La notion de l’insécurité linguistique chez Pierre Bourdieu

À la suite de W. Labov, Pierre Bourdieu propose, dans son ouvrage Ce que parler veut dire, une analyse de l’économie des échanges linguistiques, qui s’inscrit dans la continuité des travaux de laboviens sur les stratifications sociales. D’après Bourdieu, «Ce qui est en question dès que deux locuteurs se parlent, c’est la relation objective entre leurs compétences, non seulement leur compétence linguistique (leur maitrise plus ou moins accomplie du langage légitime) mais aussi l’ensemble de leur compétence sociale, leur droit à parler, qui dépend objectivement de leur sexe, leur âge, leur religion, leur statut économique et leur statut social […]»

Le terme de marché linguistique est employé pour la première fois par Pierre Bourdieu qui le définit comme « il y a marché linguistique toutes les fois que quelqu’un produit un discours à l’intention de récepteurs capables de l’évaluer, de l’apprécier, et de lui donner un prix. ». Le mot de marché ici ne doit pas être compris dans son sens strictement économique, il faut s’entendre ici de façon très large, comme «toute pratique symbolique ayant un caractère social», selon Bourdieu « Toute situation linguistique fonctionne comme un marché sur lequel le locuteur place ses produits et le produit qu’il produit pour ce marché dépend de l’anticipation qu’il a des prix que vont recevoir ses produits […] ».

Ainsi, l’effet des marchés linguistiques se fait sentir dans toutes les situations de communication. Et les marchés sont classés selon qu’ils sont plus ou moins proches de celui où prévaut la norme dominante, en d’autres termes, les marchés se hiérarchisent en fonction de leur écart par rapport à la norme reconnue comme légitime. Les marchés de la norme dominante sont ceux de la langue de prestige.

De cette manière, le marché linguistique serait une des causes de l’insécurité linguistique. Les locuteurs de la classe dominante, définis comme tels parce qu’ils possèdent à la fois le capital économique et le capital linguistique, c’est-à-dire qu’ils parlent la langue « légitime ». À l’inverse, les locuteurs de la classe dominée, considérée comme telle parce qu’elle ne possède ni le capital économique ni le capital linguistique, sont maintenus dans cet état de domination parce qu’ayant aucun pouvoir reconnu sur le marché linguistique officiel. Pour atteindre le modèle linguistique dominant, qui correspondrait dans leur esprit à une progression sociale, cette recherche de la reconnaissance se traduit notamment dans leurs discours par des :

« […] corrections ponctuelles ou durables, auxquelles les dominés, par un effort désespéré vers la correction, soumettent, consciemment ou inconsciemment, les aspects stigmatisés de leur prononciation, de leur lexique(avec toutes les ormes d’euphémisme), de leur syntaxe ; ou dans le désarroi qui leur fait « perdre tous leurs moyens », les rendant incapables de « trouver leurs mots », comme s’ils étaient soudain dépossédés de leur propre langue. »

Sans vraiment développer sa réflexion sur la notion d’insécurité linguistique, P. Bourdieu met davantage l’accent sur le rapport sociale dominant/ dominé existant entre les variétés de langues et les locuteurs qui les utilisent. Bien que P. Bourdieu n’utilise pas le terme d’insécurité linguistique dans ses recherches comme son prédécesseur W. Labov, il aborde néanmoins l’idée que la domination symbolique se traduit, autant dans le domaine de la prononciation qu’en lexique ou en syntaxe. Ainsi, selon lui, l’insécurité linguistique peut également se présenter au niveau lexique et syntaxique, alors que W. Labov ne se préoccupe que de l’aspect phonologique.

 

 

Bibliographie

Bourdieu, P., 1982, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Bourdieu, P., 1984, Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, p. 123.

 


YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.