. Quand au troisième facteur, il s’agit de la multiplicité des versions pour un même texte. L’arbitrage de telle ou telle version n’est pas uniquement d’ordre linguistique, dans ce sens, la compétence des traducteurs ne doit non plus être mise en doute. Face à de telles variations, plusieurs attitudes peuvent être adoptées. La première préconise l’intraduisibilité radicale de toute langue par une autre, la consultation directe de l’original surpassant toute autre accès. On peut aussi conclure à l’intraduisibilité relative des langues, en l’occurrence, la traduction risque d’être considérée comme un pis-aller. Enfin, une troisième possibilité consiste à voir dans la diversité des langues autre chose qu’une donnée négative.

 

– Langues et visions du monde

Une question initiale que tout lecteur d’une traduction est en droit de se poser est celui de la différence qui sépare l’original du texte traduit. En effet, une langue n’est pas faite seulement de mots, chacune implique une « vision » du monde propre, conception proposée par Wilhelm von Humboldt, et plus reprise par Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf. L’exemple type pour illustrer le « découpage » diffèrent que chaque langue effectue sur le « réel » est celui des couleurs. Au français « bleu », le russe fait correspondre « goluboj » (« bleu clair ») ou « sinij » (« bleu foncé ») ; à l’inverse, à « vert » et à « bleu » ne correspond, dans les langues celtiques, qu’un seul mot, « glas ». On voit, à travers cet exemple, autre chose qu’une simple affaire de vocabulaire. La langue n’est donc pas un simple instrument, une opération intransitive entre la pensée et son expression. La langue informe la pensée. De ce point de vue, la traduction ne saurait être « neutre » ou « transparente » au travers de laquelle le texte de départ apparaîtrait idéalement comme identique. Ainsi, on ne peut pas accuser la traduction à tout un ensemble de transformations : c’est dans la nature même du langage.

 

– La traduction, opération fondamentale du langage

Dans un article capital, « Aspects linguistiques de la traduction », Roman Jakobson distingue trois types de traduction : la « traduction intralinguale » ou « reformulation » ; la « traduction interlinguale », de langue à langue ou « traduction proprement dite » ; la « traduction intersémiotique », qui « consiste en l’interprétation des signes linguistiques au moyen de systèmes de signes non linguistiques ». La traduction qui se base sur des signes, elle ne relève donc pas de la seule linguistique, mais d’un domaine de l’étude de ses signes, la sémiotique. En parlant de « signes », de « signifiants » et de « signifiés », Roman Jakobson s’inscrit dans la lignée de F. de Saussure. En dépit de l’absence des considérations sur la traduction du CLG, la notion de « mot » chez Saussure est à prendre en considération : « Il faudrait chercher sur quoi se fonde la division en mots – car le mot, malgré la difficulté qu’on a à le définir est une unité qui s’impose à l’esprit, quelque chose de central dans le mécanisme de la langue. »

En traduction, on ne traduit pas les mots isolement les uns des autres. Pour Vinay et Darbelnet, l’unité essentielle est, sur le plan des signifiés, l’ « unité de pensée », sur le plan des signifiants, l’ « unité Lexicologique », en ce concerne l’ « unité de traduction », ces trois termes sont considérés comme « équivalents ». Une telle « découpage » à une portée pratique : il permet, une fois les unités délimitées, de procéder à l’analyse des rapports qui relient l’original et sa traduction. Néanmoins, cette méthode entraine deux inconvénients. D’abord, cette démarche consacre trop de place aux aspects linguistiques de la traduction. Le second inconvénient est de ne pas tenir suffisamment compte de la notion des « unités linguistiques » Chez Saussure lui-même. Les Écrits de linguistique générale ne font qu’accentuer l’importance à accorder à la dimension différentielle du langage. La notion d’ « unité différentielle » semblera sans doute difficile à saisir, cependant on la retrouve dès qu’il est question d’établir des « unités de lecture » dans un texte, que Roland Barthes appelle « lexies » : « ce découpage, il faut le dire, sera on ne peut plus arbitraire ; […] La lexie comprendra tantôt peu de mots, tantôt quelques phrases. »

Si la traduction est bien une « propriété fondamentale » du langage, alors à l’image de la langue, la traduction s’intègre elle aussi des « unités différentielles ».

 

 

Bibliographie

Oustinoff, Michaël., 2003, La Traduction, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », no 3688.

 



Citer ce billet
YAN Xiaodong (2016, 4 juin). Compte rendu :Diversité des langues, universalité de la traduction. art, langage, apprentissage. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cydm

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.