Compte rendu : Théorie de la traduction

– Sourciers et ciblistes

On traduit en effet toujours d’une langue vers une autre. Ainsi on a vu apparaître au XXe siècle des termes tels que « langue source » ou « langue de départ (LD) » et « langue cible » ou « langue d’arrivée (LA) ». Dans les ouvrages de traductologie, on voit des schémas s’appuyant tous de la formule fondamentale :

LD ➝ LA

L’opposition entre la lettre et l’esprit n’en a pas disparu pour autant, mais elle a tendance à se pencher sur la question de la langue : d’un côté, les « sourciers » qui privilégieraient le « texte source », de l’autre, les « ciblistes » qui favorisant le « texte cible ». Toute trace d’une structure de la LD est perçue comme un manque de maîtrise de la LA. On trouve alors que la sophistication de la traduction reste dans la conformité avec le « bon usage ». Il serait cependant brutal de prétendre que l’autre façon de traduire marque une maîtrise insuffisante de la langue. Ainsi, la simple opposition entre « ciblistes » et « sourciers » semble insuffisante. Il n’est pas nécessaire de postuler qu’il n’existerait qu’une seule forme de traduction authentique. Selon la nature du texte à traduire, on se fera sourcier ou cibliste.

Dans Toward a science of Tanslating (1964), Eugene E. Nida propose une distinction entre l’équivalence formelle et l’équivalence dynamique. La première consiste à rendre mécaniquement la forme de l’original, quant au second, elle transforme le « texte source » de manière à produire le même effet dans la « langue cible ». Quand des différentes civilisations se confrontent, l’argument de l’équivalence d’effet l’emporte sur toute autre considération, elle est une notion centrale qui dépasse le clivage entre « sourciers » et « ciblistes ».

 

– Linguistique et traduction

L’hégémonie de la linguistique est pour certains évidente. L’apport de la linguistique à la théorie de la traduction est considérable. C’est grâce à la linguistique que sont apparues les premières descriptions suffisamment détaillées des opérations de traduction. Au XXe siècle, l’essor de la linguistique fournit aux théoriciens de la traduction de puissants instruments d’analyse. Les premiers manuels de traduction font ainsi leur apparition. La méthode suivie est inductive, la théorie seule ne suffit pas, il faut partir des traductions effectuées, que l’on compare avec les originaux, afin d’étudier les transformations effectuées.

 

– Poétique de la traduction

Selon George Steiner (1975), la traduction se réduire à la seule dimension linguistique. « La théorie de la traduction n’est donc pas une linguistique appliquée. Elle est un champ nouveau dans la théorie et la pratique de la littérature. Son importance épistémologique consiste dans sa contribution à une pratique théorique de l’homogénéité entre signifiant et signifie propre à cette pratique sociale qu’est l’écriture. » Il pose ainsi l’existence d’une poétique de la traduction.

Les dichotomies traditionnelles qui distinguent lettre et esprit, forme et contenu, style et sens, original et traduction, auteur et traducteur, etc., reflètent une vision dualiste. En réalité, la forme et le sens, ils sont indissociables. Dans le domaine de la traduction poétique, on estime que la « Traduction-recréation » est la meilleure, car « elle recrée l’ensemble, tout en conservant la structure de l’original ». Selon Roman Jakobson, « Seule est possible la transposition créatrice. »

 

– Critique des traductions

Dans le monde anglo-saxon, l’intérêt pour les études sur la traduction a connu depuis années 1980. Si on cherche le terme « traductologie », créé par Brian Harris en 1972, dans les moteurs de recherche sur Internet, il y aura pas moins de 24 200 entrées! Dans les autres pays, la situation reste pareille. Comment alors ordonner un tel champ d’étude ? C’est grâce aux concepts des théoriciens. Selon John Donne, les traductions ne doivent pas être l’objet d’une critique négative à l’examen des « gains » et des « pertes » par rapport à l’original, mais aussi une critique positive. Une traduction ne sert pas seulement à rendre l’original, mais elle doit aussi une œuvre. Meschonnis parle de « traduction-texte » : comme il existe une critique des textes, il doit y avoir une critique des traductions. L’une ne va pas sans l’autre. La traduction-texte présuppose la « positon traductive » du traducteur ; son « projet de traduction », et enfin l’ « horizon du traducteur ». L’ « analyse des traductions » n’est pas complète qu’en se situant à ces trois niveaux.

 

Bibliographie

Oustinoff, Michaël., 2003, La Traduction, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », no 3688.


YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.