Traduction et vision de l’autre : L’influence de la traduction sur la genèse des représentations de l’autrui

Récemment, sur les réseaux sociaux chinois, on a discuté du sujet des plus belles traductions des noms ou des phrases en chinois. Parmi celles qui ont été les plus citées, l’aspect poétique des traductions du nom des Champs Élysées, et de Fontainebleau est très remarquable.

Dans la mythologie grecque, les Champs Élysées (en grec ancien Ἠλύσιον πέδιον ÿlusion pedion) sont le lieu des Enfers où les héros et les gens vertueux goûtent le repos après leur mort. Chez Homère, les champs Élyséens se situent à l’extrémité occidentale de la Terre, près d’Océan. Dans l’Odyssée, Protée les décrit ainsi à Ménélas :

« Les Immortels t’emmèneront chez le blond Rhadamanthe,

Aux champs Élyséens, qui sont tout au bout de la terre.

C’est là que la plus douce vie est offerte aux humains ;

Jamais neige ni grands froids ni averses non plus ;

On ne sent partout que zéphyrs dont les brises sifflantes

Montent de l’Océan pour donner la fraîcheur aux hommes. »

En chinois, le nom de l’avenue des Champs-Élysées 香榭丽舍a été donné par le célèbre peintre chinois Xu beihong ( 1895 – 1953) lorsqu’il faisait ses études supérieures en France. Le premier caractère 香 « odorant » nous fait sentir immédiatement l’odeur attrayant flottant sur cet endroit où se répandent nombreux cafés, pâtisseries, parfumeries. Le 榭 désigne le pavillon construit sur eau. Quant à 丽舍 « belle demeure », il renvoie aux bâtiments emblématiques d’architecture Osman qui se situent aux deux côtés de l’avenue. Cette traduction se base tout d’abord sur une transcription phonétique, les quatres caractères ont été choisis en fonction de la prononciation des Champs-Élysées en français. De plus, cette traduction projetent aux yeux des gens une image tellement vivante et charmante de cette plus belle et célèbre avenue du monde. L’avantage est sa force dynamique se cachant derrière les signes linguistiques.

Le nom de Fontainebleau est très ancien. La première mention du château de Fontainebleau dans une charte royale remonte à 1137, année de l’avènement de Louis VII le Jeune. L’étymologie de Fontainebleau est discutable selon différents points de vue. L’explication la plus souvent évoquée est qu’il s’agit d’un mot formé par contraction de « Fontaine belle eau ». Fontainebleau est attesté sous les formes latinisées Fons Bleaudi, Fons Bliaudi, Fons Blaadi « Fontaine de Bleaud » du XIIe et XIIIe siècles, Fontem blahaud en 1137, Fontaine belle eau au XVIe, Fontainebleau ou autrement Fontaine belle eau en 1630, puis sous la latinisation fantaisiste Fons Bellaqueus au XVIIe siècle, à l’origine du gentilé Bellifontain. Il s’agit d’un composé médiéval en Fontaine- « source, ruisseau », terme issu du gallo-roman FONTANA, suivi du nom de personne germanique Blitwald. Longtemps les étymologistes ont dit que Bleaud était un chien qui avait fait découvrir la fontaine.

Xu Zhimo l’a traduit en chinois en芳丹薄露, mais la traduction 枫丹白露 « érable rouge, rosée blanche » de Zhu Ziqing (1898—1948),grand poète et prosateur chinois, est plus admirée, car ceux qui entendent ou lisent ce nom en chinois de Fontainebleau ne peuvent s’empêcher de laisser vagabonder leur imagination d’un monde paradisiaque: feuilles rouges d’érable flottant autour, branches de saules se balançant doucement au gré de la brise ; léger voile de rosée blanche automnale ; temps précieux et éternel.

Un débat durant tout au long de l’histoire de la traduction vient de la dichotomie entre fidélité et recréation de la traduction. Mais ce n’est pas mon intention ici. Par ces deux exemples, ma réflexion porte plutôt sur l’influence des traductions sur la genèse des représentations de l’autrui. Si on demande aux Chinois de choisir un mot pour caractériser leur image de la France, ou des Français, le mot 浪漫 «  romantique » serait une des réponses pour la majorité des gens. Depuis longtemps, j’essaie de savoir d’où vient cette image, avec ces deux traductions, je ne peux pas m’empêcher de penser que l’image du monde paradisiaque que crée les traducteurs à travers leurs traductions créatives joue un rôle dans les représentations. Néanmoins, c’est uniquement une hypothèse personnelle sans preuve. Il faut ainsi plonger plus profondément pour arriver au berceau de ces représentations.

 

Bibliographie

Homère, L’Odyssée, trad. Frédéric Mugler, Paris : Actes Sud (coll. «Babel»), 1995.


YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.